Enregistrements vidéos de la journée « Handicap et consommation »

Une journée d’étude interdisciplinaire autour du thème « Handicap et consommation » s’est tenue à Nancy le 8 mars 2019. Le programme et les liens vers les enregistrements vidéos ci-dessous :
s 9h30-11h : Conférences introductives

 11h15-12h15 :

 13h30-15h15 :

15h30 – 16H30

Offre alternance sciences sociales – EDF Lab

Isabelle Moussaoui est à la recherche d’un-e alternant-e en M1 ou M2 pour la rentrée 2019 sur un poste de « chargé-e d’études prospective-sciences sociales ».

Il n’y a qu’une seule offre mais deux annonces ont été faites selon que l’étudiant soit en M1 ou en M2.

Annonce Ap-18-4468 si l’étudiant-e est en M1 et alternance 2 ans

Annonce Ap-19-4467 si l’étudiant-e est en M2 et alternance 1 an

Les étudiants doivent passer par EDF recrute (les liens ci-dessus) pour postuler.

Appel à communication – Journée Consommation & Histoire – 25 Juin 2019

« L’histoire de la consommation n’est pas anecdotique » affirme Jean-Claude Daumas (2018, p.7) en introduction de son dernier ouvrage, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle. C’est même le prisme par lequel la plupart des activités humaines fondamentales – se loger, se nourrir, s’occuper, se distraire – révèlent la nature et l’état de développement d’une société. Et tandis que les approches gestionnaires font du présent et de l’avenir, notamment économique, leur principal souci, l’histoire de la consommation se présente tout à la fois comme un analyseur de la culture matérielle qui nous environne et un révélateur des représentations qui la façonnent et la transforment. Faire l’histoire de la consommation, c’est donc reconstituer la généalogie des formes de production, de distribution et d’usage d’une infinité d’objets et de dispositifs marchands, articuler les processus qui les lient à des pratiques, des significations et des acteurs multiples et démêler l’enchevêtrement complexe d’évènements et d’espaces par et sur lesquels ils se sont déployés (Chessel, 2012a ; Daumas, 2012, 2018 ; Fontaine, 2014). Si les sciences de gestion et le marketing, deux disciplines nouées aux fils de la production matérielle et symbolique qu’elles participent à construire, ambitionnent de conjecturer sur le futur des marchés, nous pensons que c’est par les approches historiques de la consommation qu’elles peuvent gagner en compréhension rétrospective des faits auxquels elles participent et des ressorts de leur propre action sur le monde. 

La Journée « Consommation et Histoire » vise à rendre plus lisibles notre compréhension de la consommation et ses trajectoires de changement. Elle accueille des contributions empiriques susceptibles d’enrichir une large variété d’objets et de thématiques précédemment défrichées dont la liste, non exhaustive, comprend :

  • des dispositifs telsque la publicité (Chessel, 1998), le crédit à la consommation (Effosse, 2014 ; Gelpi et Julien-Labruyère, 1994), le marketing (Cochoy, 1999), les études de motivation (Schwarzkopf, 2010) ou les médias (Gaillard, 2012) quifaçonnent la compréhension des consommateurs, la définition de l’offre, les modalités d’accès aux biens et la construction du goût, mais aussi ceux qui permettent la quantification de la consommation, qu’il s’agisse d’évaluer les trajectoires de la demande (évolution des dépenses, études des budgets etc.), la manière dont les entreprise l’appréhendent (histoire des études de marché), ou dont les acteurs et instruments publics contribuent à moderniser la vie économique (étude de la productivité, Boulat, 2008).
  • des secteurs d’activité tels que la grande distribution (Woronoff, 2015), le luxe (Briot, 2011), la mode (Brachet Champsaur, 2018), l’alimentation (Vabre, 2012) ou le tourisme (Tissot, 2007).
  • des objets comme l’automobile (Loubet, 2001), la machine à laver (Delaunay, 1994) le vêtement (Roche, 1989), le piano (Carnevalli et Newton, 2013), la télévision (Gaillard, 2012) ou le loisir sportif (Boulat, 2014).
  • des acteurs – organisations marchandes emblématiques d’une certaine vision technique ou sociale de leur environnement et organisations non marchandes (associations de consommateurs, pouvoirs publics, ONG) œuvrant à la définition, à la transformation et à la régulation marchande (Chessel, 2012b).
  • des problèmes sociaux dérivés de la consommation comme les déchets (De Silguy, 2009), la pauvreté (Geremek, 1978 ; Gueslin, 2004 ; Gorge, 2014) ou l’hygiène (Vigarello, 1985) pour n’en citer que quelques-uns.
  • des évolutions institutionnelles, politiques, économiques et sociales façonnant la société de consommation (Ago, 2006 ; Braudel, 1979 ; Bucheli et Wadhwani, 2014 ; Cohen, 2004 ; McKendrick, Brewer et Plumb, 1982 ; Williams, 1991).

Les propositions peuvent également inclure des réflexions conceptuelles sur ce que l’histoire peut apporter au marketing contemporain, mais aussi sur la manière dont les marketers peuvent et doivent intégrer l’histoire – jusqu’où, comment et avec quelles méthodes adaptées de celles des historiens – dans des approches principalement centrées sur l’exploration ou l’explication du présent (Cailluet, Lemarchand et Chessel, 2013 ; Karababa et Ger, 2005 ; Smith et Lux, 1993).

Cette journée, organisée sous l’égide du réseau Alcor-GIT afm (Alternative Consumption Research) se veut un temps d’échanges entre historiens, sociologues et marketers, mais aussi anthropologues ou géographes intéressé·e·s par des perspectives historiques sur la consommation. Selon leur positionnement, les propositions de communication pourront être soumises, à l’issue de cette journée, aux revues Carnets de la Consommation, Décisions Marketing, Entreprises et histoire et Recherche et Applications en Marketing.


Soumission des propositions de communication

Les propositions de communication doivent être envoyées pour le 21 avril 2019 au plus tard à consoethistoire@gmail.com sous la forme d’un document word (.doc, .docx) comprenant :

– une page de garde (nom, prénom, adresse courriel et adresse postale, institution de rattachement, de chaque auteur ; le nom de l’auteur « contact », le titre de la proposition de communication, un résumé de 200 mots en français et en anglais) ;

– la proposition de 5 pages maximum, hors bibliographie.

Calendrier

  • Envoi des propositions : 21 avril 2019
  • Sélection et réponses aux auteurs : 30 avril 2019
  • Réception de la première version du papier final (20 pages maximum, Times New Roman, interligne 1,5, hors bibliographie) : 18 juin 2019

Pour plus d’informations vous pouvez vous rendre sur la page dédiée sur le site du réseau ALCOR