Veille internationale sociologie de la consommation et des usages : première moitié de 2022

Information, communication & society, volume 25 issue 4, « Constructing Young Selves in a Digital Media Ecology: Youth Cultures, Practices and Identity »

Un numéro thématique d’Information, communication & society qui questionne la participation médiatique des jeunes de plusieurs pays à travers leurs productions en ligne. 

____

González-Bailón, Sandra and Xenos, Michael, The Blind Spots of Measuring Online News Exposure: A Comparison of Self-Reported and Observational Data in Nine Countries (January 20, 2020). Information, Communication & Society, Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3522774 or http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.3522774

 

Un article qui rend compte des limites de deux méthodes classiques de mesure de l’exposition à l’actualité en ligne : les réponses autodéclarées à des questionnaires, et les études observationnelles. La recherche s’appuie sur une étude comparative au sein de 9 pays et propose des perspectives pour consolider ces deux approches.

_____

 Kropfeld MI. Lifestyles of enough exploring sufficiency-oriented consumption behavior from a social practice theory perspective. Journal of Consumer Culture. May 2022. doi:10.1177/14695405221095008

Cet article propose, dans le cadre d’une revue de littérature de 8 articles à propos de pratiques de consommation engagées pour l’environnement que l’autrice appelle “Lyfestiles of Enough”, de rendre compte de la structuration de ces styles de vie, à la lumière de la “théorie des pratiques” ou “social-practice theory”. Dans la lignée de cette théorie, l’article défend l’idée que ce n’est pas seulement une éducation à la consommation/de consommateur qui permet de maintenir de tels styles de vie, mais aussi la disponibilité “d’objets, d’espaces et de compétences”.

____


 Katz-Gerro T, Sullivan O. Cultural stratification in the UK: Persistent gender and class differences in cultural voraciousness. Journal of Consumer Culture. May 2022. doi:10.1177/14695405221100388

Cet article rend compte de l’évolution de la stratification sociale de la “voracité culturelle” entre 1998 et 2015 au Royaume-Uni. Les données de l’article s’inscrivent dans le cadre des enquêtes Emploi du temps européennes (Harmonised European Time Use Survey). Dans l’ensemble, les résultats restent cohérents avec les enquêtes précédentes : les hommes et les classes supérieures ont une consommation culturelle plus fréquente.