Journée d’étude « Argent numérique. Pratiques et enjeux », 25 septembre 2024, à Paris ou en visio

Co-organisée par Hélène Ducourant (LATTS – Université Gustave Eiffel) et avec une intervention de Renaud Garcia-Bardidia (LIS – Université de Lorraine), cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de la publication du numéro Réseaux sur l’argent numérique et propose un partage de travaux de recherche sur l’argent numérique.

  • Cette journée pluridisciplinaire interroge les évolutions induites par les nouvelles formes monétaires numériques, leurs conséquences sur le monde marchand et les consommateurs dans les Nords et les Suds.
  • Elle fait dialoguer des travaux et enquêtes issus des différents champs des sciences sociales, en particulier la sociologie, l’économie, les sciences de gestion, les sciences de l’information et de la communication, l’anthropologie, la géographie.
  • Des expert.es de la Banque de France interviendront également dans le cadre de cet événement. 
  • Celui-ci sera illustré en direct par une facilitatrice graphique à l’aide de ses crayons et feutres avec la réalisation d’une fresque.

La journée d’étude se tiendra de 9 h à 18h15 à la Banque de France, à Paris, et à distance.

Programme complet : ici!   

Modalités de participation : en présentiel au 31 rue Croix des Petits Champs 75001 Paris, ou à distance.

Inscription (obligatoire) : ici! 

 

Atelier Questions de Pratiques #3 du RT11 – Maintenance et réparation des objets – 23 mai

Après deux premières séances sur le thème de l’écologisation des pratiques et de la consommation en mouvement, le RT11 vous propose un troisième atelier de lecture “Questions de pratiques” animé par Margot Abord de Chatillon et Victor Potier, sur le thème de la maintenance et de la réparation des objets. L’atelier aura lieu en visio le 23 mai (de 14h à 16h). 

Trois textes seront présentés pour discuter de la tension entre maintenance et usages dans les pratiques de consommation. Le choix de ces textes fait la part belle à l’éclairage ethnographique des activités ordinaires de réparation, de maintenance, d’utilisation et d’attention portée aux choses.

Un premier texte de N. Gregson, A. Metcalfe et L. Crewe posera la question de la réparation en tant que pratique ordinaire intégrée au cœur des activités de consommations.
Gregson, N., Metcalfe, A., & Crewe, L. (2009). Practices of Object Maintenance and Repair: How consumers attend to consumer objects within the home. Journal of Consumer Culture, 9(2), 248-272. https://doi.org/10.1177/1469540509104376

Un second texte de M. Tironi traitera des réparateurs de Vélib qui, par le truchement de leur activité quotidienne, deviennent les médiateurs entre les usagers et l’infrastructure sociotechnique de mobilité urbaine.
Martin Tironi, « Faire circuler des vélos et des personnes », Revue d’anthropologie des connaissances, 8-1, 2014. URL : http://journals.openedition.org/rac/3890.

Enfin, un troisième texte de J. Denis et D. Pontille, extrait de leur dernier ouvrage, présentera une série d’ethnographies dont la mise en discussion révèle l’importance de l’attention, du corps et des modalités de sa rencontre à la matière dans le soin porté aux choses.
Jérôme Denis et David Pontille. « 3. Attention », Le soin des choses. Politiques de la maintenance. La Découverte, 2022, pp. 95-134. URL : https://www.cairn.info/le-soin-des-choses–9782348064838-page-95.htm

La participation est libre, pour obtenir le lien de la visio, merci de contacter Victor Potier : victor.potier[at]univ-eiffel.fr

Séminaire de recherche : L’argent domestique

Organisé par Hélène Ducourant (U. Gustave Eiffel – Latts), Jeanne Lazarus (CNRS – CSO) et Ana Perrin-Heredia (CNRS – Cerlis)

Séances prévues les jeudis 7 mars (14h-16h), 11 avril (14h-16h), le mercredi 5 juin (14h-16h) et le jeudi 20 juin (14h-16h) – pour les personnes extérieures à Sciences Po, il est nécessaire de s’inscrire en amont ici

Lien Zoom : https://sciencespo.zoom.us/j/4406076366

Présentation 

Ce séminaire vise à présenter et discuter des recherches abordant les budgets domestiques et les enjeux, théoriques et méthodologiques, que soulève leur étude.

Pour appréhender les façons dont les individus comptent, catégorisent, administrent, priorisent, dépensent, épargnent, investissent, etc. leur argent au quotidien, certains travaux ont analysé les budgets domestiques par leur versant intime, en entrant dans le monde privé de la famille. Ils ont notamment montré qu’il est essentiel, pour comprendre et analyser les décisions économiques individuelles, d’être attenti.f/ve au périmètre de l’unité budgétaire (individu, ménage, maisonnée, etc.), à son fonctionnement (participation différenciée aux processus de production/consommation, (in)différenciation des revenus et des dépenses) ou à la façon dont ces budgets sont produits et enjeux de luttes, non pas seulement domestiques (rapports de pouvoir au sein de la famille), mais aussi sociales (rapports sociaux inégalitaires, souvent imbriqués).

D’autres recherches se sont saisies de ces budgets par leur versant institutionnel cette fois, en observant comment des organisations publiques, privées ou associatives, agissaient sur ces budgets. Des banques, des services sociaux, des employeurs, des bailleurs ou la Banque de France ont ainsi, par exemple, fait l’objet de nombreuses enquêtes, auxquelles peuvent s’ajouter celles sur des sociétés de recouvrement, des fintechs ou des institutions de microfinance. Ces recherches ont en commun de mettre en évidence à quel point les services, outils, pratiques ou discours promus par ces diverses institutions participent, contraignent, renouvellent parfois, les façons d’envisager et de gérer l’argent en famille, rappelant par là-même l’encastrement des économies domestiques et la nécessité de les étudier dans leurs univers sociaux, économiques, politiques, de production et de réalisation.

Le séminaire vise à poursuivre et étendre ces réflexions (en invitant par exemple à explorer les dimensions morale, politique, idéologique, etc. qui sous-tendent les arbitrages budgétaires ou les injonctions institutionnelles) tout en portant une attention accrue aux méthodologies employées, à ce qu’elles permettent de construire et de révéler, à ce qu’elles masquent et laissent dans l’ombre également. Ce séminaire sera aussi l’occasion d’approfondir certaines questions, mises à l’agenda ces dernières années, et que l’étude des budgets permet d’examiner, voire de revisiter : celles des inégalités économiques croissantes, de la précarité alimentaire, de l’inflation, des migrations ou encore de la diffusion des pratiques et préoccupations écologiques.

Calendrier premier semestre 2024

Séance 1 – jeudi 7 mars – 14h 

Étudier les budgets domestiques, enjeux méthodologiques 

Séance 2 – jeudi 11 avril – 14h

Impayés et recouvrement de dettes dans la littérature sociologique 

Séance 3 – mercredi 5 juin – 14h

Se projeter dans le temps – argent et dettes  

Séance 4 – Jeudi 20 juin – 14h 

L’argent des femmes : intégrer les gender studies à la sociologie de l’argent.

Séminaire du RJC ICCA – Méthodologie autour des données des réseaux sociaux

Le RJC ICCA organise un séminaire méthodologique autour des données des réseaux sociaux. Ce séminaire aura lieu le vendredi 1er mars de 14h à 16h et est ouvert à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s quel que soit leur niveau.

Dans le cadre de ce séminaire, nous aurons le plaisir d’accueillir Béatrice Mazoyer (MédiaLab, Sciences Po) et Mehdi Arfaoui (LINC, CNIL).

L’événement sera en format hybride avec une partie présentielle au sein du Campus Condorcet : Bâtiment Recherches Sud – Salle 4.023. Le lien pour le distanciel sera communiqué aux participant·e·s quelques jours avant la tenue du séminaire.

L’inscription est obligatoire afin d’assister à l’événement : https://forms.gle/XH5qj9X9VZCaDeUc9

Soutenance de thèse – Quentin Gervasoni – “De la Pokémania aux Pokémaniacs.”

La soutenance de thèse de Quentin Gervasoni aura lieu le mardi 30 janvier à 10 heures au Centre des Colloques de Campus Condorcet (place du Front Populaire), salle 100. Elle sera suivie d’un pot sur place.

Voici un résumé : 

De la Pokémania aux Pokémaniacs. La captation des fans adultes de Pokémon entre logiques des industries culturelles et intermédiation participative

Sous la direction de Vincent Berry et Pascale Garnier

Cette thèse étudie les processus qui régissent le maintien de l’attachement à des univers de fiction issus des industries culturelles à travers une étude de cas : celui des fans, adultes, de Pokémon sur internet. Cette enquête concerne ainsi un public dont l’attachement à une franchise destinée aux enfants se prolonge dans le temps alors qu’il n’en est en apparence plus la cible principale. Parmi les enjeux de ce travail il s’agit de rendre compte de l’articulation des stratégies et des logiques des industries culturelles et médiatiques, et du travail d’intermédiation opéré au sein de l’écosystème des fans sur internet. La persistance de l’attachement est considérée à deux échelles temporelles : d’une part, celle de la construction de cet attachement dans le cadre de trajectoires au long cours tant de l’univers Pokémon que de ses fans, et d’autre part celle de la rencontre ponctuelle et régulière entre les fans et des événements médiatiques et commerciaux relatifs à la franchise, orchestrés par les industries.

Les deux premiers chapitres posent les bases théoriques et méthodologiques de cette enquête et exposent les données sur lequel elle s’appuie. Les trois principaux éléments du corpus sont un questionnaire en ligne comptant 2931 réponses complètes, 20 entretiens auprès de fans ayant répondu à celui-ci, et 1904 publications de deux groupes Facebook récoltées en fonction de l’actualité et de la commercialisation des jeux vidéo Pokémon en 2018-2019.

Les deux chapitres suivants portent respectivement sur la trajectoire de la franchise Pokémon et sur celles des fans. Le Chapitre 3 analyse trois dispositifs de captation qui rendent compte de l’évolution de la stratégie de The Pokémon Company (TPC) : le modèle du « media mix » japonais, la sérialisation de l’univers autour de la série principale des jeux vidéo Pokémon et la plateformisation de la communication officielle. Le Chapitre 4 décrit le profil des fans de Pokémon au sein de l’écosystème en ligne étudié, principalement des jeunes hommes, adultes, étudiants ou diplômés. Cette homogénéité s’observe également du côté des trajectoires à l’enfance, avec une bifurcation au collège entre des fans qui poursuivent leur passion de manière solitaire et d’autres qui délaissent temporairement leurs pratiques. L’écosystème en ligne des fans, le « fandom », permet à la fois de refaire de Pokémon une pratique à partager et d’enrichir la singularisation et la « stylisation » des trajectoires de consommation et du rapport à Pokémon.

Les deux derniers chapitres s’appuient sur les acquis des deux précédents pour rendre compte de ce qui se joue autour de la réception de l’actualité vidéoludique Pokémon et de la commercialisation des jeux. Le Chapitre 5 montre ainsi que la communication officielle passe par l’organisation d’ « événements médiatiques » dans le but d’instaurer un « régime émotionnel », la « hype », qui se caractérise par un emballement médiatique d’émotions positives et consuméristes. Enfin, le dernier chapitre part du constat du succès variable des événements médiatiques pour interroger ce qui permet à des annonces portant sur des jeux pour enfants à susciter de la hype chez des adultes. Trois dimensions de cette captation y sont analysées : la nostalgie, le « cute » et la sexualisation, l’objectification des contenus médiatiques. Chacune relève, à différents degrés, des stratégies des industries culturelles et du travail d’intermédiation des fans.

Au travers de cette étude de cas, la thèse montre ainsi la façon dont des publics développent un attachement à une franchise sur le long terme, à la croisée des stratégies des industries culturelles et de l’inclinaison des collectifs et réseaux de fans à l’appropriation et au détournement des contenus médiatiques. Il s’articule sur des épisodes émotionnels intenses qui sont tout aussi centraux dans l’expérience culturelle des fans que ne l’est la consommation des œuvres culturelles en elles-mêmes.

Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

Une table ronde est organisée ce jeudi en fin d’après-midi à l’auditorium de l’Humathèque sur le campus Condorcet, à l’occasion de la parution de la traduction Arranger les choses. Des conséquences de la classification. Elle rassemblera Nicolas Dodier, Geoff Bowker, et l’équipe de traduction,

Plus d’informations ci-dessous.

– Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

À l’occasion de la publication en France de l’ouvrage Arranger les choses. Des conséquences de la classification, de Geoffrey C. Bowker et Susan Leigh Star, Nicolas Dodier, sociologue à l’EHESS, échangera avec les chercheurs de l’équipe de traduction : Vincent Cardon, Éric Dagiral et Ashveen Peerbaye (coordinateurs de la traduction), ainsi qu’Henri Boullier, Baptiste Kotras et Vinciane Zabban. Cette table ronde aura lieu en présence de Geoffrey C. Bowker (en visioconférence). Comment l’informatique et les mondes numériques orchestrent-ils la production, la classification, et la circulation d’informations de toutes sortes ? Quel a été l’impact des nouvelles technologies et de l’essor d’internet sur le travail catégoriel ? Mais également, quels liens peut-on établir entre les catégorisations du travail, des races et des maladies lorsqu’on prend en considération les dispositifs qui les sous-tendent ? Si Arranger les choses est l’ouvrage de référence qu’il est devenu, c’est qu’il pointe précisément le rôle des catégories et des standards dans le fonctionnement du monde moderne, notamment au sein d’infrastructures informationnelles, administratives ou encore bureaucratiques. Les problématiques qui sont abordées dans l’ouvrage seront discutées par quatre sociologues, experts du texte, lors de la table ronde. Ils étudieront également les enjeux de traduction qui furent mobilisés par et pendant ce travail. Si la diffusion, dans le monde francophone, d’un texte de référence comme celui-ci, est un enjeu important , quel travail éditorial et littéraire est nécessaire afin de ne pas trahir le contenu scientifique du texte ? Table ronde en présence de :

Henri Boullier, chargé de recherche CNRS rattaché à l’IRISSO. Ses recherches portent sur les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les politiques sanitaires et environnementales dans le secteur de la chimie (produits chimiques industriels, médicaments, pesticides).

Geoffrey C. Bowker, sociologue états-unien, ses recherches se situent à la croisée de l’étude des sciences, des systèmes d’information et de l’étude ethnographique des « infrastructures » informatiques, terme qu’il a largement contribué à installer dans le paysage académique. Son nom est est lié à l’étude de l’encastrement des valeurs dans les standards et les objets, et tout particulièrement à la place et aux rôles des bases de données dans la science et les organisations, et leur contribution à la production de la mémoire.

Vincent Cardon est maître de conférences rattaché au CURAPP-ESS (UPJV-CNRS) et membre de l’Ifris. Ses travaux sont centrés sur la question de la quantification et de l’action en univers incertain.

Éric Dagiral, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Cité et chercheur au CERLIS. Ses travaux portent sur la production et les usages sociaux des technologies informatiques, et analysent la façon dont le numérique reconfigure à la fois les pratiques sociales, les liens sociaux et les biographies des personnes.

Nicolas Dodier, directeur de recherche à l’INSERM et d’études de l’EHESS, membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS). Ses recherches portent sur les mondes du travail, de la médecine, et de la justice. Il est notamment l’auteur de Les hommes et les machines, et récemment de Des victimes en procès (avec Janine Barbot).

Baptiste Kotras est chargé de recherche en sociologie à l’INRAE, au sein du Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS). Sociologue du numérique, il s’intéresse en particulier aux ruptures apportées par les données massives dans la représentation des mondes sociaux.

Ashveen Peerbaye, maître de conférences en sociologie à l’Université Gustave Eiffel et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire sciences, innovations, sociétés (LISIS). Ses travaux portent sur la contribution des infrastructures numériques à la culture matérielle et instrumentale dans les sciences biomédicales.

Vinciane Zabban, maîtresse de Conférences à l’Université Paris 13, au sein du laboratoire EXPERICE. Ses travaux s’intéressent aux médiations techniques et sociales des activités de loisirs et des formes sociales de l’expression créative. Ils portent en particulier sur la manière dont les techniques d’information et de communication contemporaines contribuent à renouveller l’économie de certains secteurs du loisir, à une échelle individuelle comme collective.

La rencontre sera suivie d’un moment convivial ! Jeudi 25 janvier
De 16 h 00 à 18 h 00


Auditorium de l’Humathèque
10, cours des Humanités
93322 Aubervilliers
Métro ligne 12, arrêt Front Populaire


➤ Retrouvez le livre en librairie
➤ Retrouvez l’actualité de l’Humathèque
 

Conférence Franck Cochoy – 25 janvier à l’Université Lyon 1

Le séminaire annuel du L-ViS (Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport) a le plaisir d’accueillir notamment Franck Cochoy à Lyon.

Cette conférence aura lieu jeudi 25 janvier de 14 à 17h, dans l’amphi Pierre Arnaud de l’UFR STAPS (site de l’Université Claude Bernard Lyon 1, 27-29 Boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne).

Franck COCHOY – Professeur des Universités, Membre senior IUF, Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST

« Platforms or flatforms ? Compte-rendu auto-ethnographique d’une application de cyclisme virtuel »

Kilian MOUSSET – Maître de Conférences, Université Lyon 1, L-ViS (discutant : F. Cochoy)

« L’histoire des résistances à l’innovation matérielle dans le sport : L’exemple de la raquette de tennis de table »

Ce séminaire est ouvert à toutes et tous, sans inscription préalable.

Atelier Lectures Questions de pratiques – Séance n°2 – Pratiques en mouvement

Après les riches présentations et discussion sur le thème de l’ “Ecologisation des pratiques”, lors d’une séance animée par Hélène Ducourant, le RT11 propose une nouvelle séance de son atelier de lectures, Questions de pratique, le 17 janvier 2024 de 11h à 13h, à distance (via zoom).

Trois textes sur le thème des pratiques de consommation en mouvement seront présentés pour asseoir une discussion sur la façon dont on peut investiguer et théoriser la question conjointe des pratiques de consommation et leur logistique en mobilité. Pour ce faire, nous avons sélectionné un texte qui s’inscrit dans la continuité de la théorie des pratiques mais en mettant l’accent sur la notion d’espace (Hui 2012) et deux textes inscrits dans un cadre de recherche proche de la sociologie des techniques (Hansson 2015 et  Canu & Cochoy 2012).

Les textes 

Hui, A. (2012). Things in motion, things in practices : How mobile practice networks facilitate the travel and use of leisure objects. Journal of Consumer Culture, 12(2), 195‑215. https://doi.org/10.1177/1469540512446873

Hansson, N. (2015). “Mobility-things” and consumption : Conceptualizing differently mobile families on the move with recent purchases in urban space. Consumption Markets & Culture, 18(1), 72‑91. https://doi.org/10.1080/10253866.2014.899494

Canu, R., & Cochoy, F. (2012). Places et déplacements : Une archéologie statistique de la logistique piétonne (Toulouse, XXe-XXIe siècles). Flux, 88(2), 19‑33. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/flux.088.0019

 

Colloque Culture en régime numérique, Paris, 6-7-8 dec. 2023 / SAVE THE DATE : Culture in digital context Paris, 6-7-8 dec 2023

Le ministère de la Culture français et son département de recherche (le Département des études, de la prospective et des statistiques,) en collaboration avec l’Université Sorbonne Paris-Nord (Laboratoire EXPERICE) organisent conjointement un colloque international sur le thème « Culture en régime numérique. Questionner les pratiques, catégories et méthodes », qui se tiendra les 6, 7 et 8 décembre 2023 à Paris sur le Campus Condorcet (Aubervilliers) et au Centre Georges Pompidou.

Le programme complet est disponible ici.

Pour suivre les sessions, il est nécessaire de vous inscrire en remplissant le formulaire en ligne que vous trouverez dans l’onglet « S’inscrire » du site dédié. 

Journée d’étude “Objets numériques, objets sociaux”

Appel original

À l’occasion des 10 ans de la revue, RESET organise une journée d’étude intitulée « Objets numériques, objets sociaux. 10 ans d’enquête en sciences sociales sur internet ».

Informations pratiques

La journée aura lieu le vendredi 24 mars 2023, à la Maison de la Recherche − Sorbonne Nouvelle Paris 3, 4 rue des Irlandais, 75 005 Paris.

Programme de la journée

9h30 : accueil ; café et viennoiseries

10h. Dix ans de RESET

  • Anne-Sophie Béliard, Pacte, UGA.
  • Éric Dagiral, CERLIS, Paris Cité.
  • Sébastien François, Univ. Catholique de l’Ouest.

10h30. Le souci du numérique : les sciences sociales à l’épreuve d’Internet

  • Valérie Beaudouin, Télécom Paris
  • Clément Mabi, Costech, UTC
  • Olivier Alexandre, CIS, CNRS
  • Eszter Hargittai, Université de Zurich

Animé par Victor Potier et Vinciane Zabban.

12h : déjeuner sur place

14h. Les ficelles du corpus, ou épistémologies ordinaires de nos enquêtes numériques

  • Camille Paloque-Bergès, HT2S, CNAM
  • Samuel Coavoux, CREST, ENSAE et Jean-Samuel Beuscart, Télécom Paris
  • Quentin Gilliote, CARISM, Paris 2 Panthéon Assas

Animé par Gabriel Alcaras et Anne Bellon.

15h45. Nouvelles perspectives

  • Victor Afonso Marques, CED, Université de Bordeaux
  • Thibault Grison, GRIPIC, CELSA
  • Aube Richebourg, CMH, ENS
  • Lizzie Richardson, LaSST, Université de Francfort

Animé par Baptiste Kotras et Francesca Musiani.

Soutiens

Continuer la lecture de Journée d’étude “Objets numériques, objets sociaux”

2ème Journée Interdisciplinaire de Recherche sur les Décisions et les Comportements des Consommateurs (JIRD2C)

L’appel à communication relatif à la 2ème edition de la Journée Interdisciplinaire de Recherche sur les Décisions et les Comportements des Consommateurs (JIRD2C) qui aura lieu le 3 décembre 2019 à l’IUT de Paris. 

La journée garde son orientation interdisciplinaire. Le thème de cette année est “La mobilité”.

La date pour la soumission des intentions de communication est le 16 juin 2019.

Les propositions de communication (en format word et pdf) sont à envoyer à Sarah Benmoyal (sarah.benmoyal@parisdescartes.fr) et Corina Paraschiv (corina.paraschiv@parisdescartes.fr).


L’appel et toutes les informations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search