[Screenshot] Margot Abord de Chatillon


Vélonomie et matérialité des mobilités : pratiques de mécanique vélo à Lyon, France et Melbourne, Australie

Capture d'un plan Google Maps ouvert sur un navigateur PC. Le plan est centré sur le magasin de réparations de vélos Commuter Cycles en Australie.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Ton parcours, tes centres d’intérêt, ou encore la manière dont tu es arrivé·e à ton objet de recherche ?

Bonjour ! Je suis Margot Abord de Chatillon, sociologue des mobilités. J’ai soutenu ma thèse en décembre 2022, et je suis maintenant post-doctorante au LabEx Futurs Urbains. Je m’intéresse à la place des objets dans les pratiques de mobilité. Aujourd’hui, le projet de recherche sur lequel je travaille porte sur les véhicules de la livraison en ville, mais pour ma thèse j’ai travaillé sur la réparation de vélos. J’ai vécu deux ans aux Pays-Bas où je me suis mise à me déplacer à vélo, et la première fois que j’ai essayé d’en réparer un j’ai trouvé cette expérience étonnante, à la fois simple et hors de ma zone de confort. Dans notre quotidien dans les sociétés modernes, il est rare qu’on nous demande de réparer les objets qui nous entourent, mais avec le vélo c’est quelque chose qui est attendu des cyclistes… C’est cette sensation de décalage qui m’a inspirée pour écrire cette thèse sur les pratiques de réparation de vélo, et sur la manière dont elles interviennent dans les mobilités quotidiennes.

Est-ce que tu peux décrire l’objet de ta thèse ?

Bien sûr ! Depuis une vingtaine d’années, il y a un retour du vélo dans les centres-ville en France et dans de nombreux autres pays occidentaux. La recherche sur le vélo est de plus en plus riche, il y a un vrai intérêt académique pour ce mode de transport en ce moment, mais peu de ces recherches portent sur le vélo hors du déplacement. L’idée était de vraiment ouvrir la boîte noire de l’objet-vélo, d’explorer comment on le choisit, comment on s’en occupe, comment on décide de le jeter, et comment toutes ces choses vont aussi transformer la manière dont on se déplace.

Dans quel cadre théorique est-ce que tu te situes, et en quoi ta thèse est novatrice en la matière ?

J’utilise un cadre théorique très interdisciplinaire, entre mobility studies, sociologie de la consommation, sociologie et anthropologie des techniques, repair studies… Beaucoup de ces champs de recherche ont recours à la théorie des pratiques, et c’est aussi ce que je fais.

La réparation est aussi une question dont s’emparent beaucoup les militants anticapitalistes, écologistes, et bien d’autres, avec des notions comme celle de « right to repair ». Ces thématiques apparaissent notamment dans les travaux d’Ivan Illich, qui soutient que, comme les outils sont un intermédiaire entre les individus et le rôle qu’ils peuvent jouer dans le monde, la forme des outils utilisés dans une société contribue à ce que celle-ci soit plus ou moins juste ou équitable. Il appelle à lutter pour aider à ce que les outils répandus dans une société soient des outils qu’on peut aisément comprendre et modifier, des outils « conviviaux ».

Pour intégrer ces réflexions dans mon travail, j’ai proposé un concept : la vélonomie. Ce terme, déjà utilisé dans les milieux militants, n’avait jamais été défini précisément. Je définis la vélonomie comme le niveau d’autonomie d’un-e cycliste, c’est à dire l’aisance que celle ou celui-ci montre lors de ses déplacements à vélo ainsi que lors de ses pratiques de réparation et d’entretien, et ce dans le but d’atteindre ses objectifs individuels ou collectifs. Les cyclistes peuvent devenir vélonomes en apprenant à se déplacer et à réparer, mais la société dans laquelle ils se trouvent peut aussi contribuer à cette vélonomie, par exemple en mettant des outils à disposition dans les espaces publics. Les fabricants et vendeurs de vélos ont aussi un rôle à jouer dans la vélonomie, en mettant à disposition des véhicules accessibles, faciles d’utilisation et aisément réparables, par exemple avec des pièces détachées standardisées.

Sur quelles données travailles-tu ?

Il n’existe pas beaucoup de données sur la réparation de vélos et j’ai donc travaillé sur mes propres données. Les deux villes étudiées dans cette thèse sont Lyon en France et Melbourne en Australie, et j’ai réalisé un questionnaire que j’ai distribué auprès des cyclistes des deux villes pour connaître leurs pratiques cyclistes mais aussi d’entretien et de réparation. J’ai aussi réalisé une centaine d’entretiens semi-directifs auprès de mécaniciens, bénévoles d’ateliers d’auto-réparation, cyclistes et propriétaires de magasins de vélos pour connaître les enjeux de chacun de ces groupes en lien avec la réparation.

Quels sont les résultats ou les hypothèses principales de ta thèse ?

Comme il existe pour l’instant peu de travaux académiques sur la réparation de vélos, une contribution importante de ma thèse est de décrire les pratiques existantes. J’ai montré que la réparation de vélos est quelque chose qui n’est pas du tout standardisé, avec des pratiques très hétérogènes au sein d’une même ville, et même au sein de la vie d’un-e même cycliste, qui peut prendre en charge deux pannes mécaniques de manières très différentes. Un résultat de cette hétérogénéité, c’est aussi qu’on trouve dans les deux villes un nombre très élevé de cyclistes qui se déplacent au quotidien sur des vélos en mauvais état.

La comparaison entre Lyon et Melbourne est intéressante car en France, on trouve plus de vélos d’occasion et de vélos de ville alors qu’en Australie, le vélo est plutôt considéré comme un objet sportif. Les cyclistes en Australie ont plutôt tendance à acheter leur vélo neuf et à le faire réparer en magasin alors qu’en France, un grand nombre de cyclistes choisissent de réparer leur vélo eux-mêmes. Le grand nombre d’ateliers d’auto-réparation en France en témoigne d’ailleurs.

Une autre partie de ma thèse est consacrée aux manières dont la vélonomie des cyclistes fluctue en fonction de certaines variables socio-économiques. La première de ces variables est le genre : j’ai montré que les femmes, qui sont déjà en minorité parmi les cyclistes, font face à des mécanismes d’exclusion dans les espaces de la réparation de vélo, ce qui renforce cette minorisation. Une autre variable intéressante est le niveau de revenus, et j’ai mis en avant l’existence de pratiques spécifiques aux cyclistes à faible revenus, qui utilisent plus souvent des vélos d’occasion, ont plus souvent recours aux ateliers d’auto-réparation et montrent de meilleures compétences en mécanique vélo.

Quelques communications ou publications que tu souhaites porter à notre connaissance ?

Ma publication qui a eu le plus d’écho académiquement est un chapitre d’ouvrage qui porte sur l’exclusion des femmes des espaces de la réparation de vélo. Je parle aussi souvent d’un autre chapitre, qui trace des liens entre l’apprentissage des pratiques de réparation et du vélo lui-même, et montre comment ces deux apprentissages sont imbriqués. J’y décris le processus lent d’appropriation du vélo au fur et à mesure que les cyclistes apprennent progressivement à réparer en roulant, et à rouler en réparant. Un dernier travail qui m’a beaucoup amusée est un article pour le blog Anthropocène 2050, pour lequel j’ai demandé à plusieurs membres d’un atelier d’auto-réparation à Lyon de me décrire les objets qui représentent le mieux leur expérience dans cet espace atypique, et je les ai pris en photo. Je pense que ces témoignages illustrés forment une fenêtre originale et accessible pour découvrir l’univers de la réparation de vélo.

J’ai regroupé l’ensemble des travaux liés à ma thèse, dont ceux-ci, dans mon blog de recherche, Cambouis.

Est-ce qu’il y a quelques références incontournables ou importantes pour toi et que tu aimerais nous conseiller ?

La recherche sur le vélo est un champ très riche, mais elle manque encore de perspectives critiques. Parmi les exceptions, je voudrais citer trois travaux qui ont attiré mon attention. Tout d’abord, un article de Lucy Baker (issu de sa thèse) où elle montre comment les vélos exportés d’Europe en Namibie par des ONG avec des objectifs précis et chiffrés sont finalement utilisés par celles et ceux qui les reçoivent d’une manière très différente. Ce travail est une des rares études de ce mode de transport au prisme de la sociologie des techniques.

Un autre travail que je voudrais citer est l’article de Lynette Arnold sur les fonctionnements d’un atelier d’auto-réparation à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Lynette Arnold montre que, malgré les promesses égalitariennes de ces ateliers centrés sur le do-it-yourself, dans la pratique certaines hiérarchies se reproduisent lors des opérations de réparation et de la coopération entre bénévoles et adhérent-es de l’atelier.

Enfin, je souhaiterais mentionner le travail de Marion Lagadic, qui est en train de finaliser une thèse sur les pratiques cyclistes genrées au Japon, avec une emphase sur les politiques publiques. Elle montre que les autorités publiques japonaises s’acharnent à développer le vélo en centre-ville et à encourager les travailleurs (souvent des hommes) à aller au travail à vélo, tout en ignorant une culture nationale très importante dans laquelle les femmes se déplacent à vélo hors du centre pour transporter les enfants et faire les courses avec des vélos aménagés pour cet effet, appelés les « mamacharis », qui circulent souvent sur les trottoirs.

Baker, Lucy. 2020. ‘Constructing Sub-Saharan African Mobilities through the Flow of Second-Hand Objects: Scripting Bicycles for Namibian Users’. Journal of Transport Geography 83 (February): 102656. https://doi.org/10.1016/j.jtrangeo.2020.102656

Arnold, Lynnette. 2012. ‘Reproducing Actions, Reproducing Power: Local Ideologies and Everyday Practices of Participation at a California Community Bike Shop: Ideologies and Practices of Participation’. Journal of Linguistic Anthropology 22 (3): 137–58. https://doi.org/10.1111/j.1548-1395.2012.01153.x.

Lagadic, Marion. 2022. Cycling for all? A feminist analysis of the Tokyo Bicycle Utilisation Promotion strategy. hal-03683676v2

Pour finir, pourrais-tu partager avec nous un screenshot qui représente ta thèse ou ton travail de thèse ? Pourquoi l’as-tu choisi ?

Capture d'un plan Google Maps ouvert sur un navigateur PC. Le plan est centré sur le magasin de réparations de vélos Commuter Cycles en Australie.

Une grande partie de ma thèse s’est passée à m’arracher les cheveux sur un logiciel de retranscription d’entretiens ou de traitement de texte, mais un temps qu’on peut parfois sous-estimer est celui passé à identifier les espaces de la réparation dans chacune des deux villes, visiter leurs sites internet, les appeler, trouver comment s’y rendre, et une fois l’entretien réalisé, consulter à nouveau leurs réseaux sociaux pour recouper les informations qu’on a pu obtenir. J’ai passé beaucoup de temps sur Google Maps !



Citer ce billet
Quentin Gervasoni (2024, 4 avril). [Screenshot] Margot Abord de Chatillon. Sociologie de la Consommation et du Numérique. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5yu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search