Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

Une table ronde est organisée ce jeudi en fin d’après-midi à l’auditorium de l’Humathèque sur le campus Condorcet, à l’occasion de la parution de la traduction Arranger les choses. Des conséquences de la classification. Elle rassemblera Nicolas Dodier, Geoff Bowker, et l’équipe de traduction,

Plus d’informations ci-dessous.

– Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

À l’occasion de la publication en France de l’ouvrage Arranger les choses. Des conséquences de la classification, de Geoffrey C. Bowker et Susan Leigh Star, Nicolas Dodier, sociologue à l’EHESS, échangera avec les chercheurs de l’équipe de traduction : Vincent Cardon, Éric Dagiral et Ashveen Peerbaye (coordinateurs de la traduction), ainsi qu’Henri Boullier, Baptiste Kotras et Vinciane Zabban. Cette table ronde aura lieu en présence de Geoffrey C. Bowker (en visioconférence). Comment l’informatique et les mondes numériques orchestrent-ils la production, la classification, et la circulation d’informations de toutes sortes ? Quel a été l’impact des nouvelles technologies et de l’essor d’internet sur le travail catégoriel ? Mais également, quels liens peut-on établir entre les catégorisations du travail, des races et des maladies lorsqu’on prend en considération les dispositifs qui les sous-tendent ? Si Arranger les choses est l’ouvrage de référence qu’il est devenu, c’est qu’il pointe précisément le rôle des catégories et des standards dans le fonctionnement du monde moderne, notamment au sein d’infrastructures informationnelles, administratives ou encore bureaucratiques. Les problématiques qui sont abordées dans l’ouvrage seront discutées par quatre sociologues, experts du texte, lors de la table ronde. Ils étudieront également les enjeux de traduction qui furent mobilisés par et pendant ce travail. Si la diffusion, dans le monde francophone, d’un texte de référence comme celui-ci, est un enjeu important , quel travail éditorial et littéraire est nécessaire afin de ne pas trahir le contenu scientifique du texte ? Table ronde en présence de :

Henri Boullier, chargé de recherche CNRS rattaché à l’IRISSO. Ses recherches portent sur les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les politiques sanitaires et environnementales dans le secteur de la chimie (produits chimiques industriels, médicaments, pesticides).

Geoffrey C. Bowker, sociologue états-unien, ses recherches se situent à la croisée de l’étude des sciences, des systèmes d’information et de l’étude ethnographique des « infrastructures » informatiques, terme qu’il a largement contribué à installer dans le paysage académique. Son nom est est lié à l’étude de l’encastrement des valeurs dans les standards et les objets, et tout particulièrement à la place et aux rôles des bases de données dans la science et les organisations, et leur contribution à la production de la mémoire.

Vincent Cardon est maître de conférences rattaché au CURAPP-ESS (UPJV-CNRS) et membre de l’Ifris. Ses travaux sont centrés sur la question de la quantification et de l’action en univers incertain.

Éric Dagiral, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Cité et chercheur au CERLIS. Ses travaux portent sur la production et les usages sociaux des technologies informatiques, et analysent la façon dont le numérique reconfigure à la fois les pratiques sociales, les liens sociaux et les biographies des personnes.

Nicolas Dodier, directeur de recherche à l’INSERM et d’études de l’EHESS, membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS). Ses recherches portent sur les mondes du travail, de la médecine, et de la justice. Il est notamment l’auteur de Les hommes et les machines, et récemment de Des victimes en procès (avec Janine Barbot).

Baptiste Kotras est chargé de recherche en sociologie à l’INRAE, au sein du Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS). Sociologue du numérique, il s’intéresse en particulier aux ruptures apportées par les données massives dans la représentation des mondes sociaux.

Ashveen Peerbaye, maître de conférences en sociologie à l’Université Gustave Eiffel et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire sciences, innovations, sociétés (LISIS). Ses travaux portent sur la contribution des infrastructures numériques à la culture matérielle et instrumentale dans les sciences biomédicales.

Vinciane Zabban, maîtresse de Conférences à l’Université Paris 13, au sein du laboratoire EXPERICE. Ses travaux s’intéressent aux médiations techniques et sociales des activités de loisirs et des formes sociales de l’expression créative. Ils portent en particulier sur la manière dont les techniques d’information et de communication contemporaines contribuent à renouveller l’économie de certains secteurs du loisir, à une échelle individuelle comme collective.

La rencontre sera suivie d’un moment convivial ! Jeudi 25 janvier
De 16 h 00 à 18 h 00


Auditorium de l’Humathèque
10, cours des Humanités
93322 Aubervilliers
Métro ligne 12, arrêt Front Populaire


➤ Retrouvez le livre en librairie
➤ Retrouvez l’actualité de l’Humathèque
 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Potier (24 janvier 2024). Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00. Sociologie de la Consommation et du Numérique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo3y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search