[Screenshot] Pauline Mortas


“Articles intimes pour dames et messieurs”. Une histoire du marché lié à la sexualité (France, années 1880 – années 1930)

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Ton parcours, tes centres d’intérêt, ou encore la manière dont tu es arrivé·e à ton objet de recherche ?

C’est en classe préparatoire que j’ai découvert l’histoire du corps, de la santé, des sexualités et du genre, à l’occasion de programmes portant sur les mondes du travail et sur l’hygiène et la santé en Europe aux xixe et xxe siècles. Après avoir intégré l’École normale supérieure de Paris en 2012, j’ai eu envie de poursuivre en Master autour d’un sujet qui me permettait de combiner histoire des femmes et du genre et histoire des sexualités à l’époque contemporaine.

J’ai effectué mon mémoire sous la direction de Dominique Kalifa à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, au sein du Centre d’Histoire du xixe siècle. Ce premier travail de recherche portait sur l’histoire de la défloration au xixe siècle en France et s’inscrivait essentiellement dans une perspective d’histoire des représentations : il s’agissait pour moi de voir comment des écrits médicaux, religieux ou encore littéraires avaient donné une importance nouvelle à ce moment de la défloration, en en faisant un événement crucial dans la fabrique des identités de genre (féminine comme masculine !) et dans la construction de la relation conjugale. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire, je me suis inscrite en thèse sous la direction de Dominique Kalifa et de Sylvie Chaperon (Université Toulouse Jean Jaurès). Après le décès de mon directeur en 2020, c’est avec Anne Rasmussen (EHESS) que j’ai poursuivi ma thèse. Mon projet initial portait sur l’histoire des problèmes sexuels et croisait histoire de la médecine et des thérapeutiques, histoire des sexualités et histoire du couple. Et de fil en aiguille, par la rencontre avec certaines sources mais aussi via des lectures, mon sujet s’est petit à petit déplacé pour porter sur l’histoire du marché des objets liés à la sexualité. J’ai soutenu ma thèse, qui s’intitule « “Articles intimes pour dames et messieurs”. Une histoire du marché lié à la sexualité (France, années 1880-années 1930) » en décembre 2023.

Est-ce que tu peux décrire l’objet de ta thèse ?

Ma thèse porte sur l’histoire du marché des objets liés à la sexualité. Je me suis spécifiquement focalisée sur trois types d’objets : les produits liés au contrôle des naissances (préservatifs, pessaires, spermicides, injecteurs vaginaux ou encore remèdes abortifs), les adjuvants sexuels (remèdes contre la frigidité, accessoires pour traiter le vaginisme, aphrodisiaques ou encore appareils contre l’impuissance masculine) et les accessoires érotiques (godemichés, doigtiers texturés ou encore anneaux péniens). L’objectif de la thèse est de retracer le cycle de vie de ces objets, de leur conception et production à leur consommation, en passant par leur mise sur le marché et leur publicisation.

Le cadre chronologique que j’ai choisi pour ma thèse (des années 1880 aux années 1930) s’explique par plusieurs raisons. Il s’agit d’abord d’une période dont les historien·nes des sexualités ont souligné la cohérence. Elle est souvent qualifiée de « première révolution sexuelle », en référence au fait qu’elle voit émerger, en Europe, des mouvements qui revendiquent une transformation en matière de sexualités et de rapports de genre (mouvements néo-malthusiens, féministes ou encore en faveur des droits des personnes homosexuelles) et qu’on observe aussi une transformation concrète des pratiques (naissance du flirt et tolérance croissante envers les sexualités préconjugales, avènement de la norme du mariage d’amour, etc.). Plusieurs facteurs expliquent aussi que ces décennies aient joué un rôle dans l’avènement d’une offre marchande de produits liés à la sexualité : la deuxième vague d’industrialisation est marquée par l’essor des industries du caoutchouc et de la pharmacie (deux secteurs qui jouent un rôle central dans l’apparition de ces objets sexuels) ; elle s’accompagne aussi de l’essor du salariat, qui permet à une frange croissante de la population d’accéder à la consommation. La période est aussi marquée par des transformations du commerce : la libéralisation de la presse en 1881 donne lieu à un accroissement spectaculaire de la publicité de presse ; les progrès des transports et des services postaux permettent l’essor de la vente par correspondance… Toutes ces évolutions permettent l’essor d’un véritable marché lié à la sexualité. 

Je me suis essentiellement focalisée pour cette thèse sur le terrain français, mais sans le penser comme une étude de cas nationale : il s’agissait plutôt d’en faire un observatoire de phénomènes plus larges. Je m’efforce en effet de montrer que ce marché s’inscrit dans des dynamiques internationales et coloniales fortes : il repose sur la circulation de matières premières venues d’autres parties du monde (à l’instar du caoutchouc, importé d’Amérique du Sud puis des colonies d’Asie du Sud-Est, ou encore de substances médicinales), de produits semi-manufacturés (jusqu’à la fin du xixe siècle, le Royaume-Uni a un quasi-monopole sur la production des feuilles de caoutchouc utilisées pour la fabrication des préservatifs), ou encore de produits manufacturés (de nombreux insufflateurs vaginaux vendus en France sont conçus et usinés en Allemagne). À l’inverse, des produits fabriqués ou vendus depuis la France s’exportent à l’étranger et dans les colonies : remèdes contre l’impuissance, préservatifs en baudruche, etc.

Dans quel cadre théorique est-ce que tu te situes, et en quoi ta thèse est novatrice en la matière ?

Le principal champ historiographique dans lequel je m’inscris est celui de l’histoire des sexualités. Ma thèse apporte une nouvelle manière de faire cette histoire, en prenant le parti d’étudier des objets liés à la sexualité. Cette approche par les objets a selon moi plusieurs intérêts. D’abord, les objets sur lesquels je me penche permettent d’écrire une histoire des sexualités ordinaires (au sens statistique du terme) : un grand nombre de personnes ont pu être touchées un jour ou l’autre par un trouble sexuel et chercher à acquérir un remède contre l’impuissance, par exemple. L’étude des objets contraceptifs et des remèdes abortifs permet en outre de se focaliser sur les pratiques hétérosexuelles, qui, alors qu’elles sont majoritaires (et sans doute précisément parce qu’elles le sont) ont été moins étudiées par l’historiographie des sexualités, qui s’est avant tout focalisée sur la pathologisation ou la criminalisation de certains comportements sexuels jugés déviants : homosexualités, paraphilies, violences sexuelles, etc.

Cette focalisation s’explique par le fait que l’histoire des sexualités s’est longtemps écrite à partir de l’étude des discours normatifs (religieux ou médicaux, par exemple) qui visent à encadrer les comportements sexuels des populations. Ces écrits prescriptifs sont en effet plus aisément accessibles que les sources pour documenter les pratiques sexuelles effectives – même si des historiennes ont montré la richesse des écrits du for privé ou des archives judiciaires pour approcher les sexualités vécues. Or, il me semble qu’étudier les objets permet de documenter de manière complémentaire cette histoire des pratiques : ces artefacts ont pu perturber les scripts sexuels des individus, transformer leurs habitudes, bousculer les rôles de genre au cours des rapports sexuels. Ils constituent donc de bons révélateurs de ces pratiques intimes dont on parle peu.

Par ailleurs, en mettant au jour l’important massif publicitaire qui accompagne la commercialisation de ces produits liés à la sexualité, ma thèse suggère aussi de nouvelles pistes pour étudier la fabrique des normes sexuelles et de genre : ces publicités sont en effet susceptibles, par leur grande diffusion dans la presse notamment, d’avoir eu un impact plus grand sur les représentations des individus que des traités religieux ou médicaux qui étaient souvent diffusés à très peu d’exemplaires.

Plus largement, ma thèse mobilise d’autres historiographies (histoire de la presse et de la publicité, de la justice, de la consommation, du commerce, des professions de santé) et montre que l’étude des sexualités, loin d’être un sous-champ à part, gagne à être croisée avec d’autres approches – parce que les sexualités sont un phénomène éminemment social et donc perméable aux grandes évolutions qui marquent une époque.

Sur quelles données travailles-tu ?

Mon corpus de sources est assez hétéroclite. Parce que les objets eux-mêmes n’ont que très rarement été conservés, je suis amenée à mobiliser des sources très variées. J’utilise d’abord beaucoup de publicités de presse (la numérisation et la reconnaissance optique des caractères, ou OCR, rend le dépouillement massif de ces sources beaucoup plus aisé) et d’autres supports publicitaires (catalogues, prospectus). Les archives de l’Institut national de la Propriété Industrielle (demandes de brevets d’invention, dépôt de marques de fabrique et de commerce ou encore de dessins et modèles) sont elles aussi très précieuses pour documenter l’histoire matérielle de ces objets souvent disparus. Les archives judiciaires et policières permettent d’étudier la répression dont ce commerce est l’objet, mais recèlent aussi parfois de précieuses archives d’entreprises, saisies à l’occasion de procédures (lettres de clients, registres de compte, factures…). Afin de retracer les trajectoires d’individus et/ou d’entreprises, les archives d’actes de société, les archives d’état civil (actes de naissance, de mariage ou de décès), j’ai également utilisé les registres matricules militaires, les annuaires commerciaux et le registre du commerce. J’ai aussi eu recours à de nombreuses sources imprimées (ouvrages médicaux et de vulgarisation médicale, traités néo-malthusiens, pamphlets écrits par les ligues de moralité), mais aussi, plus ponctuellement, à des écrits du for privé (correspondances, journaux personnels).

Quels sont les résultats ou les hypothèses principales de ta thèse ?

Ma thèse dévoile un aspect méconnu de la « première révolution sexuelle » en mettant en évidence l’émergence, dans la France de la fin du xixe siècle, d’une offre marchande dédiée à la sexualité dans tous ses aspects (accessoires érotiques, remèdes contre les troubles sexuels, dispositifs contraceptifs ou encore produits abortifs). Elle révèle donc le versant matériel du phénomène d’érotisation de la sexualité conjugale souligné par l’historiographie.

Ma thèse montre aussi que ces produits entretiennent des liens étroits avec les secteurs de l’hygiène, de la cosmétique ou de la médecine (ainsi des injecteurs et insufflateurs vaginaux contraceptifs, qui s’inspirent formellement d’instruments de gynécologie, ou encore des spermicides, dont la composition est souvent proche de produits hygiéniques). C’est donc moins la matérialité des objets en elle-même que leur marchandisation qui en fait des objets sexuels : leurs fabricant·es et vendeur·euses mettent en avant, dans les publicités, leurs vertus contraceptives, érotiques ou aphrodisiaques. Ma thèse montre le rôle joué par des professions para-médicales (herboristes, sages-femmes, pharmaciens ou encore bandagistes) dans l’émergence de ce marché et elle permet donc de nuancer la thèse d’une médicalisation des sexualités à l’époque contemporaine, en mettant en avant le rôle qu’ont joué ces acteur·rices jusque-là peu étudié·es dans la transformation des sexualités. En montrant l’émergence, dans le Paris de la Belle Époque, de commerces qui se spécialisent dans le domaine de la sexualité, elle réinscrit aussi dans le temps long l’histoire des sex-shops, plutôt associés par l’historiographie à la seconde moitié du xxe siècle.

Étudier la répression étatique qui s’exerce sur ce marché permet d’en discuter la chronologie : ma thèse montre notamment que le vote de la loi du 31 juillet 1920 (qui interdit la propagande anticonceptionnelle et la provocation à l’avortement) s’inscrit en fait dans une continuité répressive qui prend ses origines dans la seconde moitié des années 1900. Elle montre que cette répression est éminemment genrée et qu’elle vise moins à éliminer ces produits sexuels qu’à en restreindre la visibilité auprès de publics jugés fragiles – les enfants, et surtout, les femmes. S’engage alors un jeu d’adaptations successives entre les acteur·rices de ce marché et les pouvoirs publics : les premiers rivalisent d’ingéniosité dans leurs stratégies publicitaires pour échapper à la répression, tandis que les législateurs s’efforcent de transformer les textes de loi pour s’adapter aux évolutions permanentes du marché.  

Ma thèse étudie enfin la consommation de ces produits. Si les sources manquent pour documenter cet aspect, le croisement de différents indices permet de suggérer une accessibilité croissante de ces produits d’un point de vue géographique (de Paris à la province, des villes aux campagnes, mais aussi dans les colonies et à l’international), social (les prix permettent de manière croissante aux classes populaires de consommer de ces produits), de genre (le marché s’ouvre progressivement aux consommatrices) et de statut conjugal (le marché s’adresse de manière croissante aux couples légitimes). En montrant que ces produits sont consommés par un nombre toujours croissant d’hommes et de femmes, je souligne la manière dont l’étude de ces objets peut nous renseigner sur l’évolution des pratiques sexuelles et des rapports de genre entre les individus.

Quelques communications ou publications que tu souhaites porter à notre connaissance ?

Outre l’ouvrage tiré de mon mémoire de Master (Une rose épineuse. La défloration au xixe siècle en France, Rennes, PUR, 2017), j’ai publié plusieurs articles qui se fondent sur des matériaux dépouillés dans le cadre de ma thèse. L’un, paru dans la revue French History, porte sur le cas d’un Anglais émigré à Paris et qui, à la veille de la Première Guerre mondiale, s’improvise marchand d’ « articles ardents » et expédie à travers le monde entier photographies et livres érotiques, accessoires sexuels ou encore remèdes abortifs (si vous voulez découvrir son histoire en vidéo, c’est par ici). J’ai aussi écrit un article dans Le Temps des Médias qui s’intéresse à la manière dont les publicités pour des remèdes contre l’impuissance participent à la fabrique de normes de masculinité. Enfin, je tiens (avec plus ou moins de régularité…) un carnet de thèse, Sexcursus, sur lequel je publie des billets en lien avec mes recherches.

Est-ce qu’il y a quelques références incontournables ou importantes pour toi et que tu aimerais nous conseiller ?

Sur l’histoire de la contraception, deux ouvrages que j’ai trouvés passionnants et qui m’ont beaucoup inspirée : le livre d’Andrea Tone, Devices and Desires. A History of Contraceptives in America (New York, Hill and Wang, 2001) et celui, plus récent, de Claire Jones sur le commerce de contraceptifs dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres : The Business of Birth Control. Contraception and Commerce in Britain before the Sexual Revolution (Manchester, Manchester University Press, 2020). J’ai aussi beaucoup aimé Before Porn was Legal. The Erotica Empire of Beate Uhse d’Elizabeth Heineman (Chicago, Chicago University Press, 2011), qui retrace le développement spectaculaire d’un sex-shop par correspondance en Allemagne de l’Ouest.

Pour finir, pourrais-tu partager avec nous un screenshot qui représente ta thèse ou ton travail de thèse ? Pourquoi l’as-tu choisi ?

Cette image est une reconstitution plausible de ce qui a constitué mon environnement numérique de travail durant ces cinq années : l’écran de mon ordinateur, comme très souvent partagé entre plusieurs fenêtres. D’abord, un navigateur avec beaucoup (trop ?) d’onglets ouverts. On y reconnaît notamment Cairn et Retronews, le site de presse ancienne de la BnF que j’ai beaucoup utilisé pour dépouiller les annonces publicitaires relatives à des objets liés à la sexualité. On y retrouve aussi un logiciel de traitement de texte avec un chapitre en cours (dans une version un peu trop propre pour être en cours de rédaction… il s’agirait plutôt d’une relecture à ce stade !). Le document OpenOffice Calc correspond à l’un des tableurs que j’ai utilisés pour saisir l’ensemble des acteur·rices du marché des produits anticonceptionnels relevés dans les publicités de presse : il recense quelque 240 acteur·rices et compte un peu plus de 80 colonnes, qui correspondent à différents codages (relatifs à l’identité de ces individus, à leur localisation, à la durée de leur activité, à la nature des produits vendus, aux prix, aux stratégies publicitaires mises en œuvre, etc.) et qui m’ont permis de faire des traitements quantitatifs sur ces données. Enfin, outil indispensable pour la rédaction à mon sens, le logiciel Zotero, qui m’a permis de répertorier et catégoriser par thème mes références bibliographiques et les sources imprimées que j’utilise dans ma thèse, et de formater automatiquement mes notes de bas de page ! Et derrière ces fenêtres, il y aurait sans doute aussi quelques PDF d’ouvrages en cours de lecture et de photographies d’archives !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Potier (18 décembre 2023). [Screenshot] Pauline Mortas. Sociologie de la Consommation et du Numérique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vej9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search