Archives de catégorie : Publications

Parution de deux ouvrages sur la consommation de musique à l’heure de la musimorphose

Deux ouvrages dirigés par Philippe Le Guern – « en quête de musique » et « où va la musique » –  vont paraître autour de la consommation de musique à l’heure de la musimorphose. En voici les quatrièmes de couverture :

En quête de musique  : Les représentations et les usages de la musique hérités de l’ère de l’enregistrement sur support physiques (vinyl, cassette, CD) se sont radicalement transformés avec la généralisation des technologies numériques et de l’Internet. Tout sauf figés, les processus d’écoute sont à considérer dans l’histoire d’un ajustement progressif entre des dispositifs techniques et des dispositions d’écoute : le passage de la discomorphose à la numérimorphose constitue une étape essentielle de cette histoire marquée par le téléchargement illégal, le streaming, les lecteurs MP3 ou les algorithmes de la recommandation. Pour autant, nous continuons à mobiliser des catégories ou des notions insuffisamment discutées – le genre musical, l’éclectisme, la légitimité, l’émotion esthétique, etc. – pour appréhender les pratiques et les goûts des auditeurs. De même, les approches employées en situation d’enquête semblent parfois inadaptées face au changement de régime ou d’échelle imposé par le numérique. Ouvrir la boîte noire des méthodes pour étudier représentations et pratiques à l’ère de la musimorphose, telle est l’ambition de cet ouvrage, où se côtoient sociologues, informaticiens, musicologues, psychologues cognitifs, spécialistes en sciences de la communication, de l’éducation et de gestion.

Où va la musique : Embarqués à bord des sondes spatiales Voyager, des disques plaqués or contenant des images et des sons censés représenter la diversité terrestre étaient lancés dans l’espace en 1977 : 90 minutes de musique, dont des oeuvres de Bach, Beethoven, Chuck Berry, Louis Amstrong, Mozart, ou encore des chants de bergers bulgares ou de jeunes filles pygmées, dérivent ainsi depuis dans l’espace intersidéral. On imagine alors la surprise de civilisations extra-terrestres découvrant ces objets déroutants et déjà… obsolètes. Car musique rime, quarante plus tard, avec streaming, Youtube, sodcasting, MP3, Justin Bieber et Hatsune Miku.
Entre dispositifs et dispositions, changements socio-techniques et normes instituées, l’écoute musicale se reconfigure en permanence. Et avec le passage de la discomorphose à la numérimorphose, ce sont peut-être nos manières de découvrir, de classer, de partager la musique qui se sont transformées radicalement : dans ce monde d’abondance, les algorithmes de la recommandation, les casques et les logiciels de stream ripping, les smartphones et les fichiers compressés ont pris le pas sur les CD, la presse rock spécialisée, le disquaire du coin et le son HiFi.
Existe-t-il un fil conducteur, un principe téléologique, qui permette de penser l’histoire de nos oreilles ? Comment décrire nos nouvelles habitudes d’écoute en régime numérique ? Les innovations technologiques nous laissent-elles entrevoir ce que pourraient être nos prochaines expériences de la musique ? En réunissant universitaires et professionnels du secteur, dans une perspective interdisciplinaire, cet ouvrage propose d’apporter des réponses à une question en apparence très simple : où va la musique ?

Livre l’Alerte ou l’Enquête – Nicolas Auray

Lundi 28/11 sortira aux Presses des Mines l’ouvrage de notre collègue Nicolas Auray, paru à titre posthume. Le manuscrit a été envoyé à l’éditeur quelques mois avant son décès.

Le livre L’Alerte ou l’Enquête met en perspective ses travaux sur l’exploration en s’appuyant sur des enquêtes portant sur quatre moments clés de la vie : la consommation d’offres culturelles, la rencontre, le travail et le jeu. Ces moment d’exploration définissent quatre risques formant le mot DIME : une Désorientation, une Insécurité sociale, une Manipulabilité mutuelle et enfin une Excitabilité.

Vous pouvez trouver quelques pages d’introduction sur le site de l’éditeur : http://www.pressesdesmines.com/l-alerte-ou-l-enquete.html

Sortie du livre : Pratiques sociales et usages de l’énergie

« Pratiques sociales et usages de l’énergie » Coordonné par Isabelle Garabuau-Moussaoui et Magali Pierre

Des crises pétrolières à la loi de transition énergétique, en passant par les différents événements nationaux et mondiaux concernant l’environnement et l’énergie, différents acteurs ont appelé à un changement de comportements des utilisateurs finaux d’énergie, appuyés par des analyses de l’homo oeconomicus (agent mu par sa rationalité économique) et de l’homo ecologicus (agent mu par ses valeurs environnementales). Cette démarche, qui n’a pas porté tous les fruits attendus, considère les comportements comme points d’aboutissement des politiques publiques, des dispositifs techniques ou des offres.

Cet ouvrage propose de renverser cette perspective. Posant les pratiques sociales comme point de départ, notre démarche consiste à appréhender leur diversité et leur ancrage quotidien et à saisir leurs logiques propres, pour analyser ensuite comment les outils et dispositifs sont mobilisés dans ces pratiques.

Dans un premier temps, les pratiques sociales et activités qui produisent une consommation d’énergie sont étudiées, afin de montrer comment les usagers jouent avec les systèmes, les équipements, les expérimentations, les catégories, les prescriptions. Dans un second temps, l’analyse se décale vers les acteurs intermédiaires, afin de prendre en compte les dispositifs socio-techniques, les acteurs et les instruments. C’est ainsi le « façonnement social » des technologies et la « fabrique des pratiques » qui sont explorés. Enfin, le rapport entre normes et pratiques (imbrication ou décalage) est examiné, en s’attachant aux discours portés par les ménages et les médias sur les consommations d’énergie et en analysant ce que chacun en raconte, dans ses actes langagiers.

Les contributions alternent entre restitutions d’enquêtes empiriques originales et travaux de synthèse faisant le point sur une notion. L’acteur de terrain comme le chercheur académique et l’étudiant pourront ainsi tirer profit de plusieurs niveaux de lecture correspondant à des formats de papier qui se complètent.

Lien vers le site de l’éditeur

Marques cultes et culte des marques chez les jeunes. Penser l’adolescence avec la consommation

Jocelyn LACHANCE, Louis MATHIOT et Philippe ST-GERMAIN (dir.), Marques cultes et culte des marques chez les jeunes. Penser l’adolescence avec la consommation, Québec / Paris, PUL / Hermann, 2016

Dans un monde où règne la consommation, les marques sont devenues des symboles : portées par les vedettes du sport et du cinéma, exposées au regard de millions de téléspectateurs, parfois gages de qualité ou indices de prestige, elles ne sont plus seulement des véhicules destinés à la promotion d’objets auréolés par la griffe ou le logo. Elles sont aimées, rejetées, discutées, débattues. Sujettes à des passions, elles incarnent pour certains des valeurs et représentent pour d’autres l’appartenance, le bon goût, voire la réussite. De Nike à Apple, de Marvel à McDonald’s, cet ouvrage analyse les appropriations et les détournements des marques par les adolescents qui, lentement, entrent dans le monde de l’hyperconsommation que leur présentent les adultes.
Cet ouvrage regroupe des contributions de chercheur.e.s spécialisé.e.s sur la jeunesse, la consommation et la communication. Il s’adresse aux professionnel.le.s, étudiant.e.s et universitaires.

http://www.editions-hermann.fr/4830-marques-cultes-et-culte-des-marques-chez-les-jeunes.html

Éditeur : Presses de l'Université Laval / Hermann
Collection : Adologiques
Date de parution : 25 janvier 2016
ISBN : 9782705673635

Parution: la fabrique de la vente. Le travail commercial dans les télécommunications

La fabrique de la vente. Le travail commercial dans les télécommunications.

de Kessous Emmanuel , Mallard Alexandre

 Couverture_Livre_Fabrique-de-la-vente
 Dans une société où le marché pénètre toutes les sphères d’activité, la vente devient une épreuve décisive. Or, si de nombreuses études se sont intéressées aux habits neufs du consommateur, les mécanismes du travail commercial restent, eux, mal connus.
Cet ouvrage s’intéresse à cette activité qui mobilise l’énergie, les compétences et les savoirs de nombreux professionnels. Il analyse le travail des vendeurs en boutique et des téléconseillers des centres d’appels, des spécialistes de la publicité et des experts du datamining ou de l’informatique commerciale. Les enquêtes qu’il rassemble ont été conduites dans les départements d’une grande entreprise du secteur des télécommunications, marqué au cours des dernières années par des innovations permanentes, de nouvelles méthodes de marketing et des réorganisations continues des tâches. On y verra les différentes facettes du travail des vendeurs, la contribution des clients à la production des savoirs sur le marché, le rôle croissant des technologies de communication et l’importance de l’organisation des processus commerciaux. Comment peut-on découvrir les désirs des clients ? Comment leur faire comprendre l’usage des nouveaux produits ? Quels outils statistiques ou marketing contribuent à une meilleure efficacité de la vente ? La publicité peut-elle transformer la relation au client ? Cet ouvrage montre comment ces questions apparemment simples trouvent des réponses élaborées dans la fabrique de la vente. L’ouvrage intéressera donc à la fois les chercheurs spécialistes du marché, mais aussi les professionnels concernés par les multiples opérations de mise sur le marché.

– See more at: http://www.pressesdesmines.com/sciences-sociales/la-fabrique-de-la-vente.html#sthash.wDlO3KwB.dpuf

Parution – L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère numérique

Image

Pourquoi s’expose-t-on sur Internet et dans les réseaux sociaux numériques ? Quels en sont les dangers ? D’aucuns affirment – et c’est le discours médiatique – que la publication de données sur soi et sur les autres constitue un risque pour les individus et leur droit à la vie privée. D’autres y voient une opportunité, un moyen d’alimenter des relations, de se forger une identité numérique et d’en tirer bénéfice dans une économie informationnelle où l’attention est devenue le bien rare. Continuer la lecture de Parution – L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère numérique

Parution : De quelques troubles existentiels d’objets ordinaires

n°87 de la revue Sciences de la société, Dossier coordonné par Geneviève Teil (INRA, Paris) et Catherine Lejealle (ESG Management School, Paris)

Les sciences positives nous ont accoutumés à voir dans les objets des choses autonomes, indépendantes de leurs usagers, artisans… La sociologie, et tout particulièrement la sociologie pragmatique, est revenue sur ce préformatage de la présence des objets au sein des collectifs, récusant l’ontologie autonomiste des objets. Dans ses Essais de pragmatisme radical (1912), W. James propose ainsi de traiter les objets comme des « objets en train de se faire », ou le résultat provisoire de l’activité collective déployée autour d’eux. Le développement de cette alternative ontologique des objets par la sociologie à la fin du xxe siècle a alimenté un fort débat au sein de la discipline au sujet du mode d’existence des objets dans les collectifs.

Les travaux récents réunis dans ce numéro montrent que la controverse sur le mode d’existence des objets n’est pas confinée à la sociologie ; il ne s’agit pas seulement d’un choix de sociologue entre différentes hypothèses « théoriques ». Continuer la lecture de Parution : De quelques troubles existentiels d’objets ordinaires

Publications sur la sociologie de la consommation

N’hésitez pas à nous faire connaître des références (ouvrages, articles, entretiens, etc.) sur les SHS et la consommation, et à donner votre avis sur ces publications.

Nous avons le projet, en collaboration avec le site Consommations et Sociétés, de développer une bibliographie sur la consommation, de manière collaborative. Toute référence, accompagnée ou non de commentaires ou de résumé, est donc la bienvenue.