Archives de catégorie : Non classé

2ème Journée Interdisciplinaire de Recherche sur les Décisions et les Comportements des Consommateurs (JIRD2C)


L’appel à communication relatif à la 2ème edition de la Journée Interdisciplinaire de Recherche sur les Décisions et les Comportements des Consommateurs (JIRD2C) qui aura lieu le 3 décembre 2019 à l’IUT de Paris. 

La journée garde son orientation interdisciplinaire. Le thème de cette année est “La mobilité”.

La date pour la soumission des intentions de communication est le 16 juin 2019.

Les propositions de communication (en format word et pdf) sont à envoyer à Sarah Benmoyal (sarah.benmoyal@parisdescartes.fr) et Corina Paraschiv (corina.paraschiv@parisdescartes.fr).


L’appel et toutes les informations.



Enregistrements vidéos de la journée “Handicap et consommation”

Une journée d’étude interdisciplinaire autour du thème “Handicap et consommation” s’est tenue à Nancy le 8 mars 2019. Le programme et les liens vers les enregistrements vidéos ci-dessous :
s 9h30-11h : Conférences introductives

 11h15-12h15 :

 13h30-15h15 :

15h30 – 16H30

Appel à communication – Journée Consommation & Histoire – 25 Juin 2019

« L’histoire de la consommation n’est pas anecdotique » affirme Jean-Claude Daumas (2018, p.7) en introduction de son dernier ouvrage, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle. C’est même le prisme par lequel la plupart des activités humaines fondamentales – se loger, se nourrir, s’occuper, se distraire – révèlent la nature et l’état de développement d’une société. Et tandis que les approches gestionnaires font du présent et de l’avenir, notamment économique, leur principal souci, l’histoire de la consommation se présente tout à la fois comme un analyseur de la culture matérielle qui nous environne et un révélateur des représentations qui la façonnent et la transforment. Faire l’histoire de la consommation, c’est donc reconstituer la généalogie des formes de production, de distribution et d’usage d’une infinité d’objets et de dispositifs marchands, articuler les processus qui les lient à des pratiques, des significations et des acteurs multiples et démêler l’enchevêtrement complexe d’évènements et d’espaces par et sur lesquels ils se sont déployés (Chessel, 2012a ; Daumas, 2012, 2018 ; Fontaine, 2014). Si les sciences de gestion et le marketing, deux disciplines nouées aux fils de la production matérielle et symbolique qu’elles participent à construire, ambitionnent de conjecturer sur le futur des marchés, nous pensons que c’est par les approches historiques de la consommation qu’elles peuvent gagner en compréhension rétrospective des faits auxquels elles participent et des ressorts de leur propre action sur le monde. 

La Journée « Consommation et Histoire » vise à rendre plus lisibles notre compréhension de la consommation et ses trajectoires de changement. Elle accueille des contributions empiriques susceptibles d’enrichir une large variété d’objets et de thématiques précédemment défrichées dont la liste, non exhaustive, comprend :

  • des dispositifs telsque la publicité (Chessel, 1998), le crédit à la consommation (Effosse, 2014 ; Gelpi et Julien-Labruyère, 1994), le marketing (Cochoy, 1999), les études de motivation (Schwarzkopf, 2010) ou les médias (Gaillard, 2012) quifaçonnent la compréhension des consommateurs, la définition de l’offre, les modalités d’accès aux biens et la construction du goût, mais aussi ceux qui permettent la quantification de la consommation, qu’il s’agisse d’évaluer les trajectoires de la demande (évolution des dépenses, études des budgets etc.), la manière dont les entreprise l’appréhendent (histoire des études de marché), ou dont les acteurs et instruments publics contribuent à moderniser la vie économique (étude de la productivité, Boulat, 2008).
  • des secteurs d’activité tels que la grande distribution (Woronoff, 2015), le luxe (Briot, 2011), la mode (Brachet Champsaur, 2018), l’alimentation (Vabre, 2012) ou le tourisme (Tissot, 2007).
  • des objets comme l’automobile (Loubet, 2001), la machine à laver (Delaunay, 1994) le vêtement (Roche, 1989), le piano (Carnevalli et Newton, 2013), la télévision (Gaillard, 2012) ou le loisir sportif (Boulat, 2014).
  • des acteurs – organisations marchandes emblématiques d’une certaine vision technique ou sociale de leur environnement et organisations non marchandes (associations de consommateurs, pouvoirs publics, ONG) œuvrant à la définition, à la transformation et à la régulation marchande (Chessel, 2012b).
  • des problèmes sociaux dérivés de la consommation comme les déchets (De Silguy, 2009), la pauvreté (Geremek, 1978 ; Gueslin, 2004 ; Gorge, 2014) ou l’hygiène (Vigarello, 1985) pour n’en citer que quelques-uns.
  • des évolutions institutionnelles, politiques, économiques et sociales façonnant la société de consommation (Ago, 2006 ; Braudel, 1979 ; Bucheli et Wadhwani, 2014 ; Cohen, 2004 ; McKendrick, Brewer et Plumb, 1982 ; Williams, 1991).

Les propositions peuvent également inclure des réflexions conceptuelles sur ce que l’histoire peut apporter au marketing contemporain, mais aussi sur la manière dont les marketers peuvent et doivent intégrer l’histoire – jusqu’où, comment et avec quelles méthodes adaptées de celles des historiens – dans des approches principalement centrées sur l’exploration ou l’explication du présent (Cailluet, Lemarchand et Chessel, 2013 ; Karababa et Ger, 2005 ; Smith et Lux, 1993).

Cette journée, organisée sous l’égide du réseau Alcor-GIT afm (Alternative Consumption Research) se veut un temps d’échanges entre historiens, sociologues et marketers, mais aussi anthropologues ou géographes intéressé·e·s par des perspectives historiques sur la consommation. Selon leur positionnement, les propositions de communication pourront être soumises, à l’issue de cette journée, aux revues Carnets de la Consommation, Décisions Marketing, Entreprises et histoire et Recherche et Applications en Marketing.


Soumission des propositions de communication

Les propositions de communication doivent être envoyées pour le 21 avril 2019 au plus tard à consoethistoire@gmail.com sous la forme d’un document word (.doc, .docx) comprenant :

– une page de garde (nom, prénom, adresse courriel et adresse postale, institution de rattachement, de chaque auteur ; le nom de l’auteur « contact », le titre de la proposition de communication, un résumé de 200 mots en français et en anglais) ;

– la proposition de 5 pages maximum, hors bibliographie.

Calendrier

  • Envoi des propositions : 21 avril 2019
  • Sélection et réponses aux auteurs : 30 avril 2019
  • Réception de la première version du papier final (20 pages maximum, Times New Roman, interligne 1,5, hors bibliographie) : 18 juin 2019

Pour plus d’informations vous pouvez vous rendre sur la page dédiée sur le site du réseau ALCOR

Offre de stage Projet de recherche ESADICAS

Le NIMEC recherche dans le cadre du projet de recherche ESADICAS (Etude SocioAnthropologique de Dispositifs Collectif d’Acculturation à la Sobriété) un stagiaire de niveau master pour
3 mois. Ses principales missions seront les suivantes :
* Aide dans la constitution du cadre théorique : recherche documentaire, lecture et synthèse d’articles scientifiques, échanges avec les chercheurs impliqués dans le projet.
* Aide logistique dans la mise en place du terrain (recherche de participants, prise de contact avec les enquêtés, prise de rendez-vous, entretiens, transcription des entretiens, etc.) et dans l’analyse des données recueillies.
* Mise en place d’une procédure de veille scientifique en lien avec les thèmes abordés dans le cadre du projet.
* Aide dans la rédaction de comptes rendus et de petites notes pour le site web et/ou les réseaux sociaux du projet afin de valoriser le travail scientifique réalisé.

Le profil recherché est le suivant :
* Compétences :
* Intérêt pour la recherche scientifique
* Connaissances théoriques en marketing/comportement du consommateur et éventuellement dans les champs disciplinaires du projet : théorie des organisations, innovation sociale, économie sociale et solidaire, sociologie, etc.
* Connaissances méthodologiques : ethnographie (entretiens,observation participante, focus groupes, etc.), ethnographie virtuelle.
* Aisance à l’oral et à l’écrit (besoin de présenter le projet auprès des partenaires, prise de contact, etc.)
* Niveau d’études : Master, de préférence master recherche
* Filière d’études : Science de gestion (marketing), sciences de l’information et de la communication, sociologie…

Le stage est gratifié à hauteur de 525 euros/mensuel.
Fiche de poste :
https://www.nimec.fr/sites/www.nimec.fr/files/imce/stagiaire_recherche_-_projet_esadicas_-_lot_1_et_2.pdf

Site Internet du projet : https://esadicas.hypotheses.org/

Informations / contact : Vanessa Beaudouin
(vanessa.beaudouin@univ-rouen.fr)

La date-limite d’envoi des candidatures du 31
janvier ne doit pas être prise en compte.

Journée d’études “L’e-sport : acteurs, pratiques, enjeux” le 17 décembre à Rouen

En collaboration avec l'IRIHS, les laboratoires NIMEC, CETAPS et CIRNEF de l'Université de Rouen Normandie vous invite à partir de 9h à une matinée de conférences autour de l'e-sport dans le cadre de la journée d'études "L'e-sport : acteurs, pratiques, enjeux", organisée le 17 décembre prochain au Pôle universitaire des sciences du tertiaire (Campus Pasteur), 3 avenue Pasteur à Rouen. 
Le programme de la matinée est le suivant :

9h <> Accueil

9h30 <> Session 1
«Quels styles de jeux pour les pratiques vidéoludiques compétitives ?» Manuel Boutet (Laboratoire GREDEG / Université Côte d'Azur)
« De l'immersion à l'ethnographie visuelle des compétitions de jeux vidéo. Retour sur l'expérience "esportive"» Samuel Vansyngel (Laboratoire EXPERICE / Université Paris 13)
« Le stream de jeux vidéo: production et réception » Samuel Coavoux (Laboratoire SENSE / Orange Labs)
11h <> Pause café

*11h15 <> Session 2
« L'institutionnalisation de l'esport en France au prisme de la Théorie Néo-Institutionnelle » Arthur Velpry (Laboratoire NIMEC / Université de Rouen Normandie)
« Comment caractériser l'inscription territoriale de l'industrie du jeu vidéo en France ? » Hovig Ter Minassian (Laboratoire CITERES / Université de Tours)
« Les communautés de consommateurs au prisme de l'e-sport » Renaud Garcia-Bardidia (Laboratoire NIMEC / Université de Rouen Normandie)

L'accès aux conférences est gratuit. L'inscription, fortement recommandée, se fait par mail à l'adresse suivante : claire.francois3@univ-rouen.fr_

Retrouvez toutes les informations relatives à cet évènement à l'adresse suivante : https://esport-unirouen.sciencesconf.org/

Appel à communication – Journée d’étude interdisciplinaire “Handicap et Consommation”

Cette journée d’étude qui se tiendra à Nancy le 8 mars 2019 se veut pluridisciplinaire et ouverte à toutes les approches épistémologiques et méthodologiques. A titre indicatif, et sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive, il est notamment possible d’aborder les thèmes suivants :

  • La consommation comme espace d’émancipation vs. de vulnérabilité
  • Représentations du handicap et culture de consommation
  • Expérience incarnée (embodied) du handicap et consommation
  • Handicap, consommation et intersectionnalité
  • Handicap et espace marchand
  • Handicap, institutions et satisfaction
  • Accompagnement, assistance et relations de soins
  • Handicap et consommation de loisirs
  • Handicap, bricolage, détournement et appropriation
  • Méthodes de recherche (place de l’aidant dans le rapport d’enquête, défis soulevés par les difficultés de communication, etc.)
  • Aspects éthiques de la recherche
  • Handicaps visibles vs. Invisibles/sous-institutionnalisés

Le lien vers l’appel à communication

Changement de nom du RT11

Suite à une décision du nouveau bureau du RT, son nom a évolué. « Sociologie de la consommation et des usages » se transforme en « sociologie de la consommation et du numérique ». Sans renier les apports de la sociologie des usages, le recours au terme « numérique », et aux transformations qu’il sous-tend, nous semble aujourd’hui plus à même d’identifier le réseau dans le paysage académique et de la recherche-intervention, toujours en lien avec le thème de la consommation. Vous trouverez des évolutions dans la manière de présenter le réseau, dans la continuité néanmoins de son histoire depuis sa fondation : sur le blog du RT11  sur le site de l’AFS

Lancement revue “Carnets de la Consommation”

Les Carnets de la Consommation visent à être une revue scientifique pluridisciplinaire de référence sur la consommation (pratiques, acteurs, institutions, représentations et transformations).

Cette revue en ligne et en open access a besoin de se doter de son site Internet. Elle vous sollicite pour sa création. Futur.e.s auteur.e.s, elle vous offre :

  • Des délais de publication rapides
  • Un rythme de publication de 3 à 4 numéros/an 
    • deux numéros varia.
    • un numéro spécial sur invitation de rédacteurs en chef et/ou en lien avec des journées et colloques disciplinaires
    • un numéro spécial annuellement dédié à des textes issus de colloques de différentes disciplines qui parlent et œuvrent à la compréhension des phénomènes de consommation.
  • Un processus de soumission rigoureux
    • une évaluations en triple aveugle
    • la possibilité pour les évaluateurs de publier des commentaires après parution d’un article
  • Des formats de publication souples et variés
    • des articles de 10 à 30 pages (Times new roman, 12, interligne simple, bibliographie et annexes comprises)
    • des notes de recherche ou des synthèses de littérature de 15 à 20 pages
    • des formats alternatifs (photos, vidéos…)
    • un résumé long de deux pages en anglais lors de la publication

Faire un don pour soutenir le lancement de la revue

Appel à candidature thèse – “Les achats alimentaires de produits locaux et les nouveaux points de contact numériques : quelle transformation et quel renouvellement des pratiques ?”

“Cette thèse de doctorat est consacrée à l’analyse de la transformation des pratiques des consommateurs liées à l’utilisation des outils numériques dans l’achat de produits alimentaires locaux. La thèse se propose d’interroger les bouleversements induits par les outils numériques (tels que smartphones et sites web marchands, qui sont autant de nouvelles possibilités de communication et d’achat) dans les achats des produits alimentaires locaux.”

Toutes les informations