Journée d’étude « Argent numérique. Pratiques et enjeux », 25 septembre 2024, à Paris ou en visio

Co-organisée par Hélène Ducourant (LATTS – Université Gustave Eiffel) et avec une intervention de Renaud Garcia-Bardidia (LIS – Université de Lorraine), cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de la publication du numéro Réseaux sur l’argent numérique et propose un partage de travaux de recherche sur l’argent numérique.

  • Cette journée pluridisciplinaire interroge les évolutions induites par les nouvelles formes monétaires numériques, leurs conséquences sur le monde marchand et les consommateurs dans les Nords et les Suds.
  • Elle fait dialoguer des travaux et enquêtes issus des différents champs des sciences sociales, en particulier la sociologie, l’économie, les sciences de gestion, les sciences de l’information et de la communication, l’anthropologie, la géographie.
  • Des expert.es de la Banque de France interviendront également dans le cadre de cet événement. 
  • Celui-ci sera illustré en direct par une facilitatrice graphique à l’aide de ses crayons et feutres avec la réalisation d’une fresque.

La journée d’étude se tiendra de 9 h à 18h15 à la Banque de France, à Paris, et à distance.

Programme complet : ici!   

Modalités de participation : en présentiel au 31 rue Croix des Petits Champs 75001 Paris, ou à distance.

Inscription (obligatoire) : ici! 

 

[Parutions] Faire durer les objets, Sociologie du commerce et Ecologiser par le numérique?

Voici quelques ouvrages récents, déjà sortis ou dont la publication est imminente, en lien avec les thématiques du RT et nos travaux. 

Bonnes lectures! 

Le bureau du RT11

Faire durer les objets. Pratiques et ressources dans l’art de déconsommer

Presses de Sciences Po, 272 pages.
 

Durant près de cinq ans, la sociologue Julie Madon s’est intéressée à une caractéristique particulière des objets : leur durée de vie. Munie de son magnétophone, de sa grille d’entretien et de son appareil photo, Julie Madon s’est immiscée dans l’univers quotidien d’une catégorie particulière d’homo domesticus : les « longéviteurs ». Soit ceux qui, par conviction écologique, culture familiale, goût de la brocante ou tout simplement contrainte budgétaire, s’efforcent de faire durer les objets, ravivent des pratiques oubliées d’entretien et de réparation, se convertissent aux achats de seconde main et à la revente.

L’enquête retrace leurs profils très variés et inventorie les événements de la vie qui les ont rendus sensibles à la préservation des objets. Elle montre que, loin d’être linéaires, les pratiques de longévité fluctuent selon les priorités du moment et surtout selon les obstacles qui se dressent comme le manque d’accès à des dispositifs appropriés, la délégitimation par l’entourage, la résistance technique des objets, l’obsolescence programmée par les fabricants.

Un récit singulier, vivant, parfois drôle, où les enquêtés se livrent en toute candeur sur les rapports qu’ils entretiennent avec leurs biens domestiques, relatent leurs petites victoires face aux injonctions marchandes et témoignent des efforts qu’exige l’art de déconsommer dans un monde qui continue à promouvoir l’abondance tout en se défaussant de la responsabilité environnementale sur les individus.

Plus de détails ici!   

Sociologie du Commerce 

Par Vincent Chabault, Armand Colin, 304 p. 

Le commerce est un poste d’observation pertinent pour scruter la diffusion des marchandises, les innovations techniques sur lesquelles elle repose, mais aussi la manière dont il favorise la circulation de normes de consommation et de styles de vie auxquels les individus adhèrent. Son importance est donc à la fois économique, technique et socio-culturelle.
Le livre analyse le commerce de détail comme le produit de relations entre divers éléments : les innovations apportées à l’intermédiation marchande, les cultures de consommation, les relations sociales, le travail et les travailleurs du secteur, les réglementations et l’action publique, le territoire. Ce découpage montre comment la sociologie peut se saisir de cet objet de recherche en puisant dans ses courants divers mais aussi dans d’autres disciplines des sciences sociales 
Ce manuel est le premier du genre consacré à ce secteur économique très ancien, en mutation sous l’effet de la transition numérique, et central dans l’existence des sociétés et de leur économie.

Plus de détails et les premières pages sur le site de l’éditeur.  

Ecologiser par le numérique ?

Numéro 244 de la revue Réseaux, coordonné par Sylvain Parasie et Sébastien Shulz, La Découverte, 356 pages. 

Alors que la critique environnementale du numérique prend une ampleur considérable, un grand nombre d’acteurs entendent pourtant mettre les technologies numériques au service de la transition écologique. En mobilisant des infrastructures de calcul optimiser la production industrielle et réduire la pollution ; en équipant les politiques environnementales d’instruments de mesure de la biodiversité, des émissions carbone ou des pollutions atmosphériques ; en mettant en place des plateformes numériques qui mettent en relation des consommateurs et producteurs de biens agricoles en circuits courts, qui favorisent le covoiturage ou d’autres pratiques moins polluantes.

A priori paradoxale, cette « écologisation par le numérique » soulève un ensemble de questions auxquelles les enquêtes réunies dans ce numéro apportent des éléments de réponse : dans quelle mesure le numérique peut-il contribuer à réduire les dommages environnementaux ? Avec quelles implications épistémologiques, politiques et sociales ? Quelles sont les formes de transitions écologiques de nos économies portées par ces démarches appuyées sur la technologie ?

Le dossier est composé de 7 articles dont une introduction conséquente des coordinateurs qui précise les enjeux et présente les papiers du numéro.  

AAC : Les Doctoriales du RT12 “Économie et sociologie” – avec la participation du RT11 – Du 16 au 17 octobre 2024

 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » souhaitent contribuer à l’avancement des travaux de doctorant·es et de jeunes docteur·es qui travaillent, dans une perspective de sciences sociales (sociologie, économie, science politique), sur des objets économiques : entreprises, consommation, marchés, innovations, services publics, politiques économiques, monnaies, finance, dettes publiques et privées, accumulation du capital économique, etc. Ce faisant, les Doctoriales se veulent une vitrine du renouvellement de la recherche en sociologie économique, en science politique de l’économie et en économie institutionnaliste, ainsi que de la fécondité réciproque de ces différentes approches des faits économiques. 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » auront lieu les mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2024 à l’École des Mines de Paris.

Le principe de ces journées est de donner la parole aux jeunes chercheur·es et de faire discuter leurs travaux par des sociologues, économistes et politistes s’intéressant à ces problématiques. Elles sont ouvertes aux doctorant·es, déjà avancé·es dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse, et aux jeunes docteur·es qui ont soutenu leur thèse après le 1er septembre 2021

Calendrier

Pour participer à ces journées, il est demandé aux personnes intéressées de faire parvenir au plus tard le 2 avril 2024 une proposition de communication détaillée  (entre 8.000 et 10.000 signes, en français ou en anglais, références comprises) à l’adresse suivante : doctoriales.socioeco@gmail.com  

Les communications devront favoriser la mise en valeur d’une des dimensions de la thèse (un terrain empirique circonscrit, un axe de réflexion précis) que l’auteur·ice souhaiterait mettre en discussion. Les communications présenteront les méthodes utilisées, les corpus, terrains ou bases de données mobilisées. Plutôt qu’un chapitre de thèse brut ou un résumé de l’argumentaire central de la thèse, il est recommandé de proposer des textes dans un format publiable dans une revue scientifique. La communication pourra être envisagée comme une étape dans un processus de publication.

Dans cet esprit, à la suite des journées d’octobre 2024, la Revue Française de SocioEconomie renouvellera son appel à articles auprès des participant·es aux Doctoriales pour décerner le Prix des Doctoriales  RFSE. Ce dernier vise à valoriser, en le publiant rapidement, un article (en français) issu d’un travail de doctorat portant sur des objets économiques.

Le comité scientifique d’organisation se réunira pour examiner les propositions de communication et avertira les auteur·es courant mai 2024Le texte de la présentation (60 000 signes espaces compris maximum) devra être envoyé à la même adresse électronique avant le 27 septembre 2024 au plus tard, pour que les discutant·es aient le temps de lire les textes.

Comité d’organisation :

RT11 « Sociologie de la consommation et du numérique »
Leslie BeltonChevallier (LVMT)
Victor Potier (Université Gustave Eiffel)
Vinciane Zabban (Sorbonne ParisNord)

RT 12 « Sociologie économique »
Stéphanie Barral (LISISIFRIS)
Lise Cottet (EHESS)
Manon Piazza (EHESS)
Marie Piganiol (Université DauphinePSL)
Olivier Pilmis (Sciences Po Paris, coresponsable du RT)
Raphael Porcherot (ENS ParisSaclay)
Théo Régniez (Université DauphinePSL)
Nadège Ressia (INRAE)
Melchior Simioni (OFDT)
Marie Trespeuch (Sorbonne Université, coresponsable du RT)
Alexandre Violle (Ecole des Mines)

RT30 « Sociologie de la gestion »
JeanMarie Pillon (Université DauphinePSL)

Atelier Lectures Questions de pratiques – Séance n°2 – Pratiques en mouvement

Après les riches présentations et discussion sur le thème de l’ “Ecologisation des pratiques”, lors d’une séance animée par Hélène Ducourant, le RT11 propose une nouvelle séance de son atelier de lectures, Questions de pratique, le 17 janvier 2024 de 11h à 13h, à distance (via zoom).

Trois textes sur le thème des pratiques de consommation en mouvement seront présentés pour asseoir une discussion sur la façon dont on peut investiguer et théoriser la question conjointe des pratiques de consommation et leur logistique en mobilité. Pour ce faire, nous avons sélectionné un texte qui s’inscrit dans la continuité de la théorie des pratiques mais en mettant l’accent sur la notion d’espace (Hui 2012) et deux textes inscrits dans un cadre de recherche proche de la sociologie des techniques (Hansson 2015 et  Canu & Cochoy 2012).

Les textes 

Hui, A. (2012). Things in motion, things in practices : How mobile practice networks facilitate the travel and use of leisure objects. Journal of Consumer Culture, 12(2), 195‑215. https://doi.org/10.1177/1469540512446873

Hansson, N. (2015). “Mobility-things” and consumption : Conceptualizing differently mobile families on the move with recent purchases in urban space. Consumption Markets & Culture, 18(1), 72‑91. https://doi.org/10.1080/10253866.2014.899494

Canu, R., & Cochoy, F. (2012). Places et déplacements : Une archéologie statistique de la logistique piétonne (Toulouse, XXe-XXIe siècles). Flux, 88(2), 19‑33. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/flux.088.0019

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search