AAC. Journée d’étude « L’argent numérique : pratiques et enjeux »

Cette journée d’étude propose d’ouvrir un partage des travaux de recherche sur “l’argent numérique” dans le prolongement du dossier de la revue Réseaux paru en 2023 .

“Vous avez le sans contact ?”, “La carte du magasin peut-être ?” ; “Comment voulez-vous régler ?”, “Je déduis de la cagnotte” ?” ou encore “Je te fais un lydia ?” Devenues banales dans les actes d’achat, ces questions engagent des infrastructures, des cadres réglementaires, des innovations, des normes techniques, des marchés, des start-ups et des GAFAM, des banques et des intermédiaires, des données. La journée d’étude propose d’interroger les évolutions induites par ces nouvelles formes monétaires numériques, leurs conséquences sur le monde marchand et les consommateurs. Nous sollicitons des contributions empiriques originales des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, et s’inscrivant dans l’un des quatre enjeux identifiés ci-dessous.

1. Préparer et contrôler la cashless society

Le sujet de la disparition de l’argent liquide et le concept d’une « cashless society » agrègent et catalysent un ensemble varié et disparate d’initiatives, d’innovations, d’acteurs et de discours autour des moyens de paiement. Ces dix dernières années, plusieurs pays se sont engagés activement dans des programmes de remplacement du cash par des systèmes de paiement électronique, notamment afin de gérer les transferts sociaux (Mexique, Afrique du Sud), pour éliminer l’usage du cash des transactions économiques (en Inde, en Chine), pour mettre en circulation de monnaies numériques de banque centrale (MNBC). Du côté des initiatives privées, les dernières décennies ont vu se multiplier les services de portefeuille électronique et de paiement par mobile dans les pays du Nord (Apple Pay, Google Pay, Square, Amazon Go, etc.) et du Sud (M-pesa, Orange Money, etc.). Enfin, les cryptomonnaies, rendues célèbres avec le Bitcoin, sont une autre concurrence numérique aux monnaies nationales. Ces évolutions vers des sociétés cashless ou less cash soulèvent de nombreuses questions sur les moyens de paiement numériques, les controverses et contestations qui les accompagnent, les nouvelles pratiques qu’ils suscitent.

2. Fabriquer et exploiter les données du paiement

Le second enjeu est celui de la datafication et de la plateformisation qui accompagnent l’argent numérisé. L’essor du paiement sur internet dans les années 2000, et aujourd’hui du paiement sur smartphone, dessinent de nouvelles infrastructures, de nouveaux circuits de circulation de l’argent. De nouveaux intermédiaires issus de l’univers des nouvelles technologies renouvellent le paysage des banques et des opérateurs de cartes (Visa, Mastercard) : fabricants de smartphones, concepteurs de terminaux de paiement compatibles, développeurs de systèmes d’exploitation mobiles, fournisseurs de solutions de transfert, de sécurisation, d’authentification. Ces infrastructures numériques sont associées à de nombreuses données sur les consommateurs : les traces associées aux actes de paiement, les données personnelles fournies pour créer les comptes nécessaires à l’argent digital, les données recueillies par les commerçants. Le contenu de ces données disparates, leur circulation entre les acteurs du paiement et au-delà, leur place dans des modèles de revenus des nouveaux acteurs, ou encore leurs effets indirects sur les individus, constituent à ce jour un champ d’exploration largement ouvert.

3. Usages sociaux des moyens de paiement et de stockage de l’argent.

Un troisième enjeu a trait aux pratiques de l’argent numérique. L’analyse classique des pratiques de “marquage social” de l’argent, et en particulier celles des ménages populaires et précaires, insiste sur l’importance des modalités de séparation matérielle permettant d’affecter chaque somme d’argent à une dépense précise (boîte, enveloppe, tirelire, etc.). Les formes monétaires numériques ouvrent aux consommateurs un second âge de la bancarisation, qui renouvelle les registres pratiques du marquage. Les formes monétaires numériques se distribuent dans de multiples supports et outils de circulation : comptes en banques, agrégateurs, application de transfert et de cagnottes, cartes de fidélité et de crédit chez les commerçants, devises étrangères et crypto-monnaies, etc. Ces supports modifient la manière dont les individus peuvent affecter symboliquement l’argent : Paypal pour tel type d’achat, Revolut pour tel autre, etc. Mais ils embarquent également des formes de marquage (par exemple : la codification des dépenses dans la gestion des comptes), et constituent parfois des formes d’argent fléchées, préattribuées (ex : l’argent des bons plans des commerçants, les comptes destinés à certaines populations très pauvres ou très riches). Ces évolutions ouvrent de nouvelles questions de recherche sur les pratiques créatives de cloisonnement des moyens de paiement déployées par les individus, et l’articulation entre les différentes formes monétaires, numériques ou non.

4. Exclusion bancaire et financière

Un quatrième enjeu identifié concerne l’inclusion. Le déploiement de nouvelles formes monétaires numériques soulève la question de l’égale capacité de tous à y accéder. Le coût des terminaux, des abonnements, les filtres de sélection des clients des nouveaux services, les procédures de sécurisation des paiements constituent de nouvelles barrières pour accéder à l’argent numérique. Ce cadre général donne lieu à des situations locales variables selon les formes monétaires en place et la situation socioéconomique des individus : dans les Nords, ces situations nouvelles d’exclusion bancaire appellent une adaptation des politiques de lutte contre l’exclusion bancaire et financière et de ses enjeux. Dans les pays dits du Sud où la bancarisation des ménages n’est pas toujours la norme, les solidarités familiales ou locales sont le support de contournements des dispositifs de filtrage de l’accès à l’argent et au crédit, par exemple le prêt de carte de crédit entre membres d’une famille élargie pour accéder aux services financiers au Brésil. Ainsi, les formes d’exclusion suscitées par l’argent numérique sont la source d’un large répertoire de pratiques de contournement, d’évitement, d’adaptation, encore insuffisamment décrites dans la littérature.

_

Cette journée souhaite ainsi faire dialoguer des travaux et enquêtes issus des différents champs des sciences sociales, en particulier la sociologie, l’économie, les sciences de gestion, les sciences de l’information et de la communication.

L’événement est coorganisé avec le Réseau « Sociologie de la Consommation et du Numérique » (RT11) de l’Association Française de Sociologie, et la Banque de France.

La journée d’étude, gratuite et ouverte à toutes et tous sur inscription, se déroulera le 25 septembre 2024 à la Banque de France, rue Croix des Petits Champs, à Paris. Elle sera également retransmise en visio.

Modalités de soumission des propositions de communication

Les chercheurs.ses souhaitant partager leurs travaux lors de cette Journée d’étude sont invité.e.s à envoyer un titre et un résumé d’une page maximum de leur intervention, à l’adresse je.argentnumerique2024@gmail.com .

Ces propositions doivent être envoyées au plus tard le 03 juin 2024.

Le comité d’organisation fera un retour mi-juin, et établira un programme fin juin.

Comité scientifique et d’organisation

Thomas Beauvisage (Orange Innovation – SENSE)

Aminata Coly (Université Gustave Eiffel, Orange Innovation)

Aude Danieli (Université de Caen – CERREV)

Hélène Ducourant (Université Gustave Eiffel – LATTS), membre du RT11 de l’AFS

AAC. Journées d’études « 20 ans de création de vidéos sur internet »

Lien vers l’appel à communication : https://20ansvideoweb.sciencesconf.org/

Vous y trouverez les consignes pour les dépôts de candidatures.

 

Présentation

Il y a bientôt 20 ans apparaissaient les premières plateformes d’hébergement et de partage de vidéo. Durant ces deux décennies, les évolutions ont été nombreuses : une quinzaine de services de partage de vidéo ont vu le jour, plusieurs ont disparu et la plupart ont grandement évolué. Sur ces plateformes, des créateurs et créatrices de contenus produisent, diffusent et monétisent les contenus à destination des plateformes de partage de contenus (Cunningham et Craig 2019). Autour d’eux, une filière de la création de vidéo sur internet s’est progressivement structurée avec de nombreux acteurs privés ou institutionnels : les chaînes de télévision, les plateformes de financement participatif, les réseaux multichaînes (MCN), les institutions publiques, etc.

Cette filière a fait l’objet de recherches de plus en plus nourries, à l’international (notamment Bishop, 2018 ; Burgess et Green, 2018 ; Cunningham et Craig 2019 ; Duffy et al., 2021 ; Glatt, 2023 ; Kim, 2012 ; Lange, 2008 ; Rieder et al., 2023) et en France (notamment Assilaméhou-Kunz et Rebillard, 2023 ; Bullich, 2015 ; Coavoux et Roques, 2020 ; Heuguet, 2021 ; Louessard et Farchy, 2018). Elle a également donné lieu à l’organisation plusieurs journées d’étude, dans le prolongement desquelles nous nous inscrivons : une première organisée par le laboratoire Prim à Tours en 2017, puis plus récemment en 2021 par Experice à Paris et lors d’une pré-conférence de l’International Communication Association en 2022 à Amsterdam.

Ces deux journées offriront l’opportunité d’aborder les différents aspects de l’activité de création de contenus vidéos à destination des réseaux sociaux. Cela amène à plusieurs axes de réflexions qui permettent de mettre en lumière les différentes situations et de mieux comprendre le milieu encore en forte évolution :

  1. Une approche historique de la création de vidéo sur internet ;
  2. Les modèles économiques de la création de vidéo sur internet ;
  3. Les pratiques des créateurs et créatrices de vidéo ;
  4. Le rôle des dispositifs socio-techniques : réglementations, algorithmes, etc. ;
  5. Les intermédiaires et autres acteurs non créatifs de la filière ;
  6. Une approche comparative des différents contextes nationaux et internationaux.

Nous accueillerons les travaux portant sur les créateurs présents sur les plateformes de partage de vidéo tels que YouTube, Twitch, Instagram Reels, TikTok, etc. Le comité d’organisation tient à préciser que les travaux en cours des jeunes chercheur·e·s sont les bienvenus. Les propositions de communications peuvent être en anglais et en français.

Calendrier

  • 17 Juin : Date de clôture des dépôts des propositions.
  • Fin Août : Retour du comité scientifique.
  • Début Septembre : Ouverture des inscriptions.
  • Fin Septembre : Date limite d’envois des communications.
  • 17-18 Octobre : Journées d’études.
  • Fin 2024 : Publications des actes.

Dates et lieux

Les journées d’études se tiendront les 17 et 18 octobre 2024 au centre des colloques du Campus Condorcet, à Aubervilliers (près de Paris).

Programme

Le programme de l’événement sera disponible en septembre 2024.

Contacts

Pour toute information, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : orgaje.20anscrea@gmail.com

AAC « Usages partisans et médiatiques du numérique au local » – revue RESET

La revue RESET lance à appel à contribution sur le thème suivant :

Usages partisans et médiatiques du numérique au local

Les résumés des articles (3 000 signes maximum) sont attendus pour le 21 juin 2024. Ils sont à envoyer aux quatre adresses suivantes :

·      neihouser.marie@gmail.com

·      atheviot@uco.fr

·      sfrancoi@uco.fr

·      journal.reset@gmail.com

La proposition (résumé), rédigée en anglais ou en français, mentionnera la question de recherche, la méthodologie utilisée, le cadre théorique employé et les résultats envisagés. Elle insistera sur l’intérêt scientifique de l’article proposé au regard de la littérature existante et de l’appel à communication, et sera accompagnée d’une courte bibliographie. 

Réponse aux auteurs : début juillet 2024

Date limite de remise des articles pour les résumés sélectionnés (40 000 à 60000 signes, espaces compris et bibliographie exclue) : 15 novembre 2024.

AAC : Les Doctoriales du RT12 “Économie et sociologie” – avec la participation du RT11 – Du 16 au 17 octobre 2024

 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » souhaitent contribuer à l’avancement des travaux de doctorant·es et de jeunes docteur·es qui travaillent, dans une perspective de sciences sociales (sociologie, économie, science politique), sur des objets économiques : entreprises, consommation, marchés, innovations, services publics, politiques économiques, monnaies, finance, dettes publiques et privées, accumulation du capital économique, etc. Ce faisant, les Doctoriales se veulent une vitrine du renouvellement de la recherche en sociologie économique, en science politique de l’économie et en économie institutionnaliste, ainsi que de la fécondité réciproque de ces différentes approches des faits économiques. 

Les Doctoriales « Économie & Sociologie » auront lieu les mercredi 16 et jeudi 17 octobre 2024 à l’École des Mines de Paris.

Le principe de ces journées est de donner la parole aux jeunes chercheur·es et de faire discuter leurs travaux par des sociologues, économistes et politistes s’intéressant à ces problématiques. Elles sont ouvertes aux doctorant·es, déjà avancé·es dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse, et aux jeunes docteur·es qui ont soutenu leur thèse après le 1er septembre 2021

Calendrier

Pour participer à ces journées, il est demandé aux personnes intéressées de faire parvenir au plus tard le 2 avril 2024 une proposition de communication détaillée  (entre 8.000 et 10.000 signes, en français ou en anglais, références comprises) à l’adresse suivante : doctoriales.socioeco@gmail.com  

Les communications devront favoriser la mise en valeur d’une des dimensions de la thèse (un terrain empirique circonscrit, un axe de réflexion précis) que l’auteur·ice souhaiterait mettre en discussion. Les communications présenteront les méthodes utilisées, les corpus, terrains ou bases de données mobilisées. Plutôt qu’un chapitre de thèse brut ou un résumé de l’argumentaire central de la thèse, il est recommandé de proposer des textes dans un format publiable dans une revue scientifique. La communication pourra être envisagée comme une étape dans un processus de publication.

Dans cet esprit, à la suite des journées d’octobre 2024, la Revue Française de SocioEconomie renouvellera son appel à articles auprès des participant·es aux Doctoriales pour décerner le Prix des Doctoriales  RFSE. Ce dernier vise à valoriser, en le publiant rapidement, un article (en français) issu d’un travail de doctorat portant sur des objets économiques.

Le comité scientifique d’organisation se réunira pour examiner les propositions de communication et avertira les auteur·es courant mai 2024Le texte de la présentation (60 000 signes espaces compris maximum) devra être envoyé à la même adresse électronique avant le 27 septembre 2024 au plus tard, pour que les discutant·es aient le temps de lire les textes.

Comité d’organisation :

RT11 « Sociologie de la consommation et du numérique »
Leslie BeltonChevallier (LVMT)
Victor Potier (Université Gustave Eiffel)
Vinciane Zabban (Sorbonne ParisNord)

RT 12 « Sociologie économique »
Stéphanie Barral (LISISIFRIS)
Lise Cottet (EHESS)
Manon Piazza (EHESS)
Marie Piganiol (Université DauphinePSL)
Olivier Pilmis (Sciences Po Paris, coresponsable du RT)
Raphael Porcherot (ENS ParisSaclay)
Théo Régniez (Université DauphinePSL)
Nadège Ressia (INRAE)
Melchior Simioni (OFDT)
Marie Trespeuch (Sorbonne Université, coresponsable du RT)
Alexandre Violle (Ecole des Mines)

RT30 « Sociologie de la gestion »
JeanMarie Pillon (Université DauphinePSL)

AAC – “‘Leisure electronics and the emergence of video games: Towards a genealogy of ludic practices and computing artifacts” – Lausanne, Mai 2024

Veuillez trouver ci-dessous un appel pour une conférence sur le thème de l’émergence des loisirs électroniques et des jeux vidéo, qui se tiendra à Lausanne début mai. Les propositions sont attendues pour le 15 janvier 2023.

Continuer la lecture de AAC – “‘Leisure electronics and the emergence of video games: Towards a genealogy of ludic practices and computing artifacts” – Lausanne, Mai 2024

AAC – EASST/4S – Exploring The Tool And Uses Of Prototyping: Investigating How Knowing By Doing Takes Shape

Nous nous permettons d’attirer votre attention sur cet appel pour un panel que nous avons le plaisir de coordonner pour la prochaine édition de la conférence EASST/4S qui se tiendra à Amsterdam les 16-19 juillet 2024.

Le panel est intitulé Exploring the Tools and Uses of Prototyping: Investigating How Knowing by Doing Takes Shape. Il porte sur les pratiques de prototypage à l’aide de plateformes en lignes ou d’outils numériques, en mettant plus particulièrement l’accent sur la façon dont les technologies numériques façonnent ou transforment les processus et les collectifs d’innovation. Il invite aussi des propositions qui porteraient sur la façon dont les outils et usages du prototypage questionnent les frontières entre consommation et conception.

N’hésitez pas à répondre et à faire circuler :

https://nomadit.co.uk/conference/easst-4s2024/p/14362

Short Abstract:

Considering the proliferation of digital tools designed to streamline creative and technical processes in a more and more complex world, this open panel proposes to investigate contemporary knowledge production regimes. How knowing by doing takes shape in practice using prototyping digital tools ?

Continuer la lecture de AAC – EASST/4S – Exploring The Tool And Uses Of Prototyping: Investigating How Knowing By Doing Takes Shape

AAC – colloque « Culture en régime numérique. Questionner les pratiques, catégories et méthodes»

Le Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation (ministère de la Culture), l’Université Sorbonne Paris Nord (équipe EXPERICE) et le Centre Georges Pompidou s’associent pour organiser un colloque international de trois journées (deux journées scientifiques et une journée professionnelle), qui aura à Paris les 6, 7 et 8 décembre 2023.

Ce colloque international aura pour objectif de réunir, faire dialoguer et mettre en perspective des travaux récents s’appuyant sur les apports de disciplines diverses des sciences humaines et sociales : sociologie, anthropologie, ethnologie, sciences de l’information et de la communication, histoire, philosophie, sciences politiques, économie, etc. Les perspectives interdisciplinaires et les comparaisons internationales seront les bienvenues.

   Le colloque souhaite accueillir des communications abordant tout particulièrement les quatre thématiques suivantes :

  1. Circulations et découvrabilité des contenus culturels numériques
  2. Différenciations sociales, genrées et d’âge dans les pratiques, usages et appropriation des contenus culturels numériques
  3. Expérience de l’amateur et auto-formation en régime numérique
  4. Politiques publiques et institutions culturelles

Vous trouverez l’appel complet ici.

Appel à communication – AFS 2023 Lyon

Le 10 ème congrès de l’AFS se tiendra à Lyon du 4 au 7 juillet 2023 autour de la thématique : Intersections, circulations!

AFS - Association Française de Sociologie - accueil

Vous pouvez retrouver ici l’appel du RT11 qui se décline autour de 5 axes dont un croisé le avec le RT 14 Sociologie de l’art et de la culture et  un autre avec le RT 12 Sociologie économique:

AAC – Entre Territoires, Terroirs et Patrimoines… 16-17 juillet Clermont-ferrand

Appel à contribution pour le colloque « Entre Territoires, Terroirs et Patrimoines… Du discours de l’expérience au discours de l’existence : objets d’entreprise, objets de collection, objets culte »  qui aura lieu à Clermont-Ferrand les 16 et 17 juillet. Les propositions attendues 15/2.
Plus d’information et l’appel à contribution complet

Congrès AFS : dépôt des propositions ouvert jusqu’au 15 février

Comme évoqué dans un précédent post, le dépôt des propositions de communication pour le prochain congrès de l’AFS qui aura lieu à Aix en Provence du 27 au 30 août se réalise via le site de l’AFS.

Une description de la marche à suivre.


Appel à communications RT 11 “Sociologie de la consommation et du numérique”, congrès AFS Aix en Provence 27-30 août

Depuis l’institutionnalisation de la sociologie comme discipline scientifique, le phénomène de la consommation a particulièrement été l’objet de catégorisations, à la fois des personnes qui consomment et des pratiques de consommation. Plus près de nous, les usages du numérique donnent également lieu à une intense production de catégories, que ce soit pour évaluer des commerces ou pour « cibler » des biens ou services à proposer aux internautes, pour ne prendre que deux exemples en guise d’amorce.
Pour le RT11, l’enjeu de ce congrès sera de mettre sur le métier tout le travail de catégorisation (des acteurs et des chercheurs) relatif à ses deux thèmes de prédilection, qui s’enchevêtrent (la consommation et le numérique). Il conviendra de s’interroger sur les effets de cette production de catégories (notamment en termes de performativité, soit l’effet des catégories sur le réel) ainsi que d’en appréhender la genèse et d’en pénétrer les coulisses.
Les propositions de communication pourront se situer par rapport aux trois entrées (non exclusives) déclinées ci-dessous :

  • Consommation et stratification sociale
  • Classement de l’offre et des consommateurs via les usages du numérique
  • Consommations alternatives et catégories pour penser la consommation et le numérique

L’appel à communication complet peut être téléchargé ici

L’appel sera bientôt présent sur le nouveau site de l’AFS (http://afs-socio.fr/) et tous les résumés devront y être enregistrés (en passant par l’onglet “réseaux thématiques” puis par le RT11) avant le 15 février 2019.

Le travail des données: sociologie des pratiques de quantification

Le colloque « Le travail des données : sociologie des pratiques de quantification » se tiendra les 13 et 14 juin 2019 à l’Université de Caen Normandie.

Ce colloque a pour vocation d’explorer le « travail des données » (mesure, quantification, évaluation, etc.), ses évolutions à l’ère de l’informatique connectée et ses effets potentiels dans l’espace social (éducation, santé, travail, consommation, relations, etc.). Il s’agira également d’interroger les conséquences méthodologiques et épistémologiques de cette « culture de la mesure » pour les sciences sociales, notamment en matière de recueil, de traitement, de mobilisation et d’analyse des données.

Les propositions de communications seront à déposer, au plus tard, le 30 novembre 2018 à l’adresse suivante : travaildonnees.sciencesconf.org/ Pour toutes questions, merci de nous contacter à l’adresse suivante: travail.des.donnees@gmail.com. N’hésitez pas à diffuser cet appel dans tous vos réseaux.

Appel à communication – Journée d’étude interdisciplinaire “Handicap et Consommation”

Cette journée d’étude qui se tiendra à Nancy le 8 mars 2019 se veut pluridisciplinaire et ouverte à toutes les approches épistémologiques et méthodologiques. A titre indicatif, et sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive, il est notamment possible d’aborder les thèmes suivants :

  • La consommation comme espace d’émancipation vs. de vulnérabilité
  • Représentations du handicap et culture de consommation
  • Expérience incarnée (embodied) du handicap et consommation
  • Handicap, consommation et intersectionnalité
  • Handicap et espace marchand
  • Handicap, institutions et satisfaction
  • Accompagnement, assistance et relations de soins
  • Handicap et consommation de loisirs
  • Handicap, bricolage, détournement et appropriation
  • Méthodes de recherche (place de l’aidant dans le rapport d’enquête, défis soulevés par les difficultés de communication, etc.)
  • Aspects éthiques de la recherche
  • Handicaps visibles vs. Invisibles/sous-institutionnalisés

Le lien vers l’appel à communication

Appel à communications “LES CONSOMMATEURS A L’ERE DU DIGITAL”

Le lien vers un appel à communications pour la journée d’études interdisciplinaire du 4 décembre organisée à l’IUT Paris Descartes (143 avenue de Versailles, Paris XVIè) par Sarah Benmoyal & Corina Paraschiv : « les consommateurs à l’ère du digital ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search