Tous les articles par jpnau

Retour de congrès de l’AFS 2017

Bonjour à tous,

Nous sommes contents du déroulement du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie à Amiens, et ce s’agissant en particulier du RT 11 « Sociologie de la consommation et des usages ». En effet, nous avons organisé 6 sessions sur des thèmes variées (alimentation, jeux, usages du numérique, recherche-action, pratiques de préservation de l’environnement) avec une qualité des présentations et des débats très satisfaisante.

Un projet d’ouvrage collectif dans la collection « Sciences Humaines et Sociales » de l’Harmattan (fondée par D. Desjeux et S. Taponier, reprise par I. Garabuau Moussaoui puis depuis peu par moi même) est en réflexion.

Notre réseau continue de vivre et de contribuer aux réflexions sur les thèmes qui nous sont chers. Pour poursuivre cela, n’hésitez pas à rejoindre notre liste de diffusion si vous n’êtes pas déjà inscrits ainsi qu’à transmettre toutes les informations/annonces que vous considérez pertinentes. D’avance merci à tous.

Enfin, un nouveau bureau du RT11 a été élu lors de la dernière assemblée générale qui a eu lieu le 6 juillet à Amiens. Emmanuel Kessous quitte la présidence du RT et n’a pas souhaité continuer à être membre du bureau. Au nom du nouveau bureau, je tiens à le remercier pour son engagement pendant toutes les années où il a été membre puis président du bureau du RT11. Je remercie également les autres membres de l’ancien bureau (Eric Rémy, Dominique Roux, Stéphanie Tabois, Catherine Lejalle).

Voici la composition du nouveau bureau :

– Vinciane Zabban (MCF, Université Paris 13, sociologie)
– Eric Dagiral (MCF, Université Paris Descartes, sociologie)
– Vincent Chabault (MCF, Université Paris Descartes, sociologie)
– Manuel Boutet (MCF, Université de Nice Sophia Antipolis, sociologie)
– Renaud Garcia Bardidia (PR, IUT Evreux, sciences de gestion)
– Jean Philippe Nau (MCF, Université de Lorraine, sciences de gestion)
– Gérald Gaglio, président du RT (PR, Université de Nice Sophia Antipolis)

Bien cordialement,

Gérald Gaglio

Colloque de l’AFS – Programme du RT11

Lundi 3 Juillet

Session 1

 Consommation énergétique, consommation domestique : quelle capacitation ? 

– Cacciari J. « En gros ». Le raisonnement profane en matière de pratiques domestiques mobilisatrices d’énergie face à la norme du « consommateur économe » comme pouvoir instituant.

– Véron B., Gojard S. Les compétences domestiques comme outil de conciliation entre sécurité sanitaire et prévention du gaspillage alimentaire.

– Kahn-Muhamad G. Domestiquer la moto chinoise au burkina Faso : modernité(s), distinction et consommation de masse.

– Malier H. Sensibiliser les quartiers sensibles : les familles de classes populaires face aux écogestes

 Session 2

Se réapproprier collectivement sa consommation ou en être dépossédé

– Akermann G., Chifoleau Y. Prendre le pouvoir sur sa consommation : naissance de l’engagement chez des consommateurs en circuit court.

– Bally F. Quels rôles des jardins partagés dans la réappropriation citoyenne de la consommation ? 

– Canu R. La publicité subliminale à l’épreuve de la critique.

– Depecker T., Deplaude M.O. Un atelier pour le consumérisme : Le Laboratoire coopératif (1955-1983)

Mardi 4 Juillet

 Session 3

Jeux et consommation

– Zabban V. Penser le partage du pouvoir entre consommateur et producteurs sur les œuvres : le cas des jeux vidéo

– Garcia-Bardidia R. et al. Changement de règles, fin de la communauté ? Analyse des tensions induites par l’introduction d’un hôtel des ventes dans Diablo III

– Gerber D. Terroristes, acrobates et enquêteurs : gouvernance participative et pratiques émergentes dans un jeu de tir en réseau.

Session 4

Session croisée RT11/RT12

– Soutjis B., Les défis de l’équipement cognitif du e-consommateur : le cas de la difficile conception des « emballages électroniques ».

– Jeanningros H., L’émergence de l’assurance au comportement.

– – Pillon J.M, Vivés C. La consommation d’intérim : le pouvoir d’un intermédiaire de marché ?

Mercredi 5 Juillet

Session 5

La numérisation des pratiques marchandes et ses effets

– Beuscart J.S., Peugeot V., Pharabod A.S. Gouverner numériquement les conduites ? Les technologies de la transition écologique.

– Rumpala Y. De la production matérielle entre pairs à la réappropriation des conditions de vie ? Enjeux et potentialités d’une extension matérielle de la « production entre pairs sur la base de communs

– Bailly A. L’espace socio-numérique comme monde où consommer : une critique épistémologique du concept d’espace social à l’ère du numérique

– Delamarche J. Produire le marché interface. La médiation des plateformes de consommation collaborative

Jeudi 6 Juillet

Session 6

Consommation, mondes professionnels et technologie

– Chabault V., Le pouvoir des plateformes et des consommateurs contre les libraires ? Acteurs, métiers et régulations sur le marché du livre d’occasion.

– Gaglio G. La force des technologies faibles : le cas d’une expérimentation en télémédecine d’urgence.

– De Rugy A. Changer d’emploi, diminuer sa consommation : retrouver le pouvoir de choisir sa vie ?

session 7

Recherche-intervention

– Leclerc M., Michelin L. Les nouveaux rôles des sociologues dans l’accompagnement des politiques publiques urbaines : vers une sociologie des usages urbains ?

– Danteur T., Rocafull C. Initiatives citoyennes alternatives et système alimentaire territorialisé : une proposition de définition en région Centre-Val de Loire

– Jacquelin A. Considérer les acteurs sur un objet, une méthode pour la capacitation

Appel à contribution – L’internet des classes populaires – Revue Réseaux

La revue Réseaux programme un dossier sur les appropriations des nouvelles technologies par les classes populaires. La littérature sur les usages d’internet porte trop souvent sur les jeunes, les diplômés, les urbains – comme en témoigne le grand nombre d’enquêtes menées auprès de publics étudiants. Il s’agit ici au contraire de porter le regard sur des individus issus des fractions non diplômées de la population, qui n’ont pas ou peu d’usage de l’informatique dans le cadre de leur activité professionnelle, mais utilisent internet dans le cadre de leur vie privée. Il s’agit souvent d’usages qui sont restés invisibles au regard des sciences sociales.

http://calenda.org/399973

Parution de deux ouvrages sur la consommation de musique à l’heure de la musimorphose

Deux ouvrages dirigés par Philippe Le Guern – « en quête de musique » et « où va la musique » –  vont paraître autour de la consommation de musique à l’heure de la musimorphose. En voici les quatrièmes de couverture :

En quête de musique  : Les représentations et les usages de la musique hérités de l’ère de l’enregistrement sur support physiques (vinyl, cassette, CD) se sont radicalement transformés avec la généralisation des technologies numériques et de l’Internet. Tout sauf figés, les processus d’écoute sont à considérer dans l’histoire d’un ajustement progressif entre des dispositifs techniques et des dispositions d’écoute : le passage de la discomorphose à la numérimorphose constitue une étape essentielle de cette histoire marquée par le téléchargement illégal, le streaming, les lecteurs MP3 ou les algorithmes de la recommandation. Pour autant, nous continuons à mobiliser des catégories ou des notions insuffisamment discutées – le genre musical, l’éclectisme, la légitimité, l’émotion esthétique, etc. – pour appréhender les pratiques et les goûts des auditeurs. De même, les approches employées en situation d’enquête semblent parfois inadaptées face au changement de régime ou d’échelle imposé par le numérique. Ouvrir la boîte noire des méthodes pour étudier représentations et pratiques à l’ère de la musimorphose, telle est l’ambition de cet ouvrage, où se côtoient sociologues, informaticiens, musicologues, psychologues cognitifs, spécialistes en sciences de la communication, de l’éducation et de gestion.

Où va la musique : Embarqués à bord des sondes spatiales Voyager, des disques plaqués or contenant des images et des sons censés représenter la diversité terrestre étaient lancés dans l’espace en 1977 : 90 minutes de musique, dont des oeuvres de Bach, Beethoven, Chuck Berry, Louis Amstrong, Mozart, ou encore des chants de bergers bulgares ou de jeunes filles pygmées, dérivent ainsi depuis dans l’espace intersidéral. On imagine alors la surprise de civilisations extra-terrestres découvrant ces objets déroutants et déjà… obsolètes. Car musique rime, quarante plus tard, avec streaming, Youtube, sodcasting, MP3, Justin Bieber et Hatsune Miku.
Entre dispositifs et dispositions, changements socio-techniques et normes instituées, l’écoute musicale se reconfigure en permanence. Et avec le passage de la discomorphose à la numérimorphose, ce sont peut-être nos manières de découvrir, de classer, de partager la musique qui se sont transformées radicalement : dans ce monde d’abondance, les algorithmes de la recommandation, les casques et les logiciels de stream ripping, les smartphones et les fichiers compressés ont pris le pas sur les CD, la presse rock spécialisée, le disquaire du coin et le son HiFi.
Existe-t-il un fil conducteur, un principe téléologique, qui permette de penser l’histoire de nos oreilles ? Comment décrire nos nouvelles habitudes d’écoute en régime numérique ? Les innovations technologiques nous laissent-elles entrevoir ce que pourraient être nos prochaines expériences de la musique ? En réunissant universitaires et professionnels du secteur, dans une perspective interdisciplinaire, cet ouvrage propose d’apporter des réponses à une question en apparence très simple : où va la musique ?

Post-Doc INRA Telecom Paris Tech

 

Dans le cadre du projet NutriPerso – Tailoring food and dietary recommendations to prevent chronic diseases : health, social and economic issues, l’INRA Telecom Paris Tech recrute un post-doc sur « Les conditions de modification des comportements de santé, le cas du DT2 ».

Ce post-doc sera chargé d’une enquête de terrain auprès d’individus à risque de diabète, dont une partie utilisatrice d’applications digitales alimentation / santé.

Le post-doctorat, d’une durée de 9 mois temps plein, débutera en mars/avril 2017. Il sera basé à Ivry sur Seine.

Date limite de soumission des candidatures : 15 février 2017.

Pour des informations détaillées et la fiche de poste: faustine.regnier@inra.fr

 

N’hésitez pas à diffuser à vos réseaux.

 

Mille mercis d’avance, Faustine Régnier

 

La fabrique des corps, éduquer, augmenter, identifier/ 16-22 oct./ Epinal

La fabrication des corps au 21e siècle : Éduquer, soigner, augmenter, identifier

Ces Biennales (colloque scientifique) prennent place au sein du second
Festival International de SOciologie : 16-22 octobre 2017 à Epinal qui
permet à des citoyens et des scientifiques de différentes disciplines
de débattre autour de films, pièce de théâtre, pièce de danse,
exposition de plasticiennes abordant de différentes manières la
question du corps humain.

L’appel à communication

Chargé de mission scientifique dans le domaine des modes de vie durables

Le ministère va prochainement recruter un chargé de mission scientifique dans le domaine des modes de vie durables. La personne recrutée aura pour mission d’apporter un appui scientifique pour la définition et la mise en oeuvre des politiques de la transition écologique, en particulier celles qui cherchent à orienter les modes de vie et les pratiques de consommation vers des modalités sobres.

La fiche de poste

Offre de stage – Saint-Gobain Recherche

Saint-Gobain, leader mondial de la production et de la distribution de matériaux de construction a la conviction que l’innovation dans le monde du bâtiment passe par une meilleure prise en compte des acteurs de ce secteur économique. La justesse des éléments constructifs, la facilité de conception et de pose, une offre de service adaptée à la diversité des besoins des clients sont des points clefs pour les installateurs comme pour les utilisateurs finaux.

Dans cette perspective, Saint-Gobain Recherche s’est donné pour mission de développer une connaissance fine des métiers du bâtiment et a mis en place une équipe de sociologie et de design à cet effet.

 

Objet du stage : mieux comprendre la diversité des artisans du bâtiment en France

Qui sont les artisans en France ? Quelle est la réalité de leur métier ? Quelles sont les contraintes auxquels ils doivent faire face ? Comment leurs entreprises sont-elles structurées ? Comment s’organisent-ils au quotidien, sur les chantiers et en dehors ? Quelles interactions entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle ?

Ce stage contribuera à une réflexion collective pour démontrer qu’une meilleure compréhension des clients et de leurs environnements de travail est la clef d’une offre adaptée à leurs besoins.

 

Contexte et mission

Le poste est basé à Aubervilliers au sein du centre de recherche de Saint-Gobain.

Vous serez immergé dans un environnement pluridisciplinaire stimulant (équipes scientifiques, de design industriel, de sociologie, de data science,…) à l’interface entre la R&D, le marketing et les business.

Rattaché(e) à Hélène Subrémon, Sociologue de l’habitat, le stagiaire aura la charge de mener une investigation empirique sur la réalité du métier d’artisan en France. Cette enquête de terrain privilégiera l’immersion avec un échantillon d’artisans.

Durée du stage : 6 mois (démarrage janvier/février 2017)

Suite de l’offre et contact

Congrès de l’AFS 2017 -Sociologie des pouvoirs/pouvoirs de la sociologie – Appel à communication RT 11

Le congrès de l’AFS 2017 se tiendra à Amiens du 03 au 06 juillet 2017 autour de la thématique « Sociologie des pouvoirs/pouvoirs de la sociologie ».

Vous pouvez télécharger l’appel en pdf ici ou le lire ci-dessous.

La consommation est historiquement perçue comme symptomatique du pouvoir des entreprises industrielles. Elle serait en premier lieu la résultante de la filière inversée dont parle John K. Galbraith, le pouvoir des firmes étant instrumenté par le biais de moyens bien connus (publicité pour susciter un désir d’achat, obsolescence programmée, etc.) qui persistent et se sophistiquent. Cette critique de la société de la consommation a alimenté les débats des années 1970 et est en perpétuel renouvellement.

La consommation est néanmoins de plus en plus souvent également interprétée comme un mode d’action politique, une forme de reprise en main citoyenne, d’empowerment pour le consommateur. Elle est en second lieu un champ où se replient des luttes politiques qui peuvent difficilement s’exercer dans d’autres sphères (luttes contre la souffrance animale, pour une production respectueuse des salariés, des petits producteurs, de la nature….). Ces luttes sont aujourd’hui équipées de dispositifs législatifs et réglementaires. D’une part, les consommateurs sont dotés par les instances publiques de moyens d’action, notamment par le biais du droit (« d’action de groupe » récemment transposée dans la législation française par la loi Hamon en 2014, par exemple). D’autre part, ils se placent en position d’exercice de pouvoirs contre les firmes ou le marché par un type de consommation choisie (frugalité, troc, consommation locale, etc.) ou de non-consommation (boycott, etc.). Ils adoptent alors des postures d’opposition et de résistance, qui prétendent constituer des contre-pouvoirs, des avant-gardes ou des alternatives, ce qui a pu notamment être désigné par les néologismes de « consom’acteurs » et « d’alter-consommateurs ».

Dans le cadre du prochain congrès de l’AFS, le RT11 souhaite interroger le rapprochement entre pouvoir(s) et consommation(s) de façon symétrique. Une vision trop binaire et manichéenne (les firmes d’un côté, les consommateurs de l’autre) semble peu éclairante, parce qu’elle présente le tort de négliger l’action de multiples intermédiaires. Un autre enjeu central du prochain congrès sera d’apprécier l’effectivité et la force des pouvoirs des consommateurs en précisant toujours « sur qui ? » et « par qui ? » le pouvoir s’exerce et sur quels contre-pouvoirs il vient se heurter. Il s’agit ici de pointer le projecteur sur les modalités concrètes d’exercice de la chaîne du pouvoir, même si les expériences relatées restent parfois inabouties. À cette fin, le rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) est à analyser avec soin, en raison de leur potentiel de transformation.
Une série de questions se pose afin de mettre en relation consommation et pouvoir, tout en pensant la transformation de cette relation dans le contexte actuel, en France et dans le monde. Quelles perspectives théoriques et quels concepts doit-on mobiliser afin d’appréhender aujourd’hui le pouvoir dans et par la consommation ? Les approches en termes de domination et d’aliénation sont bien sûr candidates (et a priori encore pertinente) pour traiter de la consommation mais en rapport à quels faits sociologiques aujourd’hui ? Faut-il préférer une perspective foucaldienne en termes de « gouvernement des conduites » et de micro-pouvoirs ? Comment situer la mise en oeuvre du Big Data ou des applications de Quantified Self dans ce débat ? À ce propos, il est à noter que les travaux de Michel de Certeau d’inspiration (au moins en partie) foucaldienne ont été des références incontournables dans la sociologie des usages des TIC jusqu’à la fin des années 1990 (pensons à ses conceptualisations des « braconnages », « art du faible », « tactiques » des consommateurs contre les « stratégies » des puissants), alors qu’ils sont maintenant nettement moins mobilisés. Cela pose la question de la forme spécifique du pouvoir avec l’émergence du numérique, des nouvelles formes de liens qui s’y tissent de pairs à pairs et entre les internautes et les marchands : capital réputationnel et rapport de prescription, poids des avis de consommateurs et des commentaires dans les choix au bénéfice ou au détriment de prestataires de diverses natures, etc. Avec le numérique et les campagnes médiatiques qu’il permet, les consommateurs sont-ils aujourd’hui dotés de nouveaux pouvoirs, celui d’influencer les modalités de la production en mettant une entreprise à l’index ? La campagne de l’organisation L214 contre la souffrance animale en est un exemple récent. Comment s’organisent ces campagnes et comment sont-elles relayées ? Quels sont leurs impacts sur la puissance publique et sur l’évolution des marchés ? Voilà des questionnements qui pourraient faire l’objet de développements lors du congrès.

Nous attendons pour le prochain congrès des contributions qui permettent de documenter ces questions et ces évolutions. Trois thèmes (non exclusifs) permettent d’organiser la discussion :

1) Conditionnement des conduites versus capacitation (empowerment). L’évolution, le raffinement et la plus grande puissance de l’outillage pour cadrer la consommation et tracer les comportements d’achats par exemple (utilisation des données personnelles à des fins commerciales, tracking, etc.) semblent aller dans le sens d’un conditionnement du consommateur et d’une orientation des choix plus importante. Dans le même temps, les possibilités qui sont données aux individus de contribuer, produire, proposer peuvent augmenter leur pouvoir d’agir. L’ouverture d’espaces comme les Makerspaces ou les Fablabs, en mettant à disposition des instruments technologiques perfectionnés (imprimantes 3D, découpeuses laser) peuvent donner le sentiment d’une « reprise en main » de la consommation. Mais encore faut-il apprécier l’ampleur et la réalité de ces tendances. Le thème de la consommation collaborative et de ses ambivalences pourra aussi être étudié ici.

2) Du « client roi » aux consommateurs devant faire valoir leurs droits. La figure du « client roi » a une allure vintage mais il n’en reste pas moins que de nombreuses entreprises se revendiquent d’un soin qu’ils accorderaient à leurs clients. Pour autant, des consommateurs (ou même des usagers de service public) se trouvent démunis parce que vulnérables, en particulier parce qu’ils apparaissent comme des « segments non rentables » (pensons aux maladies orphelines dans le secteur de la santé). Ces consommateurs sont des « rois nus » qui se trouvent dans l’obligation de faire valoir leurs droits en mobilisant une autre identité (typiquement celle de malade). Au plan international, on assiste au contraire à un projet de valorisation des populations pauvres pour en faire des consommateurs (« Base Of Pyramid ») afin de dégager de nouveaux profits et d’asseoir une nouvelle forme de pouvoir par la consommation. Dans cet axe, la question de la mobilisation des droits des consommateurs pourra être abordée plus largement, notamment dans le cadre de l’analyse des plaintes.

3) Le rôle du sociologue face aux pouvoirs et aux contre-pouvoirs dans la consommation. Les propositions pourront enfin interroger le rôle du sociologue dans la confrontation ou l’accompagnement de ces pouvoirs et contre-pouvoirs, voire dans la dynamique de changement dont ils sont porteurs. Des discussions de l’intérêt, comme des limites, des approches observantes, participantes ou des recherches-actions dans lesquelles les chercheurs contribuent à construire une autre réalité avec des acteurs de terrain (comme par exemple les thèses CIFRE) seront les bienvenues.

*** Ces trois axes sont indicatifs. Le RT 11 est plus largement ouvert à toute thématique qui ne serait pas développée dans cet appel, en lien avec le croisement de la sociologie de la consommation et des usages et le thème du congrès. ***

Une session croisée sera organisée avec le RT12 (sociologie économique), merci d’indiquer si vous souhaitez y participer
Soumission des propositions de communication Les propositions de communication doivent être envoyées le 20 janvier 2017 au plus tard, et doivent contenir : – Le nom, prénom, adresse postale, institution de rattachement, adresse courriel, de chaque auteur – En cas d’auteurs multiples, le nom de l’auteur « contact » – Le titre de la proposition de communication – Un résumé de 1 500 signes, espace compris, maximum – La proposition peut éventuellement être accompagnée d’un développement plus long, entre 600 et 2 000 mots, qui ne sera pris en compte que si un résumé est également soumis. – La proposition de communication consistera en un seul fichier, nommé : « AFS2015-RT11-NOMdu1erauteur », en .doc, .docx, .pdf, ou .rtf. L’ensemble sera envoyé à : rt11afs2017@gmail.com

Calendrier

Proposition attendue pour le 20 janvier 2017

Sélection et réponses aux auteurs : 15 février 2017

Envoi des communications (30 000 signes) aux organisateurs : 1 juin 2015