AAP – Revue Réseaux, “Sociabilités privées”, résumés d’ici au 21 juin 2024

Voici un appel à intention d’articles en vue d’un prochain numéro thématique de la revue Réseaux consacré aux “sociabilités privées“. Vous pouvez le télécharger en suivant ce lien.
Les propositions de résumés sont attendues pour le 21 juin 2024, pour un dossier prévu fin 2025. N’hésitez pas à solliciter les coordinateurs, Olivier Martin et Eric Dagiral pour toute précision concernant ce projet de numéro.

Atelier Questions de Pratiques #3 du RT11 – Maintenance et réparation des objets – 23 mai

Après deux premières séances sur le thème de l’écologisation des pratiques et de la consommation en mouvement, le RT11 vous propose un troisième atelier de lecture “Questions de pratiques” animé par Margot Abord de Chatillon et Victor Potier, sur le thème de la maintenance et de la réparation des objets. L’atelier aura lieu en visio le 23 mai (de 14h à 16h). 

Trois textes seront présentés pour discuter de la tension entre maintenance et usages dans les pratiques de consommation. Le choix de ces textes fait la part belle à l’éclairage ethnographique des activités ordinaires de réparation, de maintenance, d’utilisation et d’attention portée aux choses.

Un premier texte de N. Gregson, A. Metcalfe et L. Crewe posera la question de la réparation en tant que pratique ordinaire intégrée au cœur des activités de consommations.
Gregson, N., Metcalfe, A., & Crewe, L. (2009). Practices of Object Maintenance and Repair: How consumers attend to consumer objects within the home. Journal of Consumer Culture, 9(2), 248-272. https://doi.org/10.1177/1469540509104376

Un second texte de M. Tironi traitera des réparateurs de Vélib qui, par le truchement de leur activité quotidienne, deviennent les médiateurs entre les usagers et l’infrastructure sociotechnique de mobilité urbaine.
Martin Tironi, « Faire circuler des vélos et des personnes », Revue d’anthropologie des connaissances, 8-1, 2014. URL : http://journals.openedition.org/rac/3890.

Enfin, un troisième texte de J. Denis et D. Pontille, extrait de leur dernier ouvrage, présentera une série d’ethnographies dont la mise en discussion révèle l’importance de l’attention, du corps et des modalités de sa rencontre à la matière dans le soin porté aux choses.
Jérôme Denis et David Pontille. « 3. Attention », Le soin des choses. Politiques de la maintenance. La Découverte, 2022, pp. 95-134. URL : https://www.cairn.info/le-soin-des-choses–9782348064838-page-95.htm

La participation est libre, pour obtenir le lien de la visio, merci de contacter Victor Potier : victor.potier[at]univ-eiffel.fr

Séminaire du RJC ICCA – Méthodologie autour des données des réseaux sociaux

Le RJC ICCA organise un séminaire méthodologique autour des données des réseaux sociaux. Ce séminaire aura lieu le vendredi 1er mars de 14h à 16h et est ouvert à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s quel que soit leur niveau.

Dans le cadre de ce séminaire, nous aurons le plaisir d’accueillir Béatrice Mazoyer (MédiaLab, Sciences Po) et Mehdi Arfaoui (LINC, CNIL).

L’événement sera en format hybride avec une partie présentielle au sein du Campus Condorcet : Bâtiment Recherches Sud – Salle 4.023. Le lien pour le distanciel sera communiqué aux participant·e·s quelques jours avant la tenue du séminaire.

L’inscription est obligatoire afin d’assister à l’événement : https://forms.gle/XH5qj9X9VZCaDeUc9

[Screenshot] Judicael Pringent

“La transformation des contenus et des modes d’écoute de la radio dans le contexte numérique

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Ton parcours, tes centres d’intérêt, ou encore la manière dont tu es arrivé·e à ton objet de recherche ?

Je m’appelle Judicael Prigent et je suis doctorant à l’université Sorbonne Nouvelle à Paris. Je réalise une thèse sur « La transformation des contenus et des modes d’écoute de la radio dans le contexte numérique », qui est dans la continuité de mon travail de mémoire sur le discours radiophonique comme moyen d’inclusion sociale pour les personnes défavorisées.

Ma passion de la radio m’a amené à créer différentes émissions au sein de différentes radios, la dernière en date étant « Thèsez-vous ?! », une émission consacrée aux doctorants et à leurs travaux universitaires ayant pour but de valoriser leurs travaux et de donner une vision réaliste du monde de la recherche aux auditeurs.

Peux-tu nous fournir un Screenshot de ta thèse ?

L’image en haut à droite représente ce qui m’a motivé à mener ma recherche. Comme on peut le voir, les 15-35 ans représentent aujourd’hui la plus faible part d’audience en radio et continuent, doucement, de diminuer. Pour comprendre les raisons de cette baisse, il faut discuter avec les jeunes pour comprendre les causes profondes, mais les questionnaires (à droite) servent à avoir un point de vue plus général.Toutefois la radio reste un média important dans le monde de l’audio et qui peut, si on cerne correctement leurs besoins, aider les jeunes. C’est pour cette raison que j’ai créé en parallèle l’émission Thèsez-Vous?! qui donne la possibilité aux doctorants de parler de leurs travaux à l’antenne.

Est-ce que tu peux décrire l’objet de ta thèse ?

La radio est un média important du paysage audiovisuel français. D’abord un média très apprécié par les jeunes et jeunes adultes, qui constituaient son plus fort taux d’audience cumulée, elle voit depuis le début des années 2000 cette audience baissée jusqu’à devenir sa plus faible audience cumulée en 2014. Une baisse qui s’est vue accentuée entre 2019 et 2021 avec la crise sanitaire du Covid-19. Nous pouvons imputer plusieurs raisons à cette baisse d’audience. D’abord, le développement d’Internet et la démocratisation du numérique et de ses usages dans les habitudes de vie quotidienne à complètement changer le rapport au contenu, à l’information et aux médias de la population. Le numérique entraîne l’apparition de nouveaux moyens de s’informer, de se divertir, mais également de nouveaux moyens de produire de l’information et du divertissement. S’en suit naturellement le développement de nouveaux supports d’écoute, comme le smartphone, l’enceinte connectée, l’ordinateur, mais également de nouvelles plateformes la concurrençant directement sur ces contenus historiques, comme la musique et l’information. C’est dans un contexte de fragmentation de l’audience entre les différents médias, traditionnels et numériques, et les différents supports que la radio voit son audience se disperser, notamment ses auditeurs jeunes.

La radio s’est numérisée afin de s’adapter aux usages de ses auditeurs et proposer une offre en adéquation avec la demande. Alors qu’elle est historiquement le média du direct, du temps présent, elle a transformé son rapport au temps en proposant une écoute en différé en créant les podcasts et le replay, et on peut constater que la radio cherche à se faire une place sur les réseaux et les plateformes de streaming plébiscité des jeunes tels que Twitch, YouTube ou Tik-Tok. Toutefois, on peut se demander si, paradoxalement, la diversification des supports radiophoniques et la profusion de contenu disponible n’est pas un facteur favorisant la dispersion des auditeurs.

Bien que la radio soit encore plus écoutée que les plateformes numériques, ces dernières progressent d’années en années et les supports numériques sont de plus en plus privilégiés pour l’écoute. Le désintérêt des jeunes pour la radio pose également le problème du renouvellement de l’audience et des contenus. Je propose donc d’étudier les usages et la transformation des contenus radiophoniques, en les comparant aux contenus digitaux concurrents (Spotify, Tik-Tok, Twitch), ainsi que les modes d’écoute de la radio des auditeurs âgés de 15 à 35 ans. Je souhaite poser la question de l’innovation du contenu, de la diversité et de l’interactivité permises par l’évolution des supports et des modes d’écoutes de la radio.

Dans quel cadre théorique te situes-tu, et en quoi ta thèse est novatrice en la matière ?

La radio est un média peu étudié et son usage par les jeunes et jeunes adultes l’est encore moins. La grande majorité des recherches traitant des contenus médiatiques ont tendance à évoquer la radio dans le cadre d’un chapitre, mais ne se focalisent nullement dessus. Pareillement, a part l’ouvrage Libre antenne, la réception de la radio par les adolescents, l’usage de la radio par les jeunes est absent du monde de la recherche, au contraire de l’usage du contenu informationnel, des réseaux sociaux, de la télévision, par les jeunes.

Mon travail se distingue par sa focalisation sur le média radio et sur la population jeunes et jeunes adultes. L’analyse des habitudes de vie quotidienne de cette population devrait me permettre de comprendre à terme la place qu’occupe le numérique dans leur vie et les raisons les poussant à préférer les médias numériques à la radio, tout en mettant en avant les initiatives mise en place par les radios afin de garder un contact, même minime, avec eux.

Sur quelles données travailles-tu ?

Je travaille principalement sur des données d’audiences, d’usages des médias traditionnels et numériques et du marché audio, partagées publiquement par Médiamétrie et l’ARCOM. Je réalise également des enquêtes de terrain auprès de grands acteurs radiophoniques (Radio France, OUI FM, Skyrock…) et des auditeurs afin d’avoir le point de vue des acteurs et des récepteurs sur ces sujets.

Quels sont les résultats ou les hypothèses principales de ta thèse ?

Etant en début de seconde année, je n’ai encore que des hypothèses visant à expliquer les raisons expliquant ce désintérêt de la radio pour la tranche des 15-35 ans. Est-ce dû au contenu de flux proposé par la radio, plus assez parlant pour eux, les poussant à privilégier les podcasts, un format en perpétuel expansion et extrêmement varié, mais également extrêmement concurrentiel par le nombre de producteur de podcast existant aujourd’hui ? Est-ce dû à la relation que les auditeurs développent avec les créateurs des médias numériques, au confort d’utilisation des plateformes, à l’interactivité proposée, ou est-ce simplement un effet générationnel ?

Les contenus des médias numériques empruntant de nombreux codes des médias traditionnels, et notamment de la radio, le contenu a une importance fondamentale dans l’écoute, mais je pense que le support est également extrêmement important pour l’écoute des jeunes puisqu’ils privilégient les supports de leur époque. Ces supports amènent une nouvelle forme de consommation et d’usage du contenu en agissant sur la temporalité. 

Est-ce qu’il y a quelques références incontournables ou importantes pour toi et que tu aimerais nous conseiller ?

Pour ceux qui s’intéressent à la radio et son évolution, je conseille tous les textes de mon directeur de recherche Hervé Glevarec sur la radio, comme Libre antenne, la réception de la radio par les adolescents ou Ma radio, attachement et engagement.

Je conseille vivement l’ouvrage de Christophe Deleu, Les anonymes à la radio pour un point de vue sur le contenu et la place de l’auditeur en radio.

Enfin je conseille tous les textes de Denis Maréchal sur les différentes radios (France Inter, RTL, Europe 1), et l’ouvrage passionnant de Thierry Lefebvre sur la période des radios libres La bataille des radios libres.

[Parution] La ville marchande en temps de pandémie, Métropoles

La revue Métropole a publié un numéro “La ville marchande en temps de pandémie”.

“La crise du Covid-19 a forgé un paysage urbain et marchand inédit, des stratégies et des adaptations diverses, à la fois du côté des commerçants et des clients, et a pu reconfigurer ou réaffirmer le lien profond entre la ville et le commerce. Ce numéro thématique, initié quelques mois seulement après l’annonce par le gouvernement français de nouvelles mesures de restriction (avril 2021), propose d’examiner la déstabilisation et les réaménagements provoqués par la crise sanitaire dans le secteur du commerce de détail et d’étudier les conséquences provisoires ou durables de celle-ci sur l’espace urbain. Qu’est-ce qu’une ville marchande quand elle ne peut plus l’être, quand la plupart de ses commerces sont fermés ou font l’objet de contraintes et de nouvelles réglementations ? Et comment l’analyser ? Réunissant sociologues, anthropologues, géographes, urbanistes, le dossier expose des analyses menées en Chine, en Afrique du Sud, aux États-Unis et en France sur une diversité d’espaces et de situations d’échange marchand, qui d’ordinaire ne sont pas pensés ensemble (boutiques, restaurants, marchés de gros et de détail, commerce en ligne). Ces dernières se voient ici rassemblées dans une interrogation commune – ce que la pandémie du Covid-19 a fait à la ville et aux commerces – tout en pensant plus globalement les réalités urbaines et leur avenir.”

Tous les articles à lire sur : https://journals.openedition.org/metropoles/10091

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search