Tous les articles par jpnau

CfP Réseaux – Plateformes d’échanges

Un appel à contribution de la revue Réseaux

Les activités menées sur les plateformes numériques. Les plateformes numériques organisent les échanges matériels et immatériels sur internet. Elles encadrent l’activité de l’internaute ordinaire dans son accès à l’information, au savoir, dans l’organisation de ses échanges et de sa sociabilité.
La revue Réseaux a déjà consacré deux numéros aux nouvelles formes médiatiques associées aux plateformes numériques qui permettent de rendre visibles l’information, les évaluations, et la production culturelle des amateurs (n° 183 Evaluations profanes, n° 175, Industries culturelles et internet).
L’objectif de ce nouveau numéro serait d’étudier les plateformes comme dispositif de mise en relation d’une offre et d’une demande de biens ou de services, dans un cadre gratuit ou payant. Les plateformes peuvent être abordées à travers plusieurs approches. Nous en avons retenu trois :
1/ Les plateformes constituent des outils d’autonomie pour leurs utilisateurs, mais simultanément, elles formatent l’activité. C’est cette tension entre autonomie et cadrage qu’il conviendrait d’étudier.
2/ Les nouvelles formes d’intermédiation proposées par les plateformes sont insuffisamment analysées, une étude précise de ces dispositifs paraît nécessaire, en examinant également la façon dont ils questionnent les cadres réglementaires existants et remettent en cause des professions structurées.
3/ On peut, enfin, considérer que les plateformes organisent un nouveau mode de travail en free lance qui serait susceptible de se substituer au salariat. Une nouvelle forme de travail sera alors en train d’apparaître. Les travailleurs des plateformes sont-ils des indépendants heureux de cette nouvelle autonomie, ou des travailleurs sous la dépendance d’un donneur d’ordre qui ne leur donne aucune sécurité de l’emploi ? Entre ces deux pôles du travail sur plateforme, il existe de nombreuses situations intermédiaires : collaboration avec plusieurs plateformes, création d’un site web indépendant… Dans d’autres cas, le travail sur plateforme n’est qu’une activité complémentaire de production de biens ou
de services, ou plus simplement de vente de biens d’occasion, une source de revenus d’appoint.

Pour ce nouveau dossier de la revue, nous recherchons des articles s’appuyant sur des enquêtes précises qui s’intéressent, aussi bien, aux producteurs, qu’aux utilisateurs, qu’aux plateformes elles-mêmes. Il peut s’agir de monographies sur une plateforme, mais aussi d’études sur les travailleurs des plateformes, sur la consommation collaborative, sur l’organisation des plateformes et notamment sur leurs algorithmes.
Les textes doivent être envoyés pour le 1 avril, une intention de publication d’une page indiquant le terrain d’enquête retenu devra être envoyée au secrétariat de la revue (Aurelie.bur-at-enpc.fr) pour le 31 janvier. Le numéro sera publié fin 2018. La coordination sera assurée par Jean-Samuel Beuscart et Patrice Flichy.

Colloque – L’hygiène au 21e siècle – 5 décembre 2017 – Paris

Le CNRS et l’AFISE organisent, le 5 décembre prochain au siège du CNRS (Paris), le colloque L’hygiène au 21e siècle. 
 
A quels grands défis allons-nous être confrontés pour assurer l’hygiène dans les maisons et les lieux collectifs au 21ème siècle ? Réchauffement climatique, accroissement des échanges planétaires, expansions démographiques, changement global, maladies émergentes…
 
Dans ce contexte, quelle est la nouvelle donne pour les produits ménagers et les produits d’hygiène industrielle ? Quel changement pour la conception de nouvelles formulations, la production pour des progrès durables, les représentations sociales de l’hygiène et du bien-être, et l’innovation au coeur de nouveaux usages ?
 
Ce colloque prospectif est une rencontre inédite entre la recherche publique et la recherche-développement des acteurs de l’industrie. Il a vocation à impulser un nouveau partage de visions et de connaissances entre les chercheurs des unités CNRS et les chercheurs des entreprises du secteur de l’hygiène, membres de l’AFISE (Association des industries de la détergence, de l’entretien, et des produits d’hygiène industrielle).
 
Le programme est disponible sur le site dédié : https://hygiene21.sciencesconf.org

Marketing et Pauvreté : être pauvre dans la société de consommation

L’Equipe de Recherche en Marketing et Stratégie (DRM-ERMES), en association avec Lille School Management Research Center (MERCUR- LSMRC), organise un workshop intitulé « Marketing et Pauvreté – Être pauvre dans la société de consommation » le Lundi, 18 décembre, 2017 à 14:00 à l’Université Paris Dauphine – Salle A709

Inscriptions jusqu’au 1er décembre 2017

Programme et modalités d’inscription

Proposition de Stage – Analyse des motivations et des pratiques des consommateurs se déclarant « sensibles au gluten »

Proposition de à l’INRA niveau Master 2 sur l’analyse des motivations et des pratiques des consommateurs se déclarant « sensibles au gluten »

Le stage visera à analyser les motivations et les pratiques des consommateurs des produits céréaliers proposés par les artisans et paysans céréaliers du sud de la France (principalement Aude, Hérault, Gard, Haute-Garonne, Ariège, Hautes-Pyrénées), proposant a priori des produits intéressants vis-à-vis de leur composition en gluten. Il s’agira de comprendre pourquoi et en quoi ces consommateurs se déclarent « sensibles au gluten », et pourquoi et en quoi les produits alternatifs répondent à leurs préoccupations en matière de gluten. Le stage s’appuiera sur des entretiens, des suivis de pratiques et sur l’organisation de focus groups. Il permettra ainsi de mettre en évidence les différentes motivations à l’ingestion de ces produits et les pratiques de consommation/cuisine associées. Il aidera à identifier un échantillon de personnes physiologiquement sensibles à l’ingestion de gluten, qui pourra participer à un protocole de suivi médical dans le cadre d’un autre projet en cours de montage, visant à compléter l’analyse réalisée dans le projet Fondation de France. Enfin, il donnera les moyens de mieux comprendre l’intérêt perçu de leurs produits « alternatifs » et ainsi, d’améliorer leurs produits et/ou stratégie de communication.

Plus d’informations

 

Colloque Ethnographies Plurielles #7 – Ethnographies et Engagements – Colloque des jeudi 9 et vendredi 10 novembre à l’Université de Rouen Normandie

Le colloque « Ethnographies Plurielles #7 – Ethnographies et Engagements » aura lieu les jeudi 9 et vendredi 10 novembre prochains à la Maison de  l’Université. Co-organisé par les laboratoires NIMEC, CETAPS et DySoLab avec la Société d’Ethnologie Française (SEF), il s’inscrit dans le cadre
des colloques annuelles « Ethnographies Plurielles » de cette dernière.
Son caractère interdisciplinaire a permis d’ouvrir le champ des
discussions à de nombreuses disciplines, au-delà de l’ethnographie. Vous trouverez toutes les informations relatives à cette manifestation, notamment son programme détaillé, dans le document accessible par le lien ci-dessous.

https://ent.normandie-univ.fr/filex/get?k=4XRnTRvTzkzUry3lJHm

Retour de congrès de l’AFS 2017

Bonjour à tous,

Nous sommes contents du déroulement du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie à Amiens, et ce s’agissant en particulier du RT 11 « Sociologie de la consommation et des usages ». En effet, nous avons organisé 6 sessions sur des thèmes variées (alimentation, jeux, usages du numérique, recherche-action, pratiques de préservation de l’environnement) avec une qualité des présentations et des débats très satisfaisante.

Un projet d’ouvrage collectif dans la collection « Sciences Humaines et Sociales » de l’Harmattan (fondée par D. Desjeux et S. Taponier, reprise par I. Garabuau Moussaoui puis depuis peu par moi même) est en réflexion.

Notre réseau continue de vivre et de contribuer aux réflexions sur les thèmes qui nous sont chers. Pour poursuivre cela, n’hésitez pas à rejoindre notre liste de diffusion si vous n’êtes pas déjà inscrits ainsi qu’à transmettre toutes les informations/annonces que vous considérez pertinentes. D’avance merci à tous.

Enfin, un nouveau bureau du RT11 a été élu lors de la dernière assemblée générale qui a eu lieu le 6 juillet à Amiens. Emmanuel Kessous quitte la présidence du RT et n’a pas souhaité continuer à être membre du bureau. Au nom du nouveau bureau, je tiens à le remercier pour son engagement pendant toutes les années où il a été membre puis président du bureau du RT11. Je remercie également les autres membres de l’ancien bureau (Eric Rémy, Dominique Roux, Stéphanie Tabois, Catherine Lejalle).

Voici la composition du nouveau bureau :

– Vinciane Zabban (MCF, Université Paris 13, sociologie)
– Eric Dagiral (MCF, Université Paris Descartes, sociologie)
– Vincent Chabault (MCF, Université Paris Descartes, sociologie)
– Manuel Boutet (MCF, Université de Nice Sophia Antipolis, sociologie)
– Renaud Garcia Bardidia (PR, IUT Evreux, sciences de gestion)
– Jean Philippe Nau (MCF, Université de Lorraine, sciences de gestion)
– Gérald Gaglio, président du RT (PR, Université de Nice Sophia Antipolis)

Bien cordialement,

Gérald Gaglio

Colloque de l’AFS – Programme du RT11

Lundi 3 Juillet

Session 1

 Consommation énergétique, consommation domestique : quelle capacitation ? 

– Cacciari J. « En gros ». Le raisonnement profane en matière de pratiques domestiques mobilisatrices d’énergie face à la norme du « consommateur économe » comme pouvoir instituant.

– Véron B., Gojard S. Les compétences domestiques comme outil de conciliation entre sécurité sanitaire et prévention du gaspillage alimentaire.

– Kahn-Muhamad G. Domestiquer la moto chinoise au burkina Faso : modernité(s), distinction et consommation de masse.

– Malier H. Sensibiliser les quartiers sensibles : les familles de classes populaires face aux écogestes

 Session 2

Se réapproprier collectivement sa consommation ou en être dépossédé

– Akermann G., Chifoleau Y. Prendre le pouvoir sur sa consommation : naissance de l’engagement chez des consommateurs en circuit court.

– Bally F. Quels rôles des jardins partagés dans la réappropriation citoyenne de la consommation ? 

– Canu R. La publicité subliminale à l’épreuve de la critique.

– Depecker T., Deplaude M.O. Un atelier pour le consumérisme : Le Laboratoire coopératif (1955-1983)

Mardi 4 Juillet

 Session 3

Jeux et consommation

– Zabban V. Penser le partage du pouvoir entre consommateur et producteurs sur les œuvres : le cas des jeux vidéo

– Garcia-Bardidia R. et al. Changement de règles, fin de la communauté ? Analyse des tensions induites par l’introduction d’un hôtel des ventes dans Diablo III

– Gerber D. Terroristes, acrobates et enquêteurs : gouvernance participative et pratiques émergentes dans un jeu de tir en réseau.

Session 4

Session croisée RT11/RT12

– Soutjis B., Les défis de l’équipement cognitif du e-consommateur : le cas de la difficile conception des « emballages électroniques ».

– Jeanningros H., L’émergence de l’assurance au comportement.

– – Pillon J.M, Vivés C. La consommation d’intérim : le pouvoir d’un intermédiaire de marché ?

Mercredi 5 Juillet

Session 5

La numérisation des pratiques marchandes et ses effets

– Beuscart J.S., Peugeot V., Pharabod A.S. Gouverner numériquement les conduites ? Les technologies de la transition écologique.

– Rumpala Y. De la production matérielle entre pairs à la réappropriation des conditions de vie ? Enjeux et potentialités d’une extension matérielle de la « production entre pairs sur la base de communs

– Bailly A. L’espace socio-numérique comme monde où consommer : une critique épistémologique du concept d’espace social à l’ère du numérique

– Delamarche J. Produire le marché interface. La médiation des plateformes de consommation collaborative

Jeudi 6 Juillet

Session 6

Consommation, mondes professionnels et technologie

– Chabault V., Le pouvoir des plateformes et des consommateurs contre les libraires ? Acteurs, métiers et régulations sur le marché du livre d’occasion.

– Gaglio G. La force des technologies faibles : le cas d’une expérimentation en télémédecine d’urgence.

– De Rugy A. Changer d’emploi, diminuer sa consommation : retrouver le pouvoir de choisir sa vie ?

session 7

Recherche-intervention

– Leclerc M., Michelin L. Les nouveaux rôles des sociologues dans l’accompagnement des politiques publiques urbaines : vers une sociologie des usages urbains ?

– Danteur T., Rocafull C. Initiatives citoyennes alternatives et système alimentaire territorialisé : une proposition de définition en région Centre-Val de Loire

– Jacquelin A. Considérer les acteurs sur un objet, une méthode pour la capacitation

Appel à contribution – L’internet des classes populaires – Revue Réseaux

La revue Réseaux programme un dossier sur les appropriations des nouvelles technologies par les classes populaires. La littérature sur les usages d’internet porte trop souvent sur les jeunes, les diplômés, les urbains – comme en témoigne le grand nombre d’enquêtes menées auprès de publics étudiants. Il s’agit ici au contraire de porter le regard sur des individus issus des fractions non diplômées de la population, qui n’ont pas ou peu d’usage de l’informatique dans le cadre de leur activité professionnelle, mais utilisent internet dans le cadre de leur vie privée. Il s’agit souvent d’usages qui sont restés invisibles au regard des sciences sociales.

http://calenda.org/399973

Parution de deux ouvrages sur la consommation de musique à l’heure de la musimorphose

Deux ouvrages dirigés par Philippe Le Guern – « en quête de musique » et « où va la musique » –  vont paraître autour de la consommation de musique à l’heure de la musimorphose. En voici les quatrièmes de couverture :

En quête de musique  : Les représentations et les usages de la musique hérités de l’ère de l’enregistrement sur support physiques (vinyl, cassette, CD) se sont radicalement transformés avec la généralisation des technologies numériques et de l’Internet. Tout sauf figés, les processus d’écoute sont à considérer dans l’histoire d’un ajustement progressif entre des dispositifs techniques et des dispositions d’écoute : le passage de la discomorphose à la numérimorphose constitue une étape essentielle de cette histoire marquée par le téléchargement illégal, le streaming, les lecteurs MP3 ou les algorithmes de la recommandation. Pour autant, nous continuons à mobiliser des catégories ou des notions insuffisamment discutées – le genre musical, l’éclectisme, la légitimité, l’émotion esthétique, etc. – pour appréhender les pratiques et les goûts des auditeurs. De même, les approches employées en situation d’enquête semblent parfois inadaptées face au changement de régime ou d’échelle imposé par le numérique. Ouvrir la boîte noire des méthodes pour étudier représentations et pratiques à l’ère de la musimorphose, telle est l’ambition de cet ouvrage, où se côtoient sociologues, informaticiens, musicologues, psychologues cognitifs, spécialistes en sciences de la communication, de l’éducation et de gestion.

Où va la musique : Embarqués à bord des sondes spatiales Voyager, des disques plaqués or contenant des images et des sons censés représenter la diversité terrestre étaient lancés dans l’espace en 1977 : 90 minutes de musique, dont des oeuvres de Bach, Beethoven, Chuck Berry, Louis Amstrong, Mozart, ou encore des chants de bergers bulgares ou de jeunes filles pygmées, dérivent ainsi depuis dans l’espace intersidéral. On imagine alors la surprise de civilisations extra-terrestres découvrant ces objets déroutants et déjà… obsolètes. Car musique rime, quarante plus tard, avec streaming, Youtube, sodcasting, MP3, Justin Bieber et Hatsune Miku.
Entre dispositifs et dispositions, changements socio-techniques et normes instituées, l’écoute musicale se reconfigure en permanence. Et avec le passage de la discomorphose à la numérimorphose, ce sont peut-être nos manières de découvrir, de classer, de partager la musique qui se sont transformées radicalement : dans ce monde d’abondance, les algorithmes de la recommandation, les casques et les logiciels de stream ripping, les smartphones et les fichiers compressés ont pris le pas sur les CD, la presse rock spécialisée, le disquaire du coin et le son HiFi.
Existe-t-il un fil conducteur, un principe téléologique, qui permette de penser l’histoire de nos oreilles ? Comment décrire nos nouvelles habitudes d’écoute en régime numérique ? Les innovations technologiques nous laissent-elles entrevoir ce que pourraient être nos prochaines expériences de la musique ? En réunissant universitaires et professionnels du secteur, dans une perspective interdisciplinaire, cet ouvrage propose d’apporter des réponses à une question en apparence très simple : où va la musique ?