[Parution] La ville marchande en temps de pandémie, Métropoles

La revue Métropole a publié un numéro “La ville marchande en temps de pandémie”.

“La crise du Covid-19 a forgé un paysage urbain et marchand inédit, des stratégies et des adaptations diverses, à la fois du côté des commerçants et des clients, et a pu reconfigurer ou réaffirmer le lien profond entre la ville et le commerce. Ce numéro thématique, initié quelques mois seulement après l’annonce par le gouvernement français de nouvelles mesures de restriction (avril 2021), propose d’examiner la déstabilisation et les réaménagements provoqués par la crise sanitaire dans le secteur du commerce de détail et d’étudier les conséquences provisoires ou durables de celle-ci sur l’espace urbain. Qu’est-ce qu’une ville marchande quand elle ne peut plus l’être, quand la plupart de ses commerces sont fermés ou font l’objet de contraintes et de nouvelles réglementations ? Et comment l’analyser ? Réunissant sociologues, anthropologues, géographes, urbanistes, le dossier expose des analyses menées en Chine, en Afrique du Sud, aux États-Unis et en France sur une diversité d’espaces et de situations d’échange marchand, qui d’ordinaire ne sont pas pensés ensemble (boutiques, restaurants, marchés de gros et de détail, commerce en ligne). Ces dernières se voient ici rassemblées dans une interrogation commune – ce que la pandémie du Covid-19 a fait à la ville et aux commerces – tout en pensant plus globalement les réalités urbaines et leur avenir.”

Tous les articles à lire sur : https://journals.openedition.org/metropoles/10091

[Parution] “Arranger les choses. Des conséquences de la classification”

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer la parution aux éditions de l’EHESS de la traduction en langue française d’un ouvrage qui compte désormais parmi les classiques des sciences sociales : Sorting Things Out. Classification and Its Consequences de Geoffrey Bowker et Susan Leigh Star. Vous trouverez ci-joint le chapitre introductif de l’ouvrage.

Geoffrey C. Bowker & Susan Leigh Star

Arranger les choses. Des conséquences de la classification

  • Texte traduit de l’anglais (USA) par Henri Boullier, Vincent Cardon, Éric Dagiral, Baptiste Kotras, Ashveen Peerbaye et Vinciane Zabban
  • Présentation de Vincent Cardon, Éric Dagiral et Ashveen Peerbaye
  • Postface à l’édition française de Geoffrey C. Bowker

Nous vivons dans des sociétés de classification. Arranger les choses est une invitation à en explorer les conséquences. Geoffrey C. Bowker et Susan Leigh Star y abordent le rôle des catégories, des normes et des standards dans la production du monde moderne. Ils examinent avec minutie une grande variété de systèmes de classification, notamment des maladies et du travail infirmier, mais aussi les catégories raciales à l’œuvre sous l’apartheid en Afrique du Sud. Le renversement de perspective qu’ils opèrent dans chacune de ces études empiriques met au premier plan le travail complexe et souvent invisible consistant à concevoir, fabriquer, maintenir et transformer de tels agencements. Ouvrage pionnier dans l’analyse des infrastructures informationnelles, rapidement devenu un inclassable classique des science and technology studiesArranger les choses constitue aujourd’hui encore, près de 25 ans après sa publication en langue anglaise, une ressource incontournable pour penser la manière dont s’entrelacent les trajectoires des institutions et des personnes.

Geoffrey C. Bowker (né en 1953) et Susan Leigh Star (1954-2010) sont mondialement reconnus pour leurs travaux multidisciplinaires qui ont marqué les champs de l’anthropologie et de la sociologie des sciences et des techniques, des sciences de l’information comme de l’informatique. Leurs carrières, menées principalement aux États-Unis, à l’université de Californie, témoignent d’une préoccupation constante et commune pour les aspects historiques, culturels, politiques et éthiques des infrastructures informationnelles, des plus sophistiquées aux plus ordinaires. Les auteurs contribuent ainsi à jeter les bases d’une réflexion essentielle sur les enjeux sociotechniques de l’organisation des connaissances et de la mémoire dans les sociétés contemporaines.

[Parution] “Temporalités et imaginaires du jeu”

Rémi Cayatte, Audrey Tuaillon Demésy et Laurent Di Filippo avons le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage :

Temporalités et imaginaires du jeu

dirigé par Rémi Cayatte, Audrey Tuaillon Demésy et Laurent Di Filippo

 

Cet ouvrage pluridisciplinaire réunit les contributions de douze chercheurs et chercheuses s’inscrivant dans le champ des études universitaires sur les jeux. Il est centré sur les manières dont différents imaginaires contribuent à la construction de mondes du jeu (vidéo, de rôle, sportif, etc.) et aborde comment les mécanismes temporels participent à la structuration et à l’appropriation d’expériences ludiques.Les douze chapitres de cet ouvrage sont organisés autour de deux axes principaux. Dans une optique principalement narrative, le premier s’intéresse aux contenus des jeux, aux temporalités intradiégétiques ainsi qu’aux spécificités relatives à leurs mises en scène. Quant au second, il se situe dans une perspective davantage ancrée en sciences sociales et s’intéresse aux pratiques ludiques et aux dimensions temporelles qu’elles permettent d’expérimenter. Entièrement dédié aux questions temporelles et à la manière dont elles sont véhiculées par et dans des imaginaires ludiques, ce volume place au coeur de son propos des réflexions qui demeurent encore à la marge des recherches en sciences du jeu.

Introduction
Rémi Cayatte, Audrey Tuaillon Demésy, Laurent Di Filippo, Les imaginaires ludiques au prisme du temps

Première partie. Temporalités et narrations ludiques

Chapitre premier
Alice Dionnet, Life is Strange : une étude du rewind à l’aune de la théorie des mondes possibles
Chapitre II
Quentin Barrois, De la figuration du passé à l’expérience réflexive du temps : enjeux esthétiques de la représentation des ruines dans Guild Wars 2
Chapitre III
Matthieu Epp, Hybrider spectacle vivant et jeu vidéo ? L’exemple des Runes d’Odin
Chapitre IV
Charles Meyer, Jean Moulin, Le Donjon et le Démiurge : les vocalités vidéoludiques de narrateur comme dispositif d’instauration et d’inscription temporelle
Chapitre V
Laura Goudet, Rhizomes temporels Animal Crossing et Mortal Combat
Chapitre VI
Hélène Sellier, Temporalité sérielle et expressivité vidéoludique

Deuxième partie. Temporalités et pratiques ludiques : imaginaires et mondes sociaux

Chapitre VII
Sophier Chevalier, Emilio Frignati, Résultats des courses : grandeur et déclin des courses de lévrier en France
Chapitre VIII
Orlane Messey, { Le derby c’est du sérieux ! } Le ludique et ses imaginaires dans la pratique du roller derby
Chapitre IX
Cédric Maiore, La représentation vidéoludique du football : temporalités du jeu dans le jeu, de l’imaginaire à l’hyperréel ?
Chapitre X
Gabrielle Lavenir, Temps pour soi, temps perdu, temps investi : les jeux vidéo au grand âge
Chapitre XI
Iñito Atucha, Temporalite´s, imaginaire historique et repre´sentations du jeu d’échecs dans le Libro del acedrex, dados e tablas d’Aphonse de Castille
Chapitre XII
Boris Krywicki, { Déterrer } les jeux vidéo : les explorations des journalistes spécialisés à rebours de la temporalité industrielle

[Parution] “Les nouvelles médiations audiovisuelles de la musique live”, SociologieS

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un dossier consacré à la captation de concert dans la revue en ligne SociologieS. Intitulé « Les nouvelles médiations audiovisuelles de la musique live », ce dossier réunit différentes études de cas et propose un panorama d’approches possibles de ce sujet. À notre connaissance, il s’agit du premier travail de ce type. Nous nous réjouissons d’avance de vos retours. 

Les nouvelles médiations audiovisuelles de la musique live – Dossier dirigé par Loïc Riom et Michaël Spanu

Sommaire: 

Veille internationale sociologie de la consommation et des usages : première moitié de 2022

Information, communication & society, volume 25 issue 4, « Constructing Young Selves in a Digital Media Ecology: Youth Cultures, Practices and Identity »

Un numéro thématique d’Information, communication & society qui questionne la participation médiatique des jeunes de plusieurs pays à travers leurs productions en ligne. 

____

González-Bailón, Sandra and Xenos, Michael, The Blind Spots of Measuring Online News Exposure: A Comparison of Self-Reported and Observational Data in Nine Countries (January 20, 2020). Information, Communication & Society, Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3522774 or http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.3522774

 

Un article qui rend compte des limites de deux méthodes classiques de mesure de l’exposition à l’actualité en ligne : les réponses autodéclarées à des questionnaires, et les études observationnelles. La recherche s’appuie sur une étude comparative au sein de 9 pays et propose des perspectives pour consolider ces deux approches.

_____

 Kropfeld MI. Lifestyles of enough exploring sufficiency-oriented consumption behavior from a social practice theory perspective. Journal of Consumer Culture. May 2022. doi:10.1177/14695405221095008

Cet article propose, dans le cadre d’une revue de littérature de 8 articles à propos de pratiques de consommation engagées pour l’environnement que l’autrice appelle “Lyfestiles of Enough”, de rendre compte de la structuration de ces styles de vie, à la lumière de la “théorie des pratiques” ou “social-practice theory”. Dans la lignée de cette théorie, l’article défend l’idée que ce n’est pas seulement une éducation à la consommation/de consommateur qui permet de maintenir de tels styles de vie, mais aussi la disponibilité “d’objets, d’espaces et de compétences”.

____


 Katz-Gerro T, Sullivan O. Cultural stratification in the UK: Persistent gender and class differences in cultural voraciousness. Journal of Consumer Culture. May 2022. doi:10.1177/14695405221100388

Cet article rend compte de l’évolution de la stratification sociale de la “voracité culturelle” entre 1998 et 2015 au Royaume-Uni. Les données de l’article s’inscrivent dans le cadre des enquêtes Emploi du temps européennes (Harmonised European Time Use Survey). Dans l’ensemble, les résultats restent cohérents avec les enquêtes précédentes : les hommes et les classes supérieures ont une consommation culturelle plus fréquente.

Eloge du magasin – Vincent Chabault

Le 9 janvier paraît le livre de Vincent Chabault “Éloge du magasin” aux éditions Gallimard.
Retail apocalypse. Cette expression désigne la vague de fermetures d’un grand nombre de magasins aux États-Unis depuis une dizaine d’années. En France, le mouvement n’a pas la même ampleur mais l’essor du e-commerce concurrence les ventes «physiques» et contribue à faire progresser la vacance commerciale en centre-ville et dans certaines galeries marchandes.
Pour autant, l’avenir des marchés, des boutiques, des centres commerciaux, des friperies, des brocantes, des grands magasins ou des librairies n’est pas scellé. En dépit de la digitalisation des courses, de la remise en cause de la distribution de masse et de l’apparition de nouvelles normes de consommation, le magasin demeure un lieu d’approvisionnement central.
Il est également un lieu social et assume d’autres fonctions capables de garantir son existence. À travers une vingtaine de chapitres exposant les résultats d’enquêtes sociologiques, cet ouvrage propose une contribution originale au débat en mettant en évidence les fonctions symboliques et l’utilité sociale du magasin. Que fait-il à l’individu? Que vient y chercher celui-ci que les plateformes ne peuvent lui assurer?
Ni complainte du progrès, ni tract poujadiste de défense des petits commerçants, cet ouvrage examine les raisons qui poussent chaque individu à consacrer en moyenne deux heures quarante par semaine aux achats hors de son domicile. ” Extrait de la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Du neuf avec des vieux – Télémédecine d’urgence et innovation en contexte gériatrique

Sortie de l’ouvrage “Du neuf avec des vieux – télémédecine d’urgence et innovation en contexte gériatrique” de Gérald Gaglio aux Presses Universitaires du Midi.

“Les maisons de retraite ne sont pas spontanément associées au thème de l’innovation. Pourtant, ces espaces professionnels se sont profondément transformés ces dernières années, sous l’effet conjugué du vieillissement des résidents, de la multiplication des dispositifs techniques pour y faire face et du déploiement de systèmes d’information « métier ».
Dans la continuité et à l’aide d’une étude de cas, cet ouvrage envisage l’arrivée de la télémédecine dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes agées dépendantes) du nord-est de la France. Plus particulièrement, il raconte l’histoire d’une « valise » de télémédecine qui visait une meilleure prise en charge des urgences. Par la télétransmission de mesures médicales (typiquement un électrocardiogramme) au centre 15 du SAMU, le but était d’éviter des déplacements jugés parfois inutiles par les médecins de personnes fragiles au service des urgences. Or, rien ne s’est passé comme prévu.
L’ouvrage raconte les péripéties de cette expérimentation, son inspiration, ses espoirs, ses ratés, ses relances, et en extrait des enseignements pour la sociologie de l’innovation, en envisageant ce phénomène dans des organisations en réseau. Autrement dit, ce livre examine comment des acteurs ont tenté de faire du neuf avec des « vieux » et ce que l’on peut en tirer sur l’enjeu de la médicalisation du grand âge dans nos sociétés.”

Toutes les informations sur le site de l’éditeur

Lancement revue “Carnets de la Consommation”

Les Carnets de la Consommation visent à être une revue scientifique pluridisciplinaire de référence sur la consommation (pratiques, acteurs, institutions, représentations et transformations).

Cette revue en ligne et en open access a besoin de se doter de son site Internet. Elle vous sollicite pour sa création. Futur.e.s auteur.e.s, elle vous offre :

  • Des délais de publication rapides
  • Un rythme de publication de 3 à 4 numéros/an 
    • deux numéros varia.
    • un numéro spécial sur invitation de rédacteurs en chef et/ou en lien avec des journées et colloques disciplinaires
    • un numéro spécial annuellement dédié à des textes issus de colloques de différentes disciplines qui parlent et œuvrent à la compréhension des phénomènes de consommation.
  • Un processus de soumission rigoureux
    • une évaluations en triple aveugle
    • la possibilité pour les évaluateurs de publier des commentaires après parution d’un article
  • Des formats de publication souples et variés
    • des articles de 10 à 30 pages (Times new roman, 12, interligne simple, bibliographie et annexes comprises)
    • des notes de recherche ou des synthèses de littérature de 15 à 20 pages
    • des formats alternatifs (photos, vidéos…)
    • un résumé long de deux pages en anglais lors de la publication

Faire un don pour soutenir le lancement de la revue

Parution de deux ouvrages sur la consommation de musique à l’heure de la musimorphose

Deux ouvrages dirigés par Philippe Le Guern – “en quête de musique” et “où va la musique” –  vont paraître autour de la consommation de musique à l’heure de la musimorphose. En voici les quatrièmes de couverture :

En quête de musique  : Les représentations et les usages de la musique hérités de l’ère de l’enregistrement sur support physiques (vinyl, cassette, CD) se sont radicalement transformés avec la généralisation des technologies numériques et de l’Internet. Tout sauf figés, les processus d’écoute sont à considérer dans l’histoire d’un ajustement progressif entre des dispositifs techniques et des dispositions d’écoute : le passage de la discomorphose à la numérimorphose constitue une étape essentielle de cette histoire marquée par le téléchargement illégal, le streaming, les lecteurs MP3 ou les algorithmes de la recommandation. Pour autant, nous continuons à mobiliser des catégories ou des notions insuffisamment discutées – le genre musical, l’éclectisme, la légitimité, l’émotion esthétique, etc. – pour appréhender les pratiques et les goûts des auditeurs. De même, les approches employées en situation d’enquête semblent parfois inadaptées face au changement de régime ou d’échelle imposé par le numérique. Ouvrir la boîte noire des méthodes pour étudier représentations et pratiques à l’ère de la musimorphose, telle est l’ambition de cet ouvrage, où se côtoient sociologues, informaticiens, musicologues, psychologues cognitifs, spécialistes en sciences de la communication, de l’éducation et de gestion.

Où va la musique : Embarqués à bord des sondes spatiales Voyager, des disques plaqués or contenant des images et des sons censés représenter la diversité terrestre étaient lancés dans l’espace en 1977 : 90 minutes de musique, dont des oeuvres de Bach, Beethoven, Chuck Berry, Louis Amstrong, Mozart, ou encore des chants de bergers bulgares ou de jeunes filles pygmées, dérivent ainsi depuis dans l’espace intersidéral. On imagine alors la surprise de civilisations extra-terrestres découvrant ces objets déroutants et déjà… obsolètes. Car musique rime, quarante plus tard, avec streaming, Youtube, sodcasting, MP3, Justin Bieber et Hatsune Miku.
Entre dispositifs et dispositions, changements socio-techniques et normes instituées, l’écoute musicale se reconfigure en permanence. Et avec le passage de la discomorphose à la numérimorphose, ce sont peut-être nos manières de découvrir, de classer, de partager la musique qui se sont transformées radicalement : dans ce monde d’abondance, les algorithmes de la recommandation, les casques et les logiciels de stream ripping, les smartphones et les fichiers compressés ont pris le pas sur les CD, la presse rock spécialisée, le disquaire du coin et le son HiFi.
Existe-t-il un fil conducteur, un principe téléologique, qui permette de penser l’histoire de nos oreilles ? Comment décrire nos nouvelles habitudes d’écoute en régime numérique ? Les innovations technologiques nous laissent-elles entrevoir ce que pourraient être nos prochaines expériences de la musique ? En réunissant universitaires et professionnels du secteur, dans une perspective interdisciplinaire, cet ouvrage propose d’apporter des réponses à une question en apparence très simple : où va la musique ?

Livre l’Alerte ou l’Enquête – Nicolas Auray

Lundi 28/11 sortira aux Presses des Mines l’ouvrage de notre collègue Nicolas Auray, paru à titre posthume. Le manuscrit a été envoyé à l’éditeur quelques mois avant son décès.

Le livre L’Alerte ou l’Enquête met en perspective ses travaux sur l’exploration en s’appuyant sur des enquêtes portant sur quatre moments clés de la vie : la consommation d’offres culturelles, la rencontre, le travail et le jeu. Ces moment d’exploration définissent quatre risques formant le mot DIME : une Désorientation, une Insécurité sociale, une Manipulabilité mutuelle et enfin une Excitabilité.

Vous pouvez trouver quelques pages d’introduction sur le site de l’éditeur : http://www.pressesdesmines.com/l-alerte-ou-l-enquete.html

Sortie du livre : Pratiques sociales et usages de l’énergie

“Pratiques sociales et usages de l’énergie” Coordonné par Isabelle Garabuau-Moussaoui et Magali Pierre

Des crises pétrolières à la loi de transition énergétique, en passant par les différents événements nationaux et mondiaux concernant l’environnement et l’énergie, différents acteurs ont appelé à un changement de comportements des utilisateurs finaux d’énergie, appuyés par des analyses de l’homo oeconomicus (agent mu par sa rationalité économique) et de l’homo ecologicus (agent mu par ses valeurs environnementales). Cette démarche, qui n’a pas porté tous les fruits attendus, considère les comportements comme points d’aboutissement des politiques publiques, des dispositifs techniques ou des offres.

Cet ouvrage propose de renverser cette perspective. Posant les pratiques sociales comme point de départ, notre démarche consiste à appréhender leur diversité et leur ancrage quotidien et à saisir leurs logiques propres, pour analyser ensuite comment les outils et dispositifs sont mobilisés dans ces pratiques.

Dans un premier temps, les pratiques sociales et activités qui produisent une consommation d’énergie sont étudiées, afin de montrer comment les usagers jouent avec les systèmes, les équipements, les expérimentations, les catégories, les prescriptions. Dans un second temps, l’analyse se décale vers les acteurs intermédiaires, afin de prendre en compte les dispositifs socio-techniques, les acteurs et les instruments. C’est ainsi le « façonnement social » des technologies et la « fabrique des pratiques » qui sont explorés. Enfin, le rapport entre normes et pratiques (imbrication ou décalage) est examiné, en s’attachant aux discours portés par les ménages et les médias sur les consommations d’énergie et en analysant ce que chacun en raconte, dans ses actes langagiers.

Les contributions alternent entre restitutions d’enquêtes empiriques originales et travaux de synthèse faisant le point sur une notion. L’acteur de terrain comme le chercheur académique et l’étudiant pourront ainsi tirer profit de plusieurs niveaux de lecture correspondant à des formats de papier qui se complètent.

Lien vers le site de l’éditeur

Marques cultes et culte des marques chez les jeunes. Penser l’adolescence avec la consommation

Jocelyn LACHANCE, Louis MATHIOT et Philippe ST-GERMAIN (dir.), Marques cultes et culte des marques chez les jeunes. Penser l’adolescence avec la consommation, Québec / Paris, PUL / Hermann, 2016

Dans un monde où règne la consommation, les marques sont devenues des symboles : portées par les vedettes du sport et du cinéma, exposées au regard de millions de téléspectateurs, parfois gages de qualité ou indices de prestige, elles ne sont plus seulement des véhicules destinés à la promotion d’objets auréolés par la griffe ou le logo. Elles sont aimées, rejetées, discutées, débattues. Sujettes à des passions, elles incarnent pour certains des valeurs et représentent pour d’autres l’appartenance, le bon goût, voire la réussite. De Nike à Apple, de Marvel à McDonald’s, cet ouvrage analyse les appropriations et les détournements des marques par les adolescents qui, lentement, entrent dans le monde de l’hyperconsommation que leur présentent les adultes.
Cet ouvrage regroupe des contributions de chercheur.e.s spécialisé.e.s sur la jeunesse, la consommation et la communication. Il s’adresse aux professionnel.le.s, étudiant.e.s et universitaires.

http://www.editions-hermann.fr/4830-marques-cultes-et-culte-des-marques-chez-les-jeunes.html

Éditeur : Presses de l'Université Laval / Hermann
Collection : Adologiques
Date de parution : 25 janvier 2016
ISBN : 9782705673635

[Parution] “La fabrique de la vente. Le travail commercial dans les télécommunications”

La fabrique de la vente. Le travail commercial dans les télécommunications.

de Kessous Emmanuel , Mallard Alexandre

 Couverture_Livre_Fabrique-de-la-vente
 Dans une société où le marché pénètre toutes les sphères d’activité, la vente devient une épreuve décisive. Or, si de nombreuses études se sont intéressées aux habits neufs du consommateur, les mécanismes du travail commercial restent, eux, mal connus.
Cet ouvrage s’intéresse à cette activité qui mobilise l’énergie, les compétences et les savoirs de nombreux professionnels. Il analyse le travail des vendeurs en boutique et des téléconseillers des centres d’appels, des spécialistes de la publicité et des experts du datamining ou de l’informatique commerciale. Les enquêtes qu’il rassemble ont été conduites dans les départements d’une grande entreprise du secteur des télécommunications, marqué au cours des dernières années par des innovations permanentes, de nouvelles méthodes de marketing et des réorganisations continues des tâches. On y verra les différentes facettes du travail des vendeurs, la contribution des clients à la production des savoirs sur le marché, le rôle croissant des technologies de communication et l’importance de l’organisation des processus commerciaux. Comment peut-on découvrir les désirs des clients ? Comment leur faire comprendre l’usage des nouveaux produits ? Quels outils statistiques ou marketing contribuent à une meilleure efficacité de la vente ? La publicité peut-elle transformer la relation au client ? Cet ouvrage montre comment ces questions apparemment simples trouvent des réponses élaborées dans la fabrique de la vente. L’ouvrage intéressera donc à la fois les chercheurs spécialistes du marché, mais aussi les professionnels concernés par les multiples opérations de mise sur le marché.

– See more at: http://www.pressesdesmines.com/sciences-sociales/la-fabrique-de-la-vente.html#sthash.wDlO3KwB.dpuf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search