AAP – Revue Réseaux, “Sociabilités privées”, résumés d’ici au 21 juin 2024

Voici un appel à intention d’articles en vue d’un prochain numéro thématique de la revue Réseaux consacré aux “sociabilités privées“. Vous pouvez le télécharger en suivant ce lien.
Les propositions de résumés sont attendues pour le 21 juin 2024, pour un dossier prévu fin 2025. N’hésitez pas à solliciter les coordinateurs, Olivier Martin et Eric Dagiral pour toute précision concernant ce projet de numéro.

Rappel : Atelier Questions de Pratiques #3 du RT11 – Maintenance et réparation des objets – 23 maiRappel :

Pour rappel, le troisième atelier Questions de Pratiques du RT11 aura lieu demain et portera sur la question de la maintenance et de la réparation des objets. Il sera animé par Margot Abord de Chatillon et Victor Potier. Vous trouverez plus de détail ici.

AAC. Journée d’étude « L’argent numérique : pratiques et enjeux »

Cette journée d’étude propose d’ouvrir un partage des travaux de recherche sur “l’argent numérique” dans le prolongement du dossier de la revue Réseaux paru en 2023 .

“Vous avez le sans contact ?”, “La carte du magasin peut-être ?” ; “Comment voulez-vous régler ?”, “Je déduis de la cagnotte” ?” ou encore “Je te fais un lydia ?” Devenues banales dans les actes d’achat, ces questions engagent des infrastructures, des cadres réglementaires, des innovations, des normes techniques, des marchés, des start-ups et des GAFAM, des banques et des intermédiaires, des données. La journée d’étude propose d’interroger les évolutions induites par ces nouvelles formes monétaires numériques, leurs conséquences sur le monde marchand et les consommateurs. Nous sollicitons des contributions empiriques originales des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, et s’inscrivant dans l’un des quatre enjeux identifiés ci-dessous.

1. Préparer et contrôler la cashless society

Le sujet de la disparition de l’argent liquide et le concept d’une « cashless society » agrègent et catalysent un ensemble varié et disparate d’initiatives, d’innovations, d’acteurs et de discours autour des moyens de paiement. Ces dix dernières années, plusieurs pays se sont engagés activement dans des programmes de remplacement du cash par des systèmes de paiement électronique, notamment afin de gérer les transferts sociaux (Mexique, Afrique du Sud), pour éliminer l’usage du cash des transactions économiques (en Inde, en Chine), pour mettre en circulation de monnaies numériques de banque centrale (MNBC). Du côté des initiatives privées, les dernières décennies ont vu se multiplier les services de portefeuille électronique et de paiement par mobile dans les pays du Nord (Apple Pay, Google Pay, Square, Amazon Go, etc.) et du Sud (M-pesa, Orange Money, etc.). Enfin, les cryptomonnaies, rendues célèbres avec le Bitcoin, sont une autre concurrence numérique aux monnaies nationales. Ces évolutions vers des sociétés cashless ou less cash soulèvent de nombreuses questions sur les moyens de paiement numériques, les controverses et contestations qui les accompagnent, les nouvelles pratiques qu’ils suscitent.

2. Fabriquer et exploiter les données du paiement

Le second enjeu est celui de la datafication et de la plateformisation qui accompagnent l’argent numérisé. L’essor du paiement sur internet dans les années 2000, et aujourd’hui du paiement sur smartphone, dessinent de nouvelles infrastructures, de nouveaux circuits de circulation de l’argent. De nouveaux intermédiaires issus de l’univers des nouvelles technologies renouvellent le paysage des banques et des opérateurs de cartes (Visa, Mastercard) : fabricants de smartphones, concepteurs de terminaux de paiement compatibles, développeurs de systèmes d’exploitation mobiles, fournisseurs de solutions de transfert, de sécurisation, d’authentification. Ces infrastructures numériques sont associées à de nombreuses données sur les consommateurs : les traces associées aux actes de paiement, les données personnelles fournies pour créer les comptes nécessaires à l’argent digital, les données recueillies par les commerçants. Le contenu de ces données disparates, leur circulation entre les acteurs du paiement et au-delà, leur place dans des modèles de revenus des nouveaux acteurs, ou encore leurs effets indirects sur les individus, constituent à ce jour un champ d’exploration largement ouvert.

3. Usages sociaux des moyens de paiement et de stockage de l’argent.

Un troisième enjeu a trait aux pratiques de l’argent numérique. L’analyse classique des pratiques de “marquage social” de l’argent, et en particulier celles des ménages populaires et précaires, insiste sur l’importance des modalités de séparation matérielle permettant d’affecter chaque somme d’argent à une dépense précise (boîte, enveloppe, tirelire, etc.). Les formes monétaires numériques ouvrent aux consommateurs un second âge de la bancarisation, qui renouvelle les registres pratiques du marquage. Les formes monétaires numériques se distribuent dans de multiples supports et outils de circulation : comptes en banques, agrégateurs, application de transfert et de cagnottes, cartes de fidélité et de crédit chez les commerçants, devises étrangères et crypto-monnaies, etc. Ces supports modifient la manière dont les individus peuvent affecter symboliquement l’argent : Paypal pour tel type d’achat, Revolut pour tel autre, etc. Mais ils embarquent également des formes de marquage (par exemple : la codification des dépenses dans la gestion des comptes), et constituent parfois des formes d’argent fléchées, préattribuées (ex : l’argent des bons plans des commerçants, les comptes destinés à certaines populations très pauvres ou très riches). Ces évolutions ouvrent de nouvelles questions de recherche sur les pratiques créatives de cloisonnement des moyens de paiement déployées par les individus, et l’articulation entre les différentes formes monétaires, numériques ou non.

4. Exclusion bancaire et financière

Un quatrième enjeu identifié concerne l’inclusion. Le déploiement de nouvelles formes monétaires numériques soulève la question de l’égale capacité de tous à y accéder. Le coût des terminaux, des abonnements, les filtres de sélection des clients des nouveaux services, les procédures de sécurisation des paiements constituent de nouvelles barrières pour accéder à l’argent numérique. Ce cadre général donne lieu à des situations locales variables selon les formes monétaires en place et la situation socioéconomique des individus : dans les Nords, ces situations nouvelles d’exclusion bancaire appellent une adaptation des politiques de lutte contre l’exclusion bancaire et financière et de ses enjeux. Dans les pays dits du Sud où la bancarisation des ménages n’est pas toujours la norme, les solidarités familiales ou locales sont le support de contournements des dispositifs de filtrage de l’accès à l’argent et au crédit, par exemple le prêt de carte de crédit entre membres d’une famille élargie pour accéder aux services financiers au Brésil. Ainsi, les formes d’exclusion suscitées par l’argent numérique sont la source d’un large répertoire de pratiques de contournement, d’évitement, d’adaptation, encore insuffisamment décrites dans la littérature.

_

Cette journée souhaite ainsi faire dialoguer des travaux et enquêtes issus des différents champs des sciences sociales, en particulier la sociologie, l’économie, les sciences de gestion, les sciences de l’information et de la communication.

L’événement est coorganisé avec le Réseau « Sociologie de la Consommation et du Numérique » (RT11) de l’Association Française de Sociologie, et la Banque de France.

La journée d’étude, gratuite et ouverte à toutes et tous sur inscription, se déroulera le 25 septembre 2024 à la Banque de France, rue Croix des Petits Champs, à Paris. Elle sera également retransmise en visio.

Modalités de soumission des propositions de communication

Les chercheurs.ses souhaitant partager leurs travaux lors de cette Journée d’étude sont invité.e.s à envoyer un titre et un résumé d’une page maximum de leur intervention, à l’adresse je.argentnumerique2024@gmail.com .

Ces propositions doivent être envoyées au plus tard le 03 juin 2024.

Le comité d’organisation fera un retour mi-juin, et établira un programme fin juin.

Comité scientifique et d’organisation

Thomas Beauvisage (Orange Innovation – SENSE)

Aminata Coly (Université Gustave Eiffel, Orange Innovation)

Aude Danieli (Université de Caen – CERREV)

Hélène Ducourant (Université Gustave Eiffel – LATTS), membre du RT11 de l’AFS

AAC. Journées d’études « 20 ans de création de vidéos sur internet »

Lien vers l’appel à communication : https://20ansvideoweb.sciencesconf.org/

Vous y trouverez les consignes pour les dépôts de candidatures.

 

Présentation

Il y a bientôt 20 ans apparaissaient les premières plateformes d’hébergement et de partage de vidéo. Durant ces deux décennies, les évolutions ont été nombreuses : une quinzaine de services de partage de vidéo ont vu le jour, plusieurs ont disparu et la plupart ont grandement évolué. Sur ces plateformes, des créateurs et créatrices de contenus produisent, diffusent et monétisent les contenus à destination des plateformes de partage de contenus (Cunningham et Craig 2019). Autour d’eux, une filière de la création de vidéo sur internet s’est progressivement structurée avec de nombreux acteurs privés ou institutionnels : les chaînes de télévision, les plateformes de financement participatif, les réseaux multichaînes (MCN), les institutions publiques, etc.

Cette filière a fait l’objet de recherches de plus en plus nourries, à l’international (notamment Bishop, 2018 ; Burgess et Green, 2018 ; Cunningham et Craig 2019 ; Duffy et al., 2021 ; Glatt, 2023 ; Kim, 2012 ; Lange, 2008 ; Rieder et al., 2023) et en France (notamment Assilaméhou-Kunz et Rebillard, 2023 ; Bullich, 2015 ; Coavoux et Roques, 2020 ; Heuguet, 2021 ; Louessard et Farchy, 2018). Elle a également donné lieu à l’organisation plusieurs journées d’étude, dans le prolongement desquelles nous nous inscrivons : une première organisée par le laboratoire Prim à Tours en 2017, puis plus récemment en 2021 par Experice à Paris et lors d’une pré-conférence de l’International Communication Association en 2022 à Amsterdam.

Ces deux journées offriront l’opportunité d’aborder les différents aspects de l’activité de création de contenus vidéos à destination des réseaux sociaux. Cela amène à plusieurs axes de réflexions qui permettent de mettre en lumière les différentes situations et de mieux comprendre le milieu encore en forte évolution :

  1. Une approche historique de la création de vidéo sur internet ;
  2. Les modèles économiques de la création de vidéo sur internet ;
  3. Les pratiques des créateurs et créatrices de vidéo ;
  4. Le rôle des dispositifs socio-techniques : réglementations, algorithmes, etc. ;
  5. Les intermédiaires et autres acteurs non créatifs de la filière ;
  6. Une approche comparative des différents contextes nationaux et internationaux.

Nous accueillerons les travaux portant sur les créateurs présents sur les plateformes de partage de vidéo tels que YouTube, Twitch, Instagram Reels, TikTok, etc. Le comité d’organisation tient à préciser que les travaux en cours des jeunes chercheur·e·s sont les bienvenus. Les propositions de communications peuvent être en anglais et en français.

Calendrier

  • 17 Juin : Date de clôture des dépôts des propositions.
  • Fin Août : Retour du comité scientifique.
  • Début Septembre : Ouverture des inscriptions.
  • Fin Septembre : Date limite d’envois des communications.
  • 17-18 Octobre : Journées d’études.
  • Fin 2024 : Publications des actes.

Dates et lieux

Les journées d’études se tiendront les 17 et 18 octobre 2024 au centre des colloques du Campus Condorcet, à Aubervilliers (près de Paris).

Programme

Le programme de l’événement sera disponible en septembre 2024.

Contacts

Pour toute information, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : orgaje.20anscrea@gmail.com

AAC « Usages partisans et médiatiques du numérique au local » – revue RESET

La revue RESET lance à appel à contribution sur le thème suivant :

Usages partisans et médiatiques du numérique au local

Les résumés des articles (3 000 signes maximum) sont attendus pour le 21 juin 2024. Ils sont à envoyer aux quatre adresses suivantes :

·      neihouser.marie@gmail.com

·      atheviot@uco.fr

·      sfrancoi@uco.fr

·      journal.reset@gmail.com

La proposition (résumé), rédigée en anglais ou en français, mentionnera la question de recherche, la méthodologie utilisée, le cadre théorique employé et les résultats envisagés. Elle insistera sur l’intérêt scientifique de l’article proposé au regard de la littérature existante et de l’appel à communication, et sera accompagnée d’une courte bibliographie. 

Réponse aux auteurs : début juillet 2024

Date limite de remise des articles pour les résumés sélectionnés (40 000 à 60000 signes, espaces compris et bibliographie exclue) : 15 novembre 2024.

[Screenshot] Margot Abord de Chatillon


Vélonomie et matérialité des mobilités : pratiques de mécanique vélo à Lyon, France et Melbourne, Australie

Capture d'un plan Google Maps ouvert sur un navigateur PC. Le plan est centré sur le magasin de réparations de vélos Commuter Cycles en Australie.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Ton parcours, tes centres d’intérêt, ou encore la manière dont tu es arrivé·e à ton objet de recherche ?

Bonjour ! Je suis Margot Abord de Chatillon, sociologue des mobilités. J’ai soutenu ma thèse en décembre 2022, et je suis maintenant post-doctorante au LabEx Futurs Urbains. Je m’intéresse à la place des objets dans les pratiques de mobilité. Aujourd’hui, le projet de recherche sur lequel je travaille porte sur les véhicules de la livraison en ville, mais pour ma thèse j’ai travaillé sur la réparation de vélos. J’ai vécu deux ans aux Pays-Bas où je me suis mise à me déplacer à vélo, et la première fois que j’ai essayé d’en réparer un j’ai trouvé cette expérience étonnante, à la fois simple et hors de ma zone de confort. Dans notre quotidien dans les sociétés modernes, il est rare qu’on nous demande de réparer les objets qui nous entourent, mais avec le vélo c’est quelque chose qui est attendu des cyclistes… C’est cette sensation de décalage qui m’a inspirée pour écrire cette thèse sur les pratiques de réparation de vélo, et sur la manière dont elles interviennent dans les mobilités quotidiennes.

Est-ce que tu peux décrire l’objet de ta thèse ?

Bien sûr ! Depuis une vingtaine d’années, il y a un retour du vélo dans les centres-ville en France et dans de nombreux autres pays occidentaux. La recherche sur le vélo est de plus en plus riche, il y a un vrai intérêt académique pour ce mode de transport en ce moment, mais peu de ces recherches portent sur le vélo hors du déplacement. L’idée était de vraiment ouvrir la boîte noire de l’objet-vélo, d’explorer comment on le choisit, comment on s’en occupe, comment on décide de le jeter, et comment toutes ces choses vont aussi transformer la manière dont on se déplace.

Dans quel cadre théorique est-ce que tu te situes, et en quoi ta thèse est novatrice en la matière ?

J’utilise un cadre théorique très interdisciplinaire, entre mobility studies, sociologie de la consommation, sociologie et anthropologie des techniques, repair studies… Beaucoup de ces champs de recherche ont recours à la théorie des pratiques, et c’est aussi ce que je fais.

La réparation est aussi une question dont s’emparent beaucoup les militants anticapitalistes, écologistes, et bien d’autres, avec des notions comme celle de « right to repair ». Ces thématiques apparaissent notamment dans les travaux d’Ivan Illich, qui soutient que, comme les outils sont un intermédiaire entre les individus et le rôle qu’ils peuvent jouer dans le monde, la forme des outils utilisés dans une société contribue à ce que celle-ci soit plus ou moins juste ou équitable. Il appelle à lutter pour aider à ce que les outils répandus dans une société soient des outils qu’on peut aisément comprendre et modifier, des outils « conviviaux ».

Pour intégrer ces réflexions dans mon travail, j’ai proposé un concept : la vélonomie. Ce terme, déjà utilisé dans les milieux militants, n’avait jamais été défini précisément. Je définis la vélonomie comme le niveau d’autonomie d’un-e cycliste, c’est à dire l’aisance que celle ou celui-ci montre lors de ses déplacements à vélo ainsi que lors de ses pratiques de réparation et d’entretien, et ce dans le but d’atteindre ses objectifs individuels ou collectifs. Les cyclistes peuvent devenir vélonomes en apprenant à se déplacer et à réparer, mais la société dans laquelle ils se trouvent peut aussi contribuer à cette vélonomie, par exemple en mettant des outils à disposition dans les espaces publics. Les fabricants et vendeurs de vélos ont aussi un rôle à jouer dans la vélonomie, en mettant à disposition des véhicules accessibles, faciles d’utilisation et aisément réparables, par exemple avec des pièces détachées standardisées.

Sur quelles données travailles-tu ?

Il n’existe pas beaucoup de données sur la réparation de vélos et j’ai donc travaillé sur mes propres données. Les deux villes étudiées dans cette thèse sont Lyon en France et Melbourne en Australie, et j’ai réalisé un questionnaire que j’ai distribué auprès des cyclistes des deux villes pour connaître leurs pratiques cyclistes mais aussi d’entretien et de réparation. J’ai aussi réalisé une centaine d’entretiens semi-directifs auprès de mécaniciens, bénévoles d’ateliers d’auto-réparation, cyclistes et propriétaires de magasins de vélos pour connaître les enjeux de chacun de ces groupes en lien avec la réparation.

Quels sont les résultats ou les hypothèses principales de ta thèse ?

Comme il existe pour l’instant peu de travaux académiques sur la réparation de vélos, une contribution importante de ma thèse est de décrire les pratiques existantes. J’ai montré que la réparation de vélos est quelque chose qui n’est pas du tout standardisé, avec des pratiques très hétérogènes au sein d’une même ville, et même au sein de la vie d’un-e même cycliste, qui peut prendre en charge deux pannes mécaniques de manières très différentes. Un résultat de cette hétérogénéité, c’est aussi qu’on trouve dans les deux villes un nombre très élevé de cyclistes qui se déplacent au quotidien sur des vélos en mauvais état.

La comparaison entre Lyon et Melbourne est intéressante car en France, on trouve plus de vélos d’occasion et de vélos de ville alors qu’en Australie, le vélo est plutôt considéré comme un objet sportif. Les cyclistes en Australie ont plutôt tendance à acheter leur vélo neuf et à le faire réparer en magasin alors qu’en France, un grand nombre de cyclistes choisissent de réparer leur vélo eux-mêmes. Le grand nombre d’ateliers d’auto-réparation en France en témoigne d’ailleurs.

Une autre partie de ma thèse est consacrée aux manières dont la vélonomie des cyclistes fluctue en fonction de certaines variables socio-économiques. La première de ces variables est le genre : j’ai montré que les femmes, qui sont déjà en minorité parmi les cyclistes, font face à des mécanismes d’exclusion dans les espaces de la réparation de vélo, ce qui renforce cette minorisation. Une autre variable intéressante est le niveau de revenus, et j’ai mis en avant l’existence de pratiques spécifiques aux cyclistes à faible revenus, qui utilisent plus souvent des vélos d’occasion, ont plus souvent recours aux ateliers d’auto-réparation et montrent de meilleures compétences en mécanique vélo.

Quelques communications ou publications que tu souhaites porter à notre connaissance ?

Ma publication qui a eu le plus d’écho académiquement est un chapitre d’ouvrage qui porte sur l’exclusion des femmes des espaces de la réparation de vélo. Je parle aussi souvent d’un autre chapitre, qui trace des liens entre l’apprentissage des pratiques de réparation et du vélo lui-même, et montre comment ces deux apprentissages sont imbriqués. J’y décris le processus lent d’appropriation du vélo au fur et à mesure que les cyclistes apprennent progressivement à réparer en roulant, et à rouler en réparant. Un dernier travail qui m’a beaucoup amusée est un article pour le blog Anthropocène 2050, pour lequel j’ai demandé à plusieurs membres d’un atelier d’auto-réparation à Lyon de me décrire les objets qui représentent le mieux leur expérience dans cet espace atypique, et je les ai pris en photo. Je pense que ces témoignages illustrés forment une fenêtre originale et accessible pour découvrir l’univers de la réparation de vélo.

J’ai regroupé l’ensemble des travaux liés à ma thèse, dont ceux-ci, dans mon blog de recherche, Cambouis.

Est-ce qu’il y a quelques références incontournables ou importantes pour toi et que tu aimerais nous conseiller ?

La recherche sur le vélo est un champ très riche, mais elle manque encore de perspectives critiques. Parmi les exceptions, je voudrais citer trois travaux qui ont attiré mon attention. Tout d’abord, un article de Lucy Baker (issu de sa thèse) où elle montre comment les vélos exportés d’Europe en Namibie par des ONG avec des objectifs précis et chiffrés sont finalement utilisés par celles et ceux qui les reçoivent d’une manière très différente. Ce travail est une des rares études de ce mode de transport au prisme de la sociologie des techniques.

Un autre travail que je voudrais citer est l’article de Lynette Arnold sur les fonctionnements d’un atelier d’auto-réparation à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Lynette Arnold montre que, malgré les promesses égalitariennes de ces ateliers centrés sur le do-it-yourself, dans la pratique certaines hiérarchies se reproduisent lors des opérations de réparation et de la coopération entre bénévoles et adhérent-es de l’atelier.

Enfin, je souhaiterais mentionner le travail de Marion Lagadic, qui est en train de finaliser une thèse sur les pratiques cyclistes genrées au Japon, avec une emphase sur les politiques publiques. Elle montre que les autorités publiques japonaises s’acharnent à développer le vélo en centre-ville et à encourager les travailleurs (souvent des hommes) à aller au travail à vélo, tout en ignorant une culture nationale très importante dans laquelle les femmes se déplacent à vélo hors du centre pour transporter les enfants et faire les courses avec des vélos aménagés pour cet effet, appelés les « mamacharis », qui circulent souvent sur les trottoirs.

Baker, Lucy. 2020. ‘Constructing Sub-Saharan African Mobilities through the Flow of Second-Hand Objects: Scripting Bicycles for Namibian Users’. Journal of Transport Geography 83 (February): 102656. https://doi.org/10.1016/j.jtrangeo.2020.102656

Arnold, Lynnette. 2012. ‘Reproducing Actions, Reproducing Power: Local Ideologies and Everyday Practices of Participation at a California Community Bike Shop: Ideologies and Practices of Participation’. Journal of Linguistic Anthropology 22 (3): 137–58. https://doi.org/10.1111/j.1548-1395.2012.01153.x.

Lagadic, Marion. 2022. Cycling for all? A feminist analysis of the Tokyo Bicycle Utilisation Promotion strategy. hal-03683676v2

Pour finir, pourrais-tu partager avec nous un screenshot qui représente ta thèse ou ton travail de thèse ? Pourquoi l’as-tu choisi ?

Capture d'un plan Google Maps ouvert sur un navigateur PC. Le plan est centré sur le magasin de réparations de vélos Commuter Cycles en Australie.

Une grande partie de ma thèse s’est passée à m’arracher les cheveux sur un logiciel de retranscription d’entretiens ou de traitement de texte, mais un temps qu’on peut parfois sous-estimer est celui passé à identifier les espaces de la réparation dans chacune des deux villes, visiter leurs sites internet, les appeler, trouver comment s’y rendre, et une fois l’entretien réalisé, consulter à nouveau leurs réseaux sociaux pour recouper les informations qu’on a pu obtenir. J’ai passé beaucoup de temps sur Google Maps !

Atelier Questions de Pratiques #3 du RT11 – Maintenance et réparation des objets – 23 mai

Après deux premières séances sur le thème de l’écologisation des pratiques et de la consommation en mouvement, le RT11 vous propose un troisième atelier de lecture “Questions de pratiques” animé par Margot Abord de Chatillon et Victor Potier, sur le thème de la maintenance et de la réparation des objets. L’atelier aura lieu en visio le 23 mai (de 14h à 16h). 

Trois textes seront présentés pour discuter de la tension entre maintenance et usages dans les pratiques de consommation. Le choix de ces textes fait la part belle à l’éclairage ethnographique des activités ordinaires de réparation, de maintenance, d’utilisation et d’attention portée aux choses.

Un premier texte de N. Gregson, A. Metcalfe et L. Crewe posera la question de la réparation en tant que pratique ordinaire intégrée au cœur des activités de consommations.
Gregson, N., Metcalfe, A., & Crewe, L. (2009). Practices of Object Maintenance and Repair: How consumers attend to consumer objects within the home. Journal of Consumer Culture, 9(2), 248-272. https://doi.org/10.1177/1469540509104376

Un second texte de M. Tironi traitera des réparateurs de Vélib qui, par le truchement de leur activité quotidienne, deviennent les médiateurs entre les usagers et l’infrastructure sociotechnique de mobilité urbaine.
Martin Tironi, « Faire circuler des vélos et des personnes », Revue d’anthropologie des connaissances, 8-1, 2014. URL : http://journals.openedition.org/rac/3890.

Enfin, un troisième texte de J. Denis et D. Pontille, extrait de leur dernier ouvrage, présentera une série d’ethnographies dont la mise en discussion révèle l’importance de l’attention, du corps et des modalités de sa rencontre à la matière dans le soin porté aux choses.
Jérôme Denis et David Pontille. « 3. Attention », Le soin des choses. Politiques de la maintenance. La Découverte, 2022, pp. 95-134. URL : https://www.cairn.info/le-soin-des-choses–9782348064838-page-95.htm

La participation est libre, pour obtenir le lien de la visio, merci de contacter Victor Potier : victor.potier[at]univ-eiffel.fr

AAC : Les Doctoriales du RT12 “Économie et sociologie” – avec la participation du RT11 – Du 16 au 17 octobre 2024

 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » souhaitent contribuer à l’avancement des travaux de doctorant·es et de jeunes docteur·es qui travaillent, dans une perspective de sciences sociales (sociologie, économie, science politique), sur des objets économiques : entreprises, consommation, marchés, innovations, services publics, politiques économiques, monnaies, finance, dettes publiques et privées, accumulation du capital économique, etc. Ce faisant, les Doctoriales se veulent une vitrine du renouvellement de la recherche en sociologie économique, en science politique de l’économie et en économie institutionnaliste, ainsi que de la fécondité réciproque de ces différentes approches des faits économiques. 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » auront lieu les mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2024 à l’École des Mines de Paris.

Le principe de ces journées est de donner la parole aux jeunes chercheur·es et de faire discuter leurs travaux par des sociologues, économistes et politistes s’intéressant à ces problématiques. Elles sont ouvertes aux doctorant·es, déjà avancé·es dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse, et aux jeunes docteur·es qui ont soutenu leur thèse après le 1er septembre 2021

Calendrier

Pour participer à ces journées, il est demandé aux personnes intéressées de faire parvenir au plus tard le 2 avril 2024 une proposition de communication détaillée  (entre 8.000 et 10.000 signes, en français ou en anglais, références comprises) à l’adresse suivante : doctoriales.socioeco@gmail.com  

Les communications devront favoriser la mise en valeur d’une des dimensions de la thèse (un terrain empirique circonscrit, un axe de réflexion précis) que l’auteur·ice souhaiterait mettre en discussion. Les communications présenteront les méthodes utilisées, les corpus, terrains ou bases de données mobilisées. Plutôt qu’un chapitre de thèse brut ou un résumé de l’argumentaire central de la thèse, il est recommandé de proposer des textes dans un format publiable dans une revue scientifique. La communication pourra être envisagée comme une étape dans un processus de publication.

Dans cet esprit, à la suite des journées d’octobre 2024, la Revue Française de SocioEconomie renouvellera son appel à articles auprès des participant·es aux Doctoriales pour décerner le Prix des Doctoriales  RFSE. Ce dernier vise à valoriser, en le publiant rapidement, un article (en français) issu d’un travail de doctorat portant sur des objets économiques.

Le comité scientifique d’organisation se réunira pour examiner les propositions de communication et avertira les auteur·es courant mai 2024Le texte de la présentation (60 000 signes espaces compris maximum) devra être envoyé à la même adresse électronique avant le 27 septembre 2024 au plus tard, pour que les discutant·es aient le temps de lire les textes.

Comité d’organisation :

RT11 « Sociologie de la consommation et du numérique »
Leslie BeltonChevallier (LVMT)
Victor Potier (Université Gustave Eiffel)
Vinciane Zabban (Sorbonne ParisNord)

RT 12 « Sociologie économique »
Stéphanie Barral (LISISIFRIS)
Lise Cottet (EHESS)
Manon Piazza (EHESS)
Marie Piganiol (Université DauphinePSL)
Olivier Pilmis (Sciences Po Paris, coresponsable du RT)
Raphael Porcherot (ENS ParisSaclay)
Théo Régniez (Université DauphinePSL)
Nadège Ressia (INRAE)
Melchior Simioni (OFDT)
Marie Trespeuch (Sorbonne Université, coresponsable du RT)
Alexandre Violle (Ecole des Mines)

RT30 « Sociologie de la gestion »
JeanMarie Pillon (Université DauphinePSL)

Séminaire de recherche : L’argent domestique

Organisé par Hélène Ducourant (U. Gustave Eiffel – Latts), Jeanne Lazarus (CNRS – CSO) et Ana Perrin-Heredia (CNRS – Cerlis)

Séances prévues les jeudis 7 mars (14h-16h), 11 avril (14h-16h), le mercredi 5 juin (14h-16h) et le jeudi 20 juin (14h-16h) – pour les personnes extérieures à Sciences Po, il est nécessaire de s’inscrire en amont ici

Lien Zoom : https://sciencespo.zoom.us/j/4406076366

Présentation 

Ce séminaire vise à présenter et discuter des recherches abordant les budgets domestiques et les enjeux, théoriques et méthodologiques, que soulève leur étude.

Pour appréhender les façons dont les individus comptent, catégorisent, administrent, priorisent, dépensent, épargnent, investissent, etc. leur argent au quotidien, certains travaux ont analysé les budgets domestiques par leur versant intime, en entrant dans le monde privé de la famille. Ils ont notamment montré qu’il est essentiel, pour comprendre et analyser les décisions économiques individuelles, d’être attenti.f/ve au périmètre de l’unité budgétaire (individu, ménage, maisonnée, etc.), à son fonctionnement (participation différenciée aux processus de production/consommation, (in)différenciation des revenus et des dépenses) ou à la façon dont ces budgets sont produits et enjeux de luttes, non pas seulement domestiques (rapports de pouvoir au sein de la famille), mais aussi sociales (rapports sociaux inégalitaires, souvent imbriqués).

D’autres recherches se sont saisies de ces budgets par leur versant institutionnel cette fois, en observant comment des organisations publiques, privées ou associatives, agissaient sur ces budgets. Des banques, des services sociaux, des employeurs, des bailleurs ou la Banque de France ont ainsi, par exemple, fait l’objet de nombreuses enquêtes, auxquelles peuvent s’ajouter celles sur des sociétés de recouvrement, des fintechs ou des institutions de microfinance. Ces recherches ont en commun de mettre en évidence à quel point les services, outils, pratiques ou discours promus par ces diverses institutions participent, contraignent, renouvellent parfois, les façons d’envisager et de gérer l’argent en famille, rappelant par là-même l’encastrement des économies domestiques et la nécessité de les étudier dans leurs univers sociaux, économiques, politiques, de production et de réalisation.

Le séminaire vise à poursuivre et étendre ces réflexions (en invitant par exemple à explorer les dimensions morale, politique, idéologique, etc. qui sous-tendent les arbitrages budgétaires ou les injonctions institutionnelles) tout en portant une attention accrue aux méthodologies employées, à ce qu’elles permettent de construire et de révéler, à ce qu’elles masquent et laissent dans l’ombre également. Ce séminaire sera aussi l’occasion d’approfondir certaines questions, mises à l’agenda ces dernières années, et que l’étude des budgets permet d’examiner, voire de revisiter : celles des inégalités économiques croissantes, de la précarité alimentaire, de l’inflation, des migrations ou encore de la diffusion des pratiques et préoccupations écologiques.

Calendrier premier semestre 2024

Séance 1 – jeudi 7 mars – 14h 

Étudier les budgets domestiques, enjeux méthodologiques 

Séance 2 – jeudi 11 avril – 14h

Impayés et recouvrement de dettes dans la littérature sociologique 

Séance 3 – mercredi 5 juin – 14h

Se projeter dans le temps – argent et dettes  

Séance 4 – Jeudi 20 juin – 14h 

L’argent des femmes : intégrer les gender studies à la sociologie de l’argent.

Séminaire du RJC ICCA – Méthodologie autour des données des réseaux sociaux

Le RJC ICCA organise un séminaire méthodologique autour des données des réseaux sociaux. Ce séminaire aura lieu le vendredi 1er mars de 14h à 16h et est ouvert à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s quel que soit leur niveau.

Dans le cadre de ce séminaire, nous aurons le plaisir d’accueillir Béatrice Mazoyer (MédiaLab, Sciences Po) et Mehdi Arfaoui (LINC, CNIL).

L’événement sera en format hybride avec une partie présentielle au sein du Campus Condorcet : Bâtiment Recherches Sud – Salle 4.023. Le lien pour le distanciel sera communiqué aux participant·e·s quelques jours avant la tenue du séminaire.

L’inscription est obligatoire afin d’assister à l’événement : https://forms.gle/XH5qj9X9VZCaDeUc9

Soutenance de thèse – Quentin Gervasoni – “De la Pokémania aux Pokémaniacs.”

La soutenance de thèse de Quentin Gervasoni aura lieu le mardi 30 janvier à 10 heures au Centre des Colloques de Campus Condorcet (place du Front Populaire), salle 100. Elle sera suivie d’un pot sur place.

Voici un résumé : 

De la Pokémania aux Pokémaniacs. La captation des fans adultes de Pokémon entre logiques des industries culturelles et intermédiation participative

Sous la direction de Vincent Berry et Pascale Garnier

Cette thèse étudie les processus qui régissent le maintien de l’attachement à des univers de fiction issus des industries culturelles à travers une étude de cas : celui des fans, adultes, de Pokémon sur internet. Cette enquête concerne ainsi un public dont l’attachement à une franchise destinée aux enfants se prolonge dans le temps alors qu’il n’en est en apparence plus la cible principale. Parmi les enjeux de ce travail il s’agit de rendre compte de l’articulation des stratégies et des logiques des industries culturelles et médiatiques, et du travail d’intermédiation opéré au sein de l’écosystème des fans sur internet. La persistance de l’attachement est considérée à deux échelles temporelles : d’une part, celle de la construction de cet attachement dans le cadre de trajectoires au long cours tant de l’univers Pokémon que de ses fans, et d’autre part celle de la rencontre ponctuelle et régulière entre les fans et des événements médiatiques et commerciaux relatifs à la franchise, orchestrés par les industries.

Les deux premiers chapitres posent les bases théoriques et méthodologiques de cette enquête et exposent les données sur lequel elle s’appuie. Les trois principaux éléments du corpus sont un questionnaire en ligne comptant 2931 réponses complètes, 20 entretiens auprès de fans ayant répondu à celui-ci, et 1904 publications de deux groupes Facebook récoltées en fonction de l’actualité et de la commercialisation des jeux vidéo Pokémon en 2018-2019.

Les deux chapitres suivants portent respectivement sur la trajectoire de la franchise Pokémon et sur celles des fans. Le Chapitre 3 analyse trois dispositifs de captation qui rendent compte de l’évolution de la stratégie de The Pokémon Company (TPC) : le modèle du « media mix » japonais, la sérialisation de l’univers autour de la série principale des jeux vidéo Pokémon et la plateformisation de la communication officielle. Le Chapitre 4 décrit le profil des fans de Pokémon au sein de l’écosystème en ligne étudié, principalement des jeunes hommes, adultes, étudiants ou diplômés. Cette homogénéité s’observe également du côté des trajectoires à l’enfance, avec une bifurcation au collège entre des fans qui poursuivent leur passion de manière solitaire et d’autres qui délaissent temporairement leurs pratiques. L’écosystème en ligne des fans, le « fandom », permet à la fois de refaire de Pokémon une pratique à partager et d’enrichir la singularisation et la « stylisation » des trajectoires de consommation et du rapport à Pokémon.

Les deux derniers chapitres s’appuient sur les acquis des deux précédents pour rendre compte de ce qui se joue autour de la réception de l’actualité vidéoludique Pokémon et de la commercialisation des jeux. Le Chapitre 5 montre ainsi que la communication officielle passe par l’organisation d’ « événements médiatiques » dans le but d’instaurer un « régime émotionnel », la « hype », qui se caractérise par un emballement médiatique d’émotions positives et consuméristes. Enfin, le dernier chapitre part du constat du succès variable des événements médiatiques pour interroger ce qui permet à des annonces portant sur des jeux pour enfants à susciter de la hype chez des adultes. Trois dimensions de cette captation y sont analysées : la nostalgie, le « cute » et la sexualisation, l’objectification des contenus médiatiques. Chacune relève, à différents degrés, des stratégies des industries culturelles et du travail d’intermédiation des fans.

Au travers de cette étude de cas, la thèse montre ainsi la façon dont des publics développent un attachement à une franchise sur le long terme, à la croisée des stratégies des industries culturelles et de l’inclinaison des collectifs et réseaux de fans à l’appropriation et au détournement des contenus médiatiques. Il s’articule sur des épisodes émotionnels intenses qui sont tout aussi centraux dans l’expérience culturelle des fans que ne l’est la consommation des œuvres culturelles en elles-mêmes.

Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

Une table ronde est organisée ce jeudi en fin d’après-midi à l’auditorium de l’Humathèque sur le campus Condorcet, à l’occasion de la parution de la traduction Arranger les choses. Des conséquences de la classification. Elle rassemblera Nicolas Dodier, Geoff Bowker, et l’équipe de traduction,

Plus d’informations ci-dessous.

– Table ronde « Classification et travail catégoriel au cœur des infrastructures », Jeudi 25 janvier, à 16 h 00

À l’occasion de la publication en France de l’ouvrage Arranger les choses. Des conséquences de la classification, de Geoffrey C. Bowker et Susan Leigh Star, Nicolas Dodier, sociologue à l’EHESS, échangera avec les chercheurs de l’équipe de traduction : Vincent Cardon, Éric Dagiral et Ashveen Peerbaye (coordinateurs de la traduction), ainsi qu’Henri Boullier, Baptiste Kotras et Vinciane Zabban. Cette table ronde aura lieu en présence de Geoffrey C. Bowker (en visioconférence). Comment l’informatique et les mondes numériques orchestrent-ils la production, la classification, et la circulation d’informations de toutes sortes ? Quel a été l’impact des nouvelles technologies et de l’essor d’internet sur le travail catégoriel ? Mais également, quels liens peut-on établir entre les catégorisations du travail, des races et des maladies lorsqu’on prend en considération les dispositifs qui les sous-tendent ? Si Arranger les choses est l’ouvrage de référence qu’il est devenu, c’est qu’il pointe précisément le rôle des catégories et des standards dans le fonctionnement du monde moderne, notamment au sein d’infrastructures informationnelles, administratives ou encore bureaucratiques. Les problématiques qui sont abordées dans l’ouvrage seront discutées par quatre sociologues, experts du texte, lors de la table ronde. Ils étudieront également les enjeux de traduction qui furent mobilisés par et pendant ce travail. Si la diffusion, dans le monde francophone, d’un texte de référence comme celui-ci, est un enjeu important , quel travail éditorial et littéraire est nécessaire afin de ne pas trahir le contenu scientifique du texte ? Table ronde en présence de :

Henri Boullier, chargé de recherche CNRS rattaché à l’IRISSO. Ses recherches portent sur les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les politiques sanitaires et environnementales dans le secteur de la chimie (produits chimiques industriels, médicaments, pesticides).

Geoffrey C. Bowker, sociologue états-unien, ses recherches se situent à la croisée de l’étude des sciences, des systèmes d’information et de l’étude ethnographique des « infrastructures » informatiques, terme qu’il a largement contribué à installer dans le paysage académique. Son nom est est lié à l’étude de l’encastrement des valeurs dans les standards et les objets, et tout particulièrement à la place et aux rôles des bases de données dans la science et les organisations, et leur contribution à la production de la mémoire.

Vincent Cardon est maître de conférences rattaché au CURAPP-ESS (UPJV-CNRS) et membre de l’Ifris. Ses travaux sont centrés sur la question de la quantification et de l’action en univers incertain.

Éric Dagiral, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Cité et chercheur au CERLIS. Ses travaux portent sur la production et les usages sociaux des technologies informatiques, et analysent la façon dont le numérique reconfigure à la fois les pratiques sociales, les liens sociaux et les biographies des personnes.

Nicolas Dodier, directeur de recherche à l’INSERM et d’études de l’EHESS, membre du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS). Ses recherches portent sur les mondes du travail, de la médecine, et de la justice. Il est notamment l’auteur de Les hommes et les machines, et récemment de Des victimes en procès (avec Janine Barbot).

Baptiste Kotras est chargé de recherche en sociologie à l’INRAE, au sein du Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS). Sociologue du numérique, il s’intéresse en particulier aux ruptures apportées par les données massives dans la représentation des mondes sociaux.

Ashveen Peerbaye, maître de conférences en sociologie à l’Université Gustave Eiffel et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire sciences, innovations, sociétés (LISIS). Ses travaux portent sur la contribution des infrastructures numériques à la culture matérielle et instrumentale dans les sciences biomédicales.

Vinciane Zabban, maîtresse de Conférences à l’Université Paris 13, au sein du laboratoire EXPERICE. Ses travaux s’intéressent aux médiations techniques et sociales des activités de loisirs et des formes sociales de l’expression créative. Ils portent en particulier sur la manière dont les techniques d’information et de communication contemporaines contribuent à renouveller l’économie de certains secteurs du loisir, à une échelle individuelle comme collective.

La rencontre sera suivie d’un moment convivial ! Jeudi 25 janvier
De 16 h 00 à 18 h 00


Auditorium de l’Humathèque
10, cours des Humanités
93322 Aubervilliers
Métro ligne 12, arrêt Front Populaire


➤ Retrouvez le livre en librairie
➤ Retrouvez l’actualité de l’Humathèque
 

[Screenshot] Judicael Pringent

“La transformation des contenus et des modes d’écoute de la radio dans le contexte numérique

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Ton parcours, tes centres d’intérêt, ou encore la manière dont tu es arrivé·e à ton objet de recherche ?

Je m’appelle Judicael Prigent et je suis doctorant à l’université Sorbonne Nouvelle à Paris. Je réalise une thèse sur « La transformation des contenus et des modes d’écoute de la radio dans le contexte numérique », qui est dans la continuité de mon travail de mémoire sur le discours radiophonique comme moyen d’inclusion sociale pour les personnes défavorisées.

Ma passion de la radio m’a amené à créer différentes émissions au sein de différentes radios, la dernière en date étant « Thèsez-vous ?! », une émission consacrée aux doctorants et à leurs travaux universitaires ayant pour but de valoriser leurs travaux et de donner une vision réaliste du monde de la recherche aux auditeurs.

Peux-tu nous fournir un Screenshot de ta thèse ?

L’image en haut à droite représente ce qui m’a motivé à mener ma recherche. Comme on peut le voir, les 15-35 ans représentent aujourd’hui la plus faible part d’audience en radio et continuent, doucement, de diminuer. Pour comprendre les raisons de cette baisse, il faut discuter avec les jeunes pour comprendre les causes profondes, mais les questionnaires (à droite) servent à avoir un point de vue plus général.Toutefois la radio reste un média important dans le monde de l’audio et qui peut, si on cerne correctement leurs besoins, aider les jeunes. C’est pour cette raison que j’ai créé en parallèle l’émission Thèsez-Vous?! qui donne la possibilité aux doctorants de parler de leurs travaux à l’antenne.

Est-ce que tu peux décrire l’objet de ta thèse ?

La radio est un média important du paysage audiovisuel français. D’abord un média très apprécié par les jeunes et jeunes adultes, qui constituaient son plus fort taux d’audience cumulée, elle voit depuis le début des années 2000 cette audience baissée jusqu’à devenir sa plus faible audience cumulée en 2014. Une baisse qui s’est vue accentuée entre 2019 et 2021 avec la crise sanitaire du Covid-19. Nous pouvons imputer plusieurs raisons à cette baisse d’audience. D’abord, le développement d’Internet et la démocratisation du numérique et de ses usages dans les habitudes de vie quotidienne à complètement changer le rapport au contenu, à l’information et aux médias de la population. Le numérique entraîne l’apparition de nouveaux moyens de s’informer, de se divertir, mais également de nouveaux moyens de produire de l’information et du divertissement. S’en suit naturellement le développement de nouveaux supports d’écoute, comme le smartphone, l’enceinte connectée, l’ordinateur, mais également de nouvelles plateformes la concurrençant directement sur ces contenus historiques, comme la musique et l’information. C’est dans un contexte de fragmentation de l’audience entre les différents médias, traditionnels et numériques, et les différents supports que la radio voit son audience se disperser, notamment ses auditeurs jeunes.

La radio s’est numérisée afin de s’adapter aux usages de ses auditeurs et proposer une offre en adéquation avec la demande. Alors qu’elle est historiquement le média du direct, du temps présent, elle a transformé son rapport au temps en proposant une écoute en différé en créant les podcasts et le replay, et on peut constater que la radio cherche à se faire une place sur les réseaux et les plateformes de streaming plébiscité des jeunes tels que Twitch, YouTube ou Tik-Tok. Toutefois, on peut se demander si, paradoxalement, la diversification des supports radiophoniques et la profusion de contenu disponible n’est pas un facteur favorisant la dispersion des auditeurs.

Bien que la radio soit encore plus écoutée que les plateformes numériques, ces dernières progressent d’années en années et les supports numériques sont de plus en plus privilégiés pour l’écoute. Le désintérêt des jeunes pour la radio pose également le problème du renouvellement de l’audience et des contenus. Je propose donc d’étudier les usages et la transformation des contenus radiophoniques, en les comparant aux contenus digitaux concurrents (Spotify, Tik-Tok, Twitch), ainsi que les modes d’écoute de la radio des auditeurs âgés de 15 à 35 ans. Je souhaite poser la question de l’innovation du contenu, de la diversité et de l’interactivité permises par l’évolution des supports et des modes d’écoutes de la radio.

Dans quel cadre théorique te situes-tu, et en quoi ta thèse est novatrice en la matière ?

La radio est un média peu étudié et son usage par les jeunes et jeunes adultes l’est encore moins. La grande majorité des recherches traitant des contenus médiatiques ont tendance à évoquer la radio dans le cadre d’un chapitre, mais ne se focalisent nullement dessus. Pareillement, a part l’ouvrage Libre antenne, la réception de la radio par les adolescents, l’usage de la radio par les jeunes est absent du monde de la recherche, au contraire de l’usage du contenu informationnel, des réseaux sociaux, de la télévision, par les jeunes.

Mon travail se distingue par sa focalisation sur le média radio et sur la population jeunes et jeunes adultes. L’analyse des habitudes de vie quotidienne de cette population devrait me permettre de comprendre à terme la place qu’occupe le numérique dans leur vie et les raisons les poussant à préférer les médias numériques à la radio, tout en mettant en avant les initiatives mise en place par les radios afin de garder un contact, même minime, avec eux.

Sur quelles données travailles-tu ?

Je travaille principalement sur des données d’audiences, d’usages des médias traditionnels et numériques et du marché audio, partagées publiquement par Médiamétrie et l’ARCOM. Je réalise également des enquêtes de terrain auprès de grands acteurs radiophoniques (Radio France, OUI FM, Skyrock…) et des auditeurs afin d’avoir le point de vue des acteurs et des récepteurs sur ces sujets.

Quels sont les résultats ou les hypothèses principales de ta thèse ?

Etant en début de seconde année, je n’ai encore que des hypothèses visant à expliquer les raisons expliquant ce désintérêt de la radio pour la tranche des 15-35 ans. Est-ce dû au contenu de flux proposé par la radio, plus assez parlant pour eux, les poussant à privilégier les podcasts, un format en perpétuel expansion et extrêmement varié, mais également extrêmement concurrentiel par le nombre de producteur de podcast existant aujourd’hui ? Est-ce dû à la relation que les auditeurs développent avec les créateurs des médias numériques, au confort d’utilisation des plateformes, à l’interactivité proposée, ou est-ce simplement un effet générationnel ?

Les contenus des médias numériques empruntant de nombreux codes des médias traditionnels, et notamment de la radio, le contenu a une importance fondamentale dans l’écoute, mais je pense que le support est également extrêmement important pour l’écoute des jeunes puisqu’ils privilégient les supports de leur époque. Ces supports amènent une nouvelle forme de consommation et d’usage du contenu en agissant sur la temporalité. 

Est-ce qu’il y a quelques références incontournables ou importantes pour toi et que tu aimerais nous conseiller ?

Pour ceux qui s’intéressent à la radio et son évolution, je conseille tous les textes de mon directeur de recherche Hervé Glevarec sur la radio, comme Libre antenne, la réception de la radio par les adolescents ou Ma radio, attachement et engagement.

Je conseille vivement l’ouvrage de Christophe Deleu, Les anonymes à la radio pour un point de vue sur le contenu et la place de l’auditeur en radio.

Enfin je conseille tous les textes de Denis Maréchal sur les différentes radios (France Inter, RTL, Europe 1), et l’ouvrage passionnant de Thierry Lefebvre sur la période des radios libres La bataille des radios libres.

Conférence Franck Cochoy – 25 janvier à l’Université Lyon 1

Le séminaire annuel du L-ViS (Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport) a le plaisir d’accueillir notamment Franck Cochoy à Lyon.

Cette conférence aura lieu jeudi 25 janvier de 14 à 17h, dans l’amphi Pierre Arnaud de l’UFR STAPS (site de l’Université Claude Bernard Lyon 1, 27-29 Boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne).

Franck COCHOY – Professeur des Universités, Membre senior IUF, Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST

« Platforms or flatforms ? Compte-rendu auto-ethnographique d’une application de cyclisme virtuel »

Kilian MOUSSET – Maître de Conférences, Université Lyon 1, L-ViS (discutant : F. Cochoy)

« L’histoire des résistances à l’innovation matérielle dans le sport : L’exemple de la raquette de tennis de table »

Ce séminaire est ouvert à toutes et tous, sans inscription préalable.

Atelier Lectures Questions de pratiques – Séance n°2 – Pratiques en mouvement

Après les riches présentations et discussion sur le thème de l’ “Ecologisation des pratiques”, lors d’une séance animée par Hélène Ducourant, le RT11 propose une nouvelle séance de son atelier de lectures, Questions de pratique, le 17 janvier 2024 de 11h à 13h, à distance (via zoom).

Trois textes sur le thème des pratiques de consommation en mouvement seront présentés pour asseoir une discussion sur la façon dont on peut investiguer et théoriser la question conjointe des pratiques de consommation et leur logistique en mobilité. Pour ce faire, nous avons sélectionné un texte qui s’inscrit dans la continuité de la théorie des pratiques mais en mettant l’accent sur la notion d’espace (Hui 2012) et deux textes inscrits dans un cadre de recherche proche de la sociologie des techniques (Hansson 2015 et  Canu & Cochoy 2012).

Les textes 

Hui, A. (2012). Things in motion, things in practices : How mobile practice networks facilitate the travel and use of leisure objects. Journal of Consumer Culture, 12(2), 195‑215. https://doi.org/10.1177/1469540512446873

Hansson, N. (2015). “Mobility-things” and consumption : Conceptualizing differently mobile families on the move with recent purchases in urban space. Consumption Markets & Culture, 18(1), 72‑91. https://doi.org/10.1080/10253866.2014.899494

Canu, R., & Cochoy, F. (2012). Places et déplacements : Une archéologie statistique de la logistique piétonne (Toulouse, XXe-XXIe siècles). Flux, 88(2), 19‑33. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/flux.088.0019

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search