“Arbitrer des attachements” Ateliers des 30 et 31 Mars 2010

Arbitrer des attachements

Ateliers sous l’égide de l’AFS RT11, « SOCIOLOGIE DE LA CONSOMMATION ET DES USAGES »
LES 30 ET 31 MARS 2010 A PARIS 5ème DANS LES LOCAUX DE L’INA P-G

Programme provisoire et bulletin d’inscription

Il y a quelques courtes années, un nouveau terme s’est introduit dans le champ de la sociologie de la consommation : le consommacteur. Il n’est pas étonnant que  son intrusion ait fait un peu de bruit tant il contraste avec les théories de la manipulation des consommateurs. Devant pareille antinomie, on pourrait être tenté de trancher, de faire un choix. Mais depuis les travaux sur les usages ou la consommation ont montré un large éventail de situations hybrides « d’agence » (agency) où il était impossible de faire le départ entre les deux interprétations.
Mais cette impossibilité n’a pas effacé la nécessité d’arbitrer, d’orienter de réguler les relations entre les usagers ou consommateurs et leurs objets et consommations. Comment dès lors, ces choix sont-ils décidés et instrumentés ?
Ce colloque est consacré à l’arbitrage des attachements, à leur analyse, à leur régulation, à la prévention des excès. Il ne cherche pas à savoir si les usagers et consommateurs sont « libres » ou « manipulés » mais plutôt à faire un inventaire des outils de cadrage et de réglementation qui lient les personnes aux objets qu’elles consomment ou utilisent et s’interroger sur les effets de tels arbitrages. Il touche ainsi aussi bien à la morale et à la gouvernance qu’à la technique de nos attachements.

Entre dépendance et ascétisme, les usagers et les objets sont souvent engagés dans le réglage de leur attachement réciproque. Mais ni les usagers consommateurs, ni les objets qu’ils utilisent ne sont toujours de bons contrôleurs de leurs usages. Comment décide-t-on alors des limites de l’attachement ou des usages à encourager ou à réprimer ? Et sur qui repose la charge de déplacer ou de modifier l’attachement ?
Le terme « attachement » repris ici a le mérite de tracer à la fois le lien établi entre le consommateur-usager et les objets de consommation, mais aussi d’en faire plus qu’une simple association. L’attachement suppose une contribution de l’usager ou de l’objet à l’établissement du lien. Orienter ce dernier suppose donc d’en appeler à l’un ou à l’autre pour le modifier.
Elle peut porter sur le consommateur : on lui demande d’avoir la « volonté » de maigrir, de cesser d’aimer les armes ou la drogue, de faire plus attention à l’environnement. Elle peut porter sur l’objet : on demande aux entreprises de rendre leurs produits moins dangereux ou plus attractifs. Elle peut encore viser des causes reconnues d’attachement : on propose à la stérilisation à des violeurs récidivistes, on interdit la vente d’alcool aux mineurs. Elle peut enfin jouer sur l’offre de techniques d’attachement ou de détachement. Dans quelles situations décide-t-on « d’activer » ou de protéger soit l’usager consommateur soit l’objet d’usage ou de consommation? Comment rend-on actif ou passif ? Comment les techniques utilisées à cet effet modifient-elles les comportements et le regard réflexif sur la pratique ?
Quelles instances sont chargées de ces arbitrages entre les hommes et les choses ? Quelles épreuves peuvent-elles utiliser ou doivent-elles mettre au point pour appuyer leurs décisions ?
Des travaux notables ont déjà commencé à répondre à ces questions. Ils ont commencé à pointer la nécessité de revoir le rôle donné à la science et à l’expertise, celle d’inventer de nouveaux tests et épreuves, de nouveaux collectifs et formes de débats, ou encore d’enrichir la panoplie des techniques permettant de susciter ou d’orienter les attachements. Ces journées de travail souhaitent confronter des expériences souvent dispersées dans de nombreux domaines et collectifs de recherche.

Responsables des Journées : Catherine Lejealle et Geneviève Teil.

Voir l’appel à communications complet, en cliquant ici.

Voir le programme provisoire, en cliquant ici.