Sortie du livre : Pratiques sociales et usages de l’énergie

« Pratiques sociales et usages de l’énergie » Coordonné par Isabelle Garabuau-Moussaoui et Magali Pierre

Des crises pétrolières à la loi de transition énergétique, en passant par les différents événements nationaux et mondiaux concernant l’environnement et l’énergie, différents acteurs ont appelé à un changement de comportements des utilisateurs finaux d’énergie, appuyés par des analyses de l’homo oeconomicus (agent mu par sa rationalité économique) et de l’homo ecologicus (agent mu par ses valeurs environnementales). Cette démarche, qui n’a pas porté tous les fruits attendus, considère les comportements comme points d’aboutissement des politiques publiques, des dispositifs techniques ou des offres.

Cet ouvrage propose de renverser cette perspective. Posant les pratiques sociales comme point de départ, notre démarche consiste à appréhender leur diversité et leur ancrage quotidien et à saisir leurs logiques propres, pour analyser ensuite comment les outils et dispositifs sont mobilisés dans ces pratiques.

Dans un premier temps, les pratiques sociales et activités qui produisent une consommation d’énergie sont étudiées, afin de montrer comment les usagers jouent avec les systèmes, les équipements, les expérimentations, les catégories, les prescriptions. Dans un second temps, l’analyse se décale vers les acteurs intermédiaires, afin de prendre en compte les dispositifs socio-techniques, les acteurs et les instruments. C’est ainsi le « façonnement social » des technologies et la « fabrique des pratiques » qui sont explorés. Enfin, le rapport entre normes et pratiques (imbrication ou décalage) est examiné, en s’attachant aux discours portés par les ménages et les médias sur les consommations d’énergie et en analysant ce que chacun en raconte, dans ses actes langagiers.

Les contributions alternent entre restitutions d’enquêtes empiriques originales et travaux de synthèse faisant le point sur une notion. L’acteur de terrain comme le chercheur académique et l’étudiant pourront ainsi tirer profit de plusieurs niveaux de lecture correspondant à des formats de papier qui se complètent.

Lien vers le site de l’éditeur

Journée AFS RT11 : Quelles approches pour quelles populations : regards croisés sur la relation d’enquête

La question de la relation d’enquête est classique dans les approches ethnographiques en sociologie (Beaud et Weber, 2015). Elle peut se poser d’autant plus fortement que les populations étudiées posent
des problèmes en termes d’accès (Robert Demontrond et al., 2013), de distance sociale entre les enquêteurs et les enquêtés (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1991), ou encore des questions de positionnement
politique du chercheur pris dans son terrain (Caratini, 2012). Cette question est en revanche plus émergente en Consumer Research, tant du fait du développement plus récent de ces approches (Mamali, 2015), que de conception de la consommation leur laissant moins de place. Les questionnements soulevés se voient par ailleurs renouvelés avec l’apparition de nouvelles médiations entre chercheurs et enquêtés (Demazière et al. 2011) ainsi que par les méthodes de collectes qui vont y être associées (Kozinets, 2002).
Cette journée sera l’occasion de réunir des chercheurs sur la consommation qui s’intéressent à des populations sur lesquelles il est difficile d’enquêter. L’objectif est d’échanger sur les problèmes
rencontrés dans ces terrains, les différents types de questions soulevées et les façons dont les chercheurs y font face. Ce programme permettra donc d’aborder certaines questions : comment travailler avec et sur une relation d’enquête problématique ? Comment s’immerger mais aussi se distancier de ce type de terrain ? Quelles approches méthodologiques et quels artefacts envisager pour accéder au terrain ?
La journée est structurée autour de trois temps associés à des populations de consommateurs ou d’usagers pour lesquelles la relation d’enquête peut être problématique – les enfants, les sous-cultures déviantes et le monde des jeux vidéo en ligne – et des approches méthodologiques qui permettent de s’y adapter.
Afin de lancer la discussion, chaque intervenant commencera par exposer les approches qu’il a mises en place dans le cadre de ses recherches, les données qu’il a recueillies, les difficultés qu’il a rencontrées par rapport à la population étudiée, la manière dont il les a surmontées et enfin, les limites des méthodes utilisées.

 

9H30 – 11h ~ Quand verbaliser est difficile : enquêter auprès des enfants
– Marie Schill (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Quand le mime permet aux enfants de s’exprimer sur leurs pratiques de tri
– Coralie Damay (ISC Paris) : Quand le dessin permet aux enfants de s’exprimer sur leur perception et construction d’un abstrait, le prix
– Dominique Pasquier (Telecom Paris Tech) : Comment comprendre la réception de la télévision par les publics pré adolescents

11h30 – 12h30 ~ S’immerger dans une sous-culture de consommation déviante
– Yohan Gicquel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Enquêter sur/dans les skin parties
– Albert Ogien (EHESS) : Enquêter sur les drogués et autres consommateurs de substances

12h30 – 14H00 Pause déjeuner

14h00 > 16h ~ Des rôles variés, des relations d’enquête variées ? Joueurs en ligne, producteurs et chercheurs
– Vincent Berry (Université de Paris 13), Manuel Boutet (Université de Nice), Samuel Coavoux (ENS Lyon), Vinciane Zabban (Université de Paris 13)
o Articuler les méthodes pour saisir les styles de jeux
o La co-construction des mondes du jeu par les concepteurs et les usagers
– Maïlys Torché (IAE de Rouen) : Etudier les geeks – le refus temporaire d’être étranger
– Renaud Garcia-Bardidia (IUT d’Evreux), Jean-Philippe Nau (Université de Lorraine), Romain Sohier (IAE de Caen), Caterina Trizzulla (Université de Lorraine), Arthur Velpry (Université de Lorraine) : Jouer ensemble, chercher ensemble. Mieux prendre en compte la relation d’enquête entre chercheurs ?

Le programme complet